Entre menaces économiques et sanitaires, les néonicotinoïdes empoisonnent la vie de Barbara Pompili

A LA UNE

Nantes. Le MIN, un marché magnifique, mais couteux et plein de malfaçons ?

Nouveau ventre de Nantes achevé dans la précipitation avant les municipales pour accueillir ses 100 entreprises et 800 salariés,...

Michel Maffesoli : « Le transhumanisme est l’aboutissement de la paranoïa moderne » [Interview]

Au dernier colloque de l’Institut Iliade, en date du 19 septembre 2020, dont le thème était « La nature comme...

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

À la suite de l’autorisation temporaire de l’utilisation des néonicotinoïdes par la filière betteravière française, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s’est récemment exprimée pour tenter de justifier la décision. Un numéro d’équilibriste rendu encore plus difficile par une récente étude affirmant que des traces de néonicotinoïdes sont présentes dans certains aliments.

Barbara Pompili, écologiste « sauf exception »…

Le 6 octobre dernier, l’Assemblée nationale a de nouveau autorisé l’utilisation temporaire des néonicotinoïdes réclamée par la filière de la betterave dont la production est en partie menacée par la prolifération d’un puceron vert vecteur de la « jaunisse ». Avec l’annonce du retour de ce pesticide, ce fut aussi l’occasion de souligner les contradictions de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui s’est retrouvée en première ligne en cet automne 2020 pour assurer le service après-vente de cette décision largement contestée chez les défenseurs de l’environnement. En effet, c’est la même Barbara Pompili qui mena le combat pour l’interdiction des néonicotinoïdes en 2016.

Interrogée sur CNews le 11 octobre, la ministre de la Transition écologique a déclaré qu’elle assumait « complètement des choix parfois difficiles » concernant la réintroduction temporaire de ces insecticides neurotoxiques pour sauver la filière betterave. Tout en essayant « de ne pas tomber dans le blanc ou noir ». Pour Barbara Pompili, l’essentiel est d’abord de savoir « si oui ou non on veut continuer à fabriquer du sucre en France métropolitaine ? Quand on doit décider si on garde ou pas une filière, il faut l’anticiper. »

« Se débarrasser de ces pesticides », mais pas tout de suite

Attaquée sur l’évolution de son discours, la ministre a tenté de manœuvrer pour se justifier : « Moi, je suis une écologiste, je veux me débarrasser de ces pesticides [NDLR : les néonicotinoïdes]. Simplement quand on a un obstacle, soit on peut se mettre la tête dans le sable comme certains le font en disant « y’a qu’à, faut qu’on », soit on agit en responsabilité, c’est ce que j’ai essayé de faire ».

Ainsi, la permission par la loi d’utiliser les néonicotinoïdes jusqu’en 2023 est le fruit d’un constat amer : le maintien des rendements de betteraves au niveau actuel est conditionné par le recours à des semences enrobées de ces pesticides pour éviter leur destruction par les pucerons. Car aucune alternative chimique ou agronomique suffisamment efficace n’est aujourd’hui disponible sur le marché. Des alternatives dont « on se rend compte qu’elles ne fonctionnent pas », précise Barbara Pompili.

Avant d’envoyer un signal à une partie de l’électorat sensible aux questions environnementales : « sur cette petite partie d’utilisation des néonicotinoïdes, on fait une exception qui va durer très peu de temps, trois ans maximum, et après ça sera terminé ». Ajoutant qu’elle est « très fière que la France soit le premier pays où il n’y aura plus de néonicotinoïdes grâce à l’action que nous avons menée ».

Des traces de néonicotinoïdes dans certains aliments

Si la survie de la filière betteravière, des producteurs jusqu’aux sucreries, est actuellement dépendante de cette nouvelle autorisation de l’utilisation des néonicotinoïdes, ces derniers ont plus que jamais mauvaise presse. Outre les apiculteurs dénonçant de longue date ces pesticides « tueurs d’abeilles », l’ONG Générations futures a publié au début de ce mois d’octobre les résultats des contrôles effectués par la DGCCRF (Direction générale de la répression des fraudes) sur les résidus (donc en dessous des normes autorisées) de pesticides dans les aliments d’origine végétale.

Les résultats ont de quoi laisser perplexe puisque, sur 4 598 échantillons non bios examinés, 491 (soit 10,68 %) présentaient des traces de néonicotinoïdes. De plus, sur ces 491, 140 (soit 28,5 %) contenaient la trace de plusieurs de ces produits.

néonicotinoïdes
Source : generations-futures.fr

Parmi les aliments les plus concernés, on retrouve les thés d’origine chinoise avec 157 échantillons incriminés. Les poires, les piments et les cerises arrivent ensuite.

Quant aux pays de production, c’est donc de Chine que proviennent le plus grand nombre de produits (157) contenant des néonicotinoïdes, devant la France avec 79 échantillons présentant des traces de résidus (soit 12,2 % du total). Au total, des produits provenant de 32 pays présentaient des traces de résidus, dont les deux tiers issus de pays hors Union Européenne.

néonicotinoïdes
Source : generations-futures.fr

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/ulleo)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Pontmain (53) : pèlerinage et messe dominicaine traditionnelle ce 25 octobre

Les dominicains de Cheméré le Roi célèbrent ce 25 octobre une messe traditionnelle, en rite dominicain, à la basilique...

Douarnenez. Un migrant africain suspecté d’avoir drogué et agressé sexuellement sa logeuse

Un migrant africain est soupçonné d'avoir drogué puis agressé sexuellement au mois de septembre dernier une femme qui l'hébergeait...

Réunification de la Bretagne : Christelle Morançais bientôt au chômage ?

La question de la réunification de la Bretagne est plus que jamais sur le tapis. C’est la conséquence directe des récentes élections municipales. On...

Le vent tourne en Amérique latine : Les élections boliviennes et le plébiscite chilien

Deux événements, l’un en cours, les élections en Bolivie, l’autre imminent, le plébiscite chilien, nous permettent de penser que des changements importants sont attendus...

États-Unis. Les Blancs minoritaires en 2026 : défaite assurée pour les républicains à moyen terme ?

L'avenir politique des États-Unis est étroitement liée à la question démographique. Certaines prévisions indiquent que les Blancs seront minoritaires dans le pays à partir...

Rennes. Trois clandestins en instance d’expulsion dégradent, incendient et outragent au CRA

Trois clandestins en instance d’expulsion, âgés de 18 à 29 ans et détenus actuellement au centre de rétention administrative (CRA) de Rennes – Saint-Jacques...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -