Irlande du Nord. Les Troubles oubliés ou les émeutes de Derry en 1920

A LA UNE

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nous vous proposons un article historique majeur sur l’Irlande du Nord et la guerre civile au sujet des émeutes de Derry (Londonderry) survenues en 1920. Emeutes sanglantes moins connues que celles de 1969 mais qui ont leur importance dans l’histoire de la ville et de la guerre d’indépendance.

L’articl est signé Patrick Concannon pour le blog Slugger O’Toole, traduit et simplifié pour le public francophone par nos soins.

Le 12 août 1969, la ville de Derry a sombré dans la violence et les batailles qui seront finalement connues sous le nom de Bataille du Bogside . Ces émeutes ont duré trois jours et sont largement considérées comme le début des Troubles ou du conflit en Irlande du Nord.

Ce que l’on sait moins, cependant, c’est que près de cinquante ans auparavant, en juin 1920, Derry avait connu une vague bien plus sanglante d’émeutes communautaires et d’affrontements entre unionistes et nationalistes ; une semaine entière d’effusion de sang qui allait entraîner la mort de vingt civils.

Un évènement connu sous le nom de Derry Riots bien qu’il ressembla davantage à une guerre civile pure et simple se déroulant dans les mêmes rues et ruelles qui allaient être le théâtre des Troubles en 1969. Les émeutes ont été le point culminant des tensions dans la région de Derry qui couvaient depuis un certain temps.

Derry (Londonderry) en 1920

En 1920, Derry City comptait environ 40 000 habitants, dont 56 % de catholiques et 44 % de protestants. C’était donc, contrairement à aujourd’hui où la ville est en très large majorité catholique et républicaine, une zone largement mixte, bien que toujours majoritairement nationaliste.

La ville de Derry avait un député du Sinn Fein, Eoin MacNeill, qui avait été élu lors des élections de 1918 en battant le candidat unioniste irlandais Robert Anderson par 315 voix. En janvier 1920, les nationalistes et les républicains remportent la victoire par une majorité de 21 contre 19 et élisent un maire nationaliste de Derry, Hugh C. O’Doherty. O’Doherty était un nationaliste et un avocat indépendant qui avait rompu avec le parti parlementaire irlandais en acceptant la partition en 1916.

Cette victoire fut un coup de marteau pour les Unionistes de Derry qui avaient vu pour la première fois le nationalisme prendre le pouvoir dans la ville. Pour les Unionistes, la ville avait une importance symbolique énorme (lire cet article au sujet du Siège de Derrry) étant bien sûr le lieu du siège de 1689, au cours duquel les Williamites protestants avaient tenu tête à l’armée jacobite catholique, date commémorée chaque année par les Apprentice Boys.

Leurs craintes n’ont guère été apaisées lorsque le nouveau maire a terminé son discours inaugural en déclarant : « N’est-il pas temps que vous reconsidériez votre position par rapport à vos compatriotes ; que vous arriviez à la conclusion que vous devez votre allégeance à cette terre natale, et que vous ne devriez plus jouer le rôle attendu de vous par les politiciens anglais mais vous joindre à vos compatriotes pour exiger que le gouvernement de ce pays soit dirigé par des Irlandais dans le seul intérêt de l’Irlande ? Le droit de l’Irlande à déterminer son propre destin se réalisera, que cela plaise ou non aux protestants d’Ulster »

La montée des tensions

Le premier volontaire de l’IRA à être tué à Derry a été Dan McGandy, un facteur local. McGandy, aurait été surpris par l’armée britannique alors qu’il était en train de transporter des grenades. Il a été retrouvé noyé une semaine plus tard. Les volontaires de l’IRA et sa famille ont affirmé qu’il avait été délibérément noyé dans la Foyle (la rivière qui traverse Derry) après un combat avec des soldats britanniques.

Cela s’était produit moins d’une semaine après l’élection de Hugh C. O’Doherty au poste de maire tandis que les forces britanniques ont mené des raids de grande envergure dans la ville pour récupérer une quantité de munitions, de revolvers et de grenades à main.

Ces raids ont été menés dans les quartiers nationalistes de la ville et malgré les suppositions que ces armes étaient républicaines, il s’est avéré qu’une partie de l’armement faisait en réalité partie de l’arsenal de l’Ancien Ordre d’Hibernien (AOH). L’AOH – une organisation fraternelle uniquement catholique qui soutenait le parti parlementaire irlandais – formait pour l’essentiel l’Association catholique des anciens combattants qui allait jouer un rôle de premier plan dans les mois à venir.

Le maire nouvellement élu allait également provoquer une certaine controverse lorsqu’il refusa d’assister à une cérémonie durant laquelle allait être porté un toast en l’honneur du roi. En outre, il a également voté en faveur d’une motion du Sinn Fein visant à destituer Lord French, le Lord Lieutenant d’Irlande, en tant que citoyen libre de la ville, principalement pour ses actions pendant le soulèvement de Pâques, le déclarant ennemi des citoyens de la ville.

L’escalade du conflit

La tension était telle dans la ville que le défilé de la Saint-Patrick a été annulé et qu’en avril, la ville était inondée de militaires craignant une recrudescence de l’activité républicaine dans la région pendant la période de Pâques. Des troupes armées ont été postées dans toute la ville et sur les routes d’approche.

Le 14 avril, de grandes foules se sont rassemblées à Derry pour célébrer la libération des prisonniers de la prison de Mountjoy à Dublin, après une grève de la faim massive des prisonniers de cette prison. La foule a presque immédiatement commencé à attaquer le RIC (Royal Irish Constabulary, la police irlandaise) et les militaires avec des pierres, ce qui a conduit à l’envoi de deux compagnies du régiment du Dorset pour disperser les émeutiers.

Ces soldats ont ouvert le feu sur la foule à blanc, dispersant la majorité d’entre eux. Ils ont ensuite tiré à balles réelles sur ceux qui restaient. Trois civils ont été blessés. La foule dispersée s’est alors dirigée vers la rue Bishop, à l’entrée de The Foutain, une enclave protestante où les émeutes ont commencé entre les factions nationalistes et les loyalistes. Un certain nombre de propriétés ont été détruites et un certain nombre de soldats et de membres du RIC ont été blessés.

Pire encore, en mai, après des escarmouches, un groupe unioniste est entré dans Bridge Street en tirant des coups de revolver avant d’être repoussé par une charge de la police. Cependant, alors que la charge de la police se produisait, un coup de feu a retenti et le sergent-détective Denis Moroney est tombé mortellement blessé.

Il est le premier policier à avoir été tué en Ulster et sa mort aurait été causée par un sniper de l’IRA ce que l’organisation a démenti.

Des unionistes masqués ont également pris le contrôle du pont Carlisle (aujourd’hui pont de Craigavon). Tous ceux qui avaient l’intention de passer ont été harcelés et certains ont été battus. Ces violences se sont poursuivies sporadiquement pendant des semaines dans la ville.

La guerre civile dans les rues

Des émeutes et des affrontements ont eu lieu le 18 juin dans le quartier Waterside. Le journal Londonderry Sentinel a tenu le Sinn Fein pour responsable de l’explosion de violence et des blessures infligées aux civils : « Les troubles ont commencé par une attaque contre un unioniste vendredi soir par les Sinn Feiners dans le quartier de Cross Street ,dans le Waterside. Hier matin, une grande partie du Sinn Feiners armé à la tête de John Street a tiré une balle qui a touché une Mme Moore ». 

Le lendemain a vu une explosion de violence. Après quelques escarmouches dans le quartier de Bishop Street, des snipers unionistes ont pris des positions tactiques et ont commencé à tirer sur les quartiers nationalistes.

La violence a été organisée par l’Ulster Volunteer Force (UVF). La foule unioniste s’est finalement rendue dans le quartier Diamond du centre ville en tirant sur une foule nationaliste qui s’était rassemblée.

Les tirs dans les quartiers catholiques ont rapidement fait des victimes. James McVeigh a été le premier à être tué dans la fusillade. Il se tenait à l’angle de la rue Bishop et de la Tour Longue lorsqu’il a été touché par une balle. Le Derry Journal en a fait état : « Une balle a frappé le pauvre McVeigh à la gorge, le pauvre homme a titubé sur quelques mètres vers la maison publique de Mullan, de l’autre côté de la rue, où il est tombé en saignant abondamment de sa blessure au cou. Il est resté allongé dans une mare de sang pendant dix minutes, personne n’ayant osé, à cause de l’énorme incendie, s’approcher de lui alors qu’il était à l’agonie »

Robert Rankin, un citoyen de la ville, a finalement été accusé de son meurtre. Lorsque Thomas Farren, de Long Tower Street, a tenté de quitter sa maison, il a été abattu par un sniper unioniste dans l’embrasure de sa porte. Une balle a touché sa main, l’autre son estomac, l’éviscérant. D’autres ont eu plus de chance car les balles qui leur étaient destinées ont manqué leur cible.

Edwin Price, qui avait servi dans la 36e division d’Ulster pendant la guerre, a aussi été tué. Il rendait visite à son frère à Derry lorsqu’il a été tué devant le Diamond Hotel. Price a été touché à l’estomac et est mort d’une hémorragie interne. John Gallagher a également été abattu par un sniper unioniste alors qu’il se dirigeait vers Clarendon Street. Il a réussi à se traîner jusqu’à l’infirmerie voisine mais est mort peu après.  Patrick Mallet, de Daenery Street, a reçu une balle dans l’abdomen alors qu’il remontait la Long Tower Street et est mort quelques jours plus tard des suites de ses blessures, tandis que Thomas McLaughlin a été tué par balle à Fahan Street. Le coup de feu fatal avait été tiré depuis la zone de Diamond alors que McLaughlin avait fait une course à travers Butcher Gate vers Fahan Street.

Finalement, les tireurs unionistes ont été repoussés dans The Fountain par un détachement du régiment du Dorset qui avait été dépêché et est arrivé sur les lieux vers 23 heures.

Cependant, une deuxième foule unioniste avait également attaqué Bridge Street, Carlisle Road et Long Tower tandis que des foules nationalistes se rassemblaient sur Waterloo Place pour leur faire face. Les unionistes ont été lynchés et deux d’entre eux ont été blessés par balle. Certains magasins de William Street ont également été incendiés.

Le jour suivant a été plus calme, bien que James Doherty, de Tyrconnell Street, ait été abattu par un tireur unioniste à 5h30 du matin alors qu’il assistait à la veillée funèbre de la victime Thomas Farren. Doherty se tenait à l’extérieur de la porte lorsque deux hommes ont tiré des coups de feu et il est tombé mortellement blessé.

La violence continue

Le lundi, l’IRA avait marché du Bogside jusqu’au Collège St Columb, situé dans la rue Bishop. Accompagné d’un grand groupe d’anciens combattants catholiques, ce groupe essentiellement a pris position au sein de l’école pour tenter de disperser les tireurs unionistes, ce qu’ils réussirent à faire.

D’autres pertes civiles sont survenues au fur et à mesure que les combats se poursuivaient au cours des jours suivants. James Doherty et Eliza Moore ont tous deux été abattus lors d’incidents distincts. James O’Kane a également été abattu et mortellement blessé lors des émeutes. George Caldwell, 10 ans, a été abattu par un sniper unioniste alors qu’il sortait la tête par la fenêtre de la maison Nazareth, tandis que Joseph McGlinchey, 15 ans, fils de l’ancien commandant volontaire irlandais Charles, a également été abattu par un sniper unioniste.

Fils du gouverneur des Apprentice Boys (l’organisation protestante qui défilait traditionnellement à Derry pour commémorer le siège de 1689), Howard McKay a été enlevé par une foule nationaliste dans le quartier de Lone Moor Road de la ville alors qu’il se rendait chez son père à Braehead Road, mis contre un mur, les yeux bandés puis abattu.  James Dobbin, également unioniste, a été abattu dans la rue John et jeté dans la rivière Foyle.

À ce stade, une grande partie de Derry ressemble à une zone de guerre. Des tireurs d’élite unionistes avaient opéré depuis Walker’s Pillar, Bishop Street, Magazine Street et la cathédrale protestante. Il s’agissait de positions tactiques clés qui offraient une vue imprenable sur la ville.

En milieu de semaine, l’IRA avait repoussé la plupart des tireurs unionistes tandis que les anciens combattants catholiques patrouillaient et défendaient les zones nationalistes. Malgré cela, des familles catholiques avaient été forcées de quitter leurs maisons de Carlisle Road, Abercorn Road et Harding Street. La plupart des maisons protestantes n’ont pas été touchées.

A la fin de la semaine, l’armée britannique avait repris tant bien que mal le contrôle de la situation, bien que les républicains aient affirmé que l’armée n’était intervenue que lorsque l’IRA avait commencé à prendre le dessus dans les combats. Il y a eu 20 morts, 15 catholiques et 5 protestants.

L’IRA et les anciens combattants catholiques s’étaient dispersés lorsque la nouvelle de l’envoi de troupes depuis Belfast est arrivée . Un destroyer de la Royal Navy avait également jeté l’ancre dans le Foyle.

Une paix fragile s’est installée dans la ville, bien que les combats de la semaine aient été les plus intenses que la ville ait connus.

Conclusion

Les émeutes de Derry en 1920 ne sont pas nées de nulle part et les six premiers mois de 1920 ont vu les tensions dans la ville mijoter avant d’exploser en un conflit sanglant à la fin du mois de juin. Ces tensions étaient sous-tendues par l’évolution de la situation politique et la partition imminente de l’Irlande.

À cette époque, Derry n’était cependant pas une ville républicaine et l’IRA avait du mal à opérer dans la région. Cependant, l’explosion de la violence sectaire a entraîné une recrudescence du soutien à l’IRA et, dans l’autre camp, à l’UVF. Les deux parties ont été impliquées dans des combats de rue féroces.

Le niveau de violence observé en juin 1920 ne sera égalé que par la violence communautaire extrême du début des années 1970, après l’internement et le « Bloody Sunday ». À cette époque, un « exode protestant » s’est en effet produit dans le quartier Cityside de Derry.

Malgré la majorité nationaliste à Derry, malgré la majorité nationaliste et malgré un député du Sinn Fein, la ville de Derry était toujours intégrée à l’État d’Irlande du Nord. En 1925, la Commission des frontières a cimenté la partition et a vu Derry devenir une ville découpée administrativement de façon à permettre aux unionistes d’être aux commandes.

Les émeutes de Derry d’il y a 100 ans sont méconnues aujourd’hui, éclipsées par celles de 1969, mais pendant une semaine en juin 1920, Derry a pourtant bien été en première ligne de la guerre d’indépendance et de la guerre civile en Irlande.

Les derniers articles

Finistère : les élus de l’agglomération quimpéroise capitulent face à Amazon

Une majorité des élus de l'agglomération quimpéroise a dit "oui", ce jeudi soir, au projet d'implantation de la plateforme...

Bistro Libertés. Sébastien Meurant (LR) dans l’arène face à Jean Messiha (RN)

L'invité de Bistro Libertés, Sébastien Meurant, est un dirigeant des Républicains qui se revendique de la droite de conviction....

Macron, la psychose covid

Au sommaire de ce journal : gouverner par la peur. https://www.youtube.com/watch?v=FHCuerRAQKY Avec les annonces de fermetures d’établissements restaurants et bars notamment et la menace de reconfinement,...

Urgence climatique. Des écologistes antinucléaires font volte-face en Allemagne

En voilà un article particulièrement intéressant, signé de la rédaction du journal Economie Matin. Ce dernier évoque deux figures du mouvement anti nucléaire en...

Algues vertes en Bretagne. Une nouvelle alerte « contre le déni des autorités sanitaires devant le danger de l’hydrogène sulfuré dans les sédiments sableux...

L'association Sauvegarde du Trégor, dirigée par Yves-Marie Le Lay, vient d'adresser une mise en garde à l'Agence Régionale de Santé Bretagne. Il s'agit d'une...

Autonomie médicale et système immunitaire (entretien avec Soazig Baumann)

Soazig Baumann, praticienne en médecine libre et thérapeute en soins manuels, nous présente sa conception des médecines naturelles, fondée sur l'expérience et l'idéal d'autonomie...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -