Cœur de ténèbres, l’horreur de la Révolution en pleine Brière (bande dessinée)

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Rares sont les bandes dessinées à évoquer la guerre de Vendée. Une curiosité vient de paraître : Cœur de ténèbres. C’est l’adaptation de l’œuvre de Joseph Conrad, dont avait déjà été tiré le célèbre film Apocalypse Now.

Mars 1794, Nantes. Varenne, jeune officier de la République, a participé à la bataille de Savenay, le 23 décembre 1793, au cours de laquelle ont été anéanties les armées vendéennes. Il n’a pas supporté le massacre, perpétré par son camp, de femmes, vieillards et enfants. Il sait que les opposants à la nouvelle idéologie sont noyés lors des « mariages républicains ». Traumatisé par la guerre sanguinaire menée par son camp, il espère quitter la Vendée pour l’armée du Rhin. Mais le général en décide autrement : Varenne va devoir traquer et ramener, mort ou vif, le colonel Scherb, surnommé l’Ange de la terreur pour ses « faits d’armes ». Alors que Scherb devait poursuivre des rebelles après la bataille de Savenay, il se serait autoproclamé roi de la Brière. Sa troupe serait composée d’esclaves noirs qu’il aurait affranchis après avoir exécuté l’armateur. Commence alors pour Varenne et Uncas, son fidèle éclaireur, un Indien Mohawk des colonies d’outre-Atlantique, une lente marche vers la noirceur d’une âme. Arrivés à Saint-Joachim, ils rencontrent des villageois affamés. En s’approchant du camp de Scherb, des têtes coupées sont plantées sur des piquets. Lorsqu’ils reviennent à Nantes, ils découvrent une Loire couleur de sang…

Le scénariste Jean-Pierre Pécau adapte ainsi, pendant la Révolution française, en pleine Brière, le célèbre texte de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres. Paru en 1889, le roman original se déroule en Afrique noire. Il raconte le voyage d’un jeune officier de la marine marchande britannique qui remonte le cours d’un fleuve à la recherche d’un collecteur d’ivoire. Devenu fou, ce dernier règne au cœur de la jungle, avec sauvagerie, sur une troupe d’anthropophages… Notons que cette œuvre de Conrad a déjà été adaptée en bande dessinée, en 2014, par Stéphane Miquel et Loïc Godart (Au cœur des ténèbres, Éditions Soleil). L’adaptation la plus connue reste bien sûr le film Apocalypse Now, tourné en 1978 par Francis Ford Coppola sur fond de guerre du Viêt Nam.

Dans cette nouvelle adaptation se déroulant en pleine Brière, comme dans l’œuvre originale, la folie côtoie la quête de pouvoir. L’idée de situer l’action pendant la guerre de Vendée est excellente. Ainsi est mise en évidence la folie de la répression contre les chouans, comme Coppola dénonçait dans son film les exactions commises par l’armée américaine sur les populations civiles. Sans doute le scénariste s’inspire-t-il du général Marc Amand Élisée Scherb, qui participa le 23 décembre 1793 à la bataille de Savenay.

Le choix géographique des marais de la Brière convient bien à ce récit. Pour correspondre à l’œuvre originale, le scénariste imagine que le tyran Sherb règne sur une armée de volontaires noirs.

On regrette toutefois que, après une montée en tension parfaitement réussie, la fin du récit soit trop rapide. Les motivations de Sherb, ancien officier des troupes révolutionnaires devenu tyran de la Brière, ne sont pas assez exploitées. Quelques détails semblent anachroniques, comme le vêtement multicolore du second de Sherb.

Vivant à Nantes, Benjamin Bachelier voulait dessiner une histoire qui se passait dans sa région. Son crayonné expressif, en noir et blanc, illustre un récit sombre. À la fin de cette bande dessinée, l’apparition de couleurs éclatantes met en lumière la folie de Sherb.

Kristol Séhec

Cœur de ténèbres. Éditions Delcourt. 106 pages. 16,50 euros.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes : les brocantes reprennent après un nouveau mauvais coup du gouvernement

Et de trois confinements ! Considérées comme non essentielles, les activités de l’antiquité-brocante ont droit à chaque confinement… à...

Laxisme judiciaire. Suspecté de meurtre à Nantes, l’individu est placé… sous bracelet électronique

Le laxisme judiciaire et la gestion des mis en cause pour délits graves voire pour crimes, laissent parfois songeur....

3 Commentaires

  1. Non seulement la Brière est en Bretagne mais l’Histoire de la persécution révolutionnaire, en particulier dans le pays nantais, demande un peu de rigueur pour ne pas sombrer dans le grotesque. D’autre part les mariages républicains n’ont jamais existé sauf dans l’esprit farfelue de Crétineau-Joly !
    Souvenir Chouan de Bretagne

  2. La Brière est effectivement en Bretagne, plus précisément en Loire-Atlantique, pas loin de Savenay.
    Les « mariages républicains » ont effectivement existé!
    Ce n’est pas un menteur socialiste qui va nous expliquer l’Histoire!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

« La Brière » d’ Alphonse de Châteaubriant : un bien beau… « mortas »

La Geste-Editions et les auteurs, Claude Bily et Jean-Joël Brégeon, ont réussi un beau livre de commentaires à propos d’Alphonse de Châteaubriant — et...

Un nouveau chantier pour Jean-Marc Ayrault

Pierre Péan s’intéressait à ce qui se passait à Paris et dans le monde, mais également à ce qui s’était déroulé dans le pays...

Jean-Clément Martin : « Ce qui s’est passé en Vendée est au coeur de l’histoire de France » [Interview]

Jean-Clément Martin est historien. Il a été professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française. Il est...

Le Trio Ladmirault en concert ce soir à La Turballe

Ladmirault par les Ladmirault : le Trio Ladmirault formé de deux arrière-petits-enfants et une arrière-arrière-petite-fille du compositeur breton Paul Ladmirault, jouera plusieurs œuvres de ce...