Changement climatique. 60 % des poissons menacés par le manque d’oxygène dans les océans

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

L’augmentation de la température de l’eau des océans pourrait menacer la survie d’environ 60 % des espèces de poissons dans leurs écosystèmes actuels d’ici 2100.

Des poissons menacées par le réchauffement de l’eau

Dans une récente étude publiée cet été dans la revue Science, des chercheurs ont mis en lumière les conséquences du changement climatique sur les stocks de poissons dans le monde entier. L’étude a été menée par une équipe de scientifiques allemands de l’Institut Alfred Wegener, du Centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine. De quoi de nouveau alerter une nouvelle fois sur les risques de voir plusieurs centaines d’espèces de poissons disparaître de nos océans.

Pour évaluer les effets du changement climatique, les chercheurs ont compilé des données scientifiques sur la tolérance à la hausse de température de 694 espèces de poissons marins et d’eau douce provenant de zones climatiques de l’ensemble de la planète.

Les scientifiques ont alors constaté que chez la plupart des espèces, les embryons et les géniteurs étaient plus sensibles aux changements de température de l’eau que les adultes et les larves.

Selon le Dr Flemming Dahlke, biologiste marin et auteur principal de l’étude, « nos conclusions montrent que, à la fois en tant qu’embryons dans les œufs et en tant qu’adultes prêts à s’accoupler, les poissons sont beaucoup plus sensibles à la chaleur qu’à l’état de larve ou d’adulte sexuellement mature en dehors de la saison des amours ».

Au niveau mondial et en moyenne, les poissons adultes en dehors de la saison reproductive peuvent survivre dans une eau qui est jusqu’à 10 °C plus chaude que celle des adultes prêts à s’accoupler ou des œufs de poisson.

60 % des espèces de poissons en danger

Sur la base de ces observations, l’équipe de chercheurs allemands indique que 60% des espèces de poissons pourraient succomber à la hausse des températures des océans d’ici 2100 si cette dernière n’est pas maîtrisée.

Tandis que la projection actuelle annonce une augmentation globale de 3 °C d’ici la fin du siècle, les auteurs ont déclaré que même si le monde parvenait à contrôler l’augmentation de la température jusqu’à l’objectif de 1,5 °C fixé par l’accord de Paris, il ferait encore trop chaud pour 10 % des espèces de poissons.

Les espèces considérées comme les plus vulnérables face au changement climatique comprennent notamment certaines destinées à la consommation humaine comme la morue de l’Atlantique, le colin d’Alaska ou encore le saumon rouge. L’espadon et le barracuda sont aussi en mauvaise posture…

Les poissons d’eau douce aussi en sursis

Sur le plan biologique, cette menace sur la survie des espèces de poissons que fait courir la hausse de la température des océans s’explique par le fait que des températures de l’eau plus élevées réduisent le niveau d’oxygène dans l’eau en raison de problèmes de solubilité.

C’est la principale raison pour laquelle les embryons et les géniteurs sont incapables de faire face à la situation, car les poissons – comme les humains – ont besoin de plus d’énergie pour survivre dans un climat plus chaud, ce qui les oblige à absorber plus d’oxygène. Cependant, en l’absence de branchies, les embryons ne peuvent pas bien réguler leur niveau d’oxygène – et les poissons géniteurs ont besoin d’un supplément d’oxygène pour produire une progéniture.

Si les auteurs affirment que certaines espèces peuvent être capables de s’adapter et de migrer vers des endroits plus frais, de nombreuses autres ne le seront pas, comme les poissons vivant dans les rivières et les lacs, car leur taille ou leur situation géographique limitent leur capacité à se déplacer vers de nouvelles zones de frai.

En outre, la perte de certaines espèces clés, comme le cabillaud en mer du Nord, pourrait largement perturber les écosystèmes et causer d’autres dégâts collatéraux sur l’environnement.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/Viviane6276)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -