Dictature sanitaire : le germe de la guerre civile ? Par Pierre-Yves Rougeyron

A LA UNE

Jusqu’à quand aurons-nous encore le choix de la souveraineté avant ce que beaucoup redoutent : une guerre civile ?

Alors que le gouvernement s’enferme dans une sorte de « bouffée délirante » dans sa gestion de la crise sanitaire, l’ensauvagement de la société continue sur sa lancée. Invité de « Politique & Eco », Pierre-Yves Rougeyron, juriste, fondateur du Cercle Aristote et directeur de la revue Perspectives Libres, dénonce les dérives d’un pouvoir à l’agonie. Il l’affirme sans ciller : »Emmanuel Macron s’est servi de cette crise pour discipliner des populations en maintenant les fondamentaux de la société ouverte qui sont son obsession ». Une société ouverte qui ne nous a ni sauvé de la crise financière, ni de la délinquance, ni du covid-19. Un cocktail bientôt explosif ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Journées du patrimoine. Les manoirs bretons. Ar manerioù e Breizh

(Br) Pinvidik-mor eo glad ar vro, hag e-mesk an teñzorioù legadet dimp ez eus milieroù a vanerioù. Un tamm...

Rugby. 4ème défaite pour le RC Vannes à Mont de Marsan

Le début de saison du RC Vannes en Pro D2 tourne au cauchemar. 4 matchs, 4 défaites, la dernière...

2 Commentaires

  1. Comme d’habitude Pierre-Yves Rougeyron est captivant pour ceux qui aiment la France.

    Pendant 14 mois les gilets de bandes d’arrêt d’urgence on demandé une chose simple.

    L’Emmanuel avec nous a tout de suite réagi en organisant un Grand débat dans lequel il a longuement échangé avec Macron et lui a expliqué, en long, en large et en travers de la gorge des gilets jaunes de bandes d’arrêt d’urgence, que la « septième puissance du monde » ne pouvait pas trouver, ne serait-ce qu’un litre d’eau salée alors que ce pays est une barque au milieu de l’océan atlantique et qu’il a d’assez gros seaux tout à l’intérieur de la barquasse, pour puiser tout autour.

    Il a bien expliqué que : « Il n’y a pas d’argent , c’est le chômage, c’est la crise , c’est le choc pétrolier, ça va pas, la Mauritanie nous soutient à bout de bras, ce pays n’a jamais été un pays d’agriculture, ce n’est que du sable, c’est pas possible, les gilets jaunes de bandes d’arrêt d’urgence on peut rien faire pour eux à part leur crever un œil ou arracher une main, on est un pays très pauvre, toutes ces femmes nues dans les journaux, c’est parce qu’elles n’ont pas les moyens de s’acheter des vêtements, on a pas de masques, c’est quoi un masque ? Etc.»

    Rapporté par le Paris-Normandie, du 9-10 juillet 1960, le Général affirmait ceci, à Bayeux, le 8 juillet 1960:

    « Et maintenant, me revoici, une fois encore, à Bayeux. Notre objectif national, aujourd’hui s’appelle la prospérité. Oui, nous voulons être une grande nation très prospère, d’abord bien sûr pour nos enfants, car il s’agit que chacun des enfants ait sa part de dignité et, par conséquent, sa part de possibilités… ».

    Ou bien le 12 septembre 1966, le même à Alain Peyrefitte :

    « L’État est fait pour stimuler les citoyens, et le Président est fait pour stimuler l’État.
    Les Français sont un peuple fort, mais ils ne le savent pas. Ils peuvent surmonter leurs difficultés, relever les défis, faire des bonds en avant. Mais il n’y croient pas, tant qu’on ne les en a pas convaincus. Ce sont des déprimés permanents. C’est le rôle du Président de la République de les sortir de là, de leur faire sentir leurs capacités, de leur donner confiance en eux-mêmes, pour les amener à organiser leur existence de manière qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes. »

    En 15 siècles le peuple français a ÉPUISÉ trois régimes : la Royauté, l’Empire & la République.

    Quels sont ceux « qui ne sont rien » ou plus grand chose?

    C’est une question qu’elle est bonne !

  2. Comme souvent, intéressant et bonnes puchlines, mais comme toujours, PYR se discrédite totalement avec sa germanophobie pathologique. Après avoir déjà mis le génocide amériendien sur le compte de l’influence allemande aux USA, il nous amène ici une originale théorie sur, selon lui, la mauvaise gestion du covid en allemagne où le surplus de morts allemands se trouveraient en réalité en… espagne. Et après, ca oserait critiquer les complotistes, non mais au secours!
    Si je suis souvent d’accord avec lui dans sa critique des germano-béa, il est malheureusement aussi ridicule qu’eux dans l’extrême inverse, à attribuer tous les maux de l’europe ou même du monde occidental à des causes ou des infuences teutones. C’est dommage

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés