Covid-19. Un test de dépistage en 30 secondes bientôt commercialisé ?

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Une start-up israélienne travaille actuellement sur la commercialisation d’un test de dépistage olfactif du Covid-19. Le résultat étant obtenu en 30 secondes. Présentation.

NanoScent, la révolution à venir pour la détection du Covid-19 ?

Tandis que les délais d’attente pour se faire dépister dans les laboratoires et les centres spécialisés s’allongent de nouveau en Bretagne, l’arrivée d’un test de dépistage rapide du Covid-19 sur le marché est plus que jamais impérative.

Si de nombreuses sociétés s’affairent pour mettre au point un procédé viable, la start-up israélienne NanoScent a visiblement pris une longueur d’avance. Elle a développé un test de dépistage olfactif du Covid-19 qui envoie le résultat de l’examen directement sur le smartphone en moins de 30 secondes.

Le test en question est virologique, contrairement aux tests sérologiques TROD disponibles depuis quelques jours dans les pharmacies de l’Hexagone. Ce qui signifie qu’il est destiné à détecter la présence actuelle (ou non) du coronavirus chez l’individu, mais pas celle d’anticorps.

Le projet, soutenu par le département chargé de la recherche et du développement au ministère israélien de la Défense, repose sur des algorithmes d’analyse d’empreintes olfactives.

Tests olfactifs : 85 % de précision

Pour procéder au test, la personne doit inspirer par le nez puis retenir son souffle, se boucher une narine et placer un tube dans l’autre narine. Enfin ,elle expire dans l’embout nasal, lequel communique avec un sachet transparent à son autre extrémité.

Ensuite, le tube nasal étant relié à un appareil rectangulaire, ce dernier est quant à lui connecté à un smartphone. Ne reste alors plus qu’à patienter environ 30 secondes avant d’obtenir le résultat sur le mobile. Avant de pouvoir être commercialisé, le prototype de NanoScent doit toutefois recevoir une mise d’autorisation sur le marché.

Dès les premiers cas de Covid-19 détectés en Israël, NanoScent a analysé l’haleine d’un millier d’individus contaminés. De quoi identifier des odeurs spécifiques aux porteurs du coronavirus. Si le procédé peut laisser dubitatif à première vue, il s’avère que les essais en cours en Israël ont donné des résultats avoisinant 85 % de précision.

Autre intérêt de ce test de dépistage olfactif, son coût, bien moins élevé que celui des tests actuellement pratiqués en laboratoire, sans cependant indiquer de prix. Toutefois, le kit de NanoScent n’aurait pas vocation à remplacer ces tests en laboratoire mais plutôt à permettre une première détection rapide avant de se rendre dans des lieux publics ou des rassemblements.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...