Environnement. Les néonicotinoïdes de nouveau autorisés malgré leur rôle de « tueurs d’abeilles » [Vidéo]

A LA UNE

Armée. « Oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » : L’avertissement des militaires d’active aux autorités...

« Si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Face aux menaces que fait peser un puceron sur les cultures de betteraves en France, l’Assemblée nationale vient d’autoriser le recours aux néonicotinoïdes, des insecticides interdits en 2016 et dangereux pour les abeilles.

Néonicotinoïdes: des insecticides « tueurs d’abeilles » de nouveau autorisés

Les néonicotinoïdes vont faire leur retour en France. En cause, la disposition clé du projet de loi permettant la réintroduction temporaire de ces insecticides qui a été votée le 6 octobre afin de sauver la filière de la betterave. Ainsi, le « projet de loi relatif aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières » a été adoptée par 313 voix pour, 158 contre et 56 abstentions lors d’un vote solennel.

De quoi mettre en colère certains défenseurs de l’environnement investis de longue date dans l’interdiction de ces néonicotinoïdes. Une interdiction datant de 2016 et notamment portée par Barbara Pompili, alors secrétaire d’État chargée de la Biodiversité. Mais, ironie de l’histoire, c’est cette même Barbara Pompili, désormais ministre de la Transition écologique, qui est en 2020 à l’origine de ce détricotage législatif. De quoi donner l’occasion à certains d’exhumer des déclarations de l’ancienne secrétaire d’État lorsque celle-ci semblait farouchement opposée à ces insecticides.

Une année 2016 où Barbara Pompili n’avait visiblement pas de mots assez durs envers les nicotinoïdes qui, en plus d’être « dangereux, pour les abeilles, mais bien au-delà des abeilles », étaient aussi dangereux « pour notre santé, pour notre environnement, ils contaminent les cours d’eau, la flore, y compris la flore sauvage. Ils restent dans les sols très longtemps. » Et d’ajouter : « Nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos enfants, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. »

Pourtant, dès le mois d’août 2020, la ministre de la Transition écologique évoquait la réautorisation d’un insecticide pour la culture des betteraves comme étant une « décision difficile à prendre » mais nécessaire pour préserver la filière sucrière à court terme.

Des abeilles menacées et toujours pas de solution ?

La filière de la betterave est en effet menacée par la prolifération d’un puceron vert vecteur de la « jaunisse ». Une maladie qui, aux dires des producteurs, pourrait entraîner une perte de rendement d’environ 40 % et ainsi fragiliser les 46 000 emplois de la filière sucrière en France.

Pour maintenir ces rendements, la solution actuellement privilégiée est donc la réintroduction de semences enrobées avec des néonicotinoïdes. Ce qui est dorénavant permis par la loi pour les prochaines campagnes betteravières jusqu’en 2023. Le délai de trois ans doit permettre à la filière de trouver une alternative écologique à ces insecticides considérés comme « tueurs d’abeilles ». Car, pour l’heure, il n’existe pas d’alternative chimique ou agronomique suffisamment efficace selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

De son côté, le président de la Confédération Générale des Planteurs de Betteraves (CGB) a décrit le vote comme « un signal positif adressé aux betteraviers, de nature à les inciter à maintenir leurs surfaces. » De quoi se donner un peu de temps « pour réussir la transition dans les 3 ans qui viennent, en s’appuyant sur la mise en œuvre à la fois du plan de prévention de la filière et du plan de recherche ITB/INRAE ».

Quant aux ONG de défense de l’environnement, elles dénoncent « un recul environnemental » ou « une régression écologique majeure. ». 

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cybersécurité. Quelles menaces pour les réseaux de distribution électrique ?

Les cyberattaques menacent aussi les réseaux de distribution électrique et les entreprises stratégiques du secteur de l'énergie. Avec de...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Le sulfoxaflor et la flupyradifurone : Deux néonicotinoïdes encore plus mortels pour les abeilles

De nouvelles informations scientifiques montrent que le sulfoxaflor et la flupyradifurone, deux insecticides néonicotinoïdes nouvelle génération approuvés dans l'UE en 2015, sont très toxiques...

Entre menaces économiques et sanitaires, les néonicotinoïdes empoisonnent la vie de Barbara Pompili

À la suite de l'autorisation temporaire de l'utilisation des néonicotinoïdes par la filière betteravière française, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s'est...

Néonicotinoïdes. Les apiculteurs en colère suite à la réautorisation des insecticides

En accordant aux producteurs de betteraves l'autorisation d'utiliser de nouveau les néonicotinoïdes, le ministère de l'Agriculture a déclenché la colère des apiculteurs, entre autres,...

Abeilles. Deux nouveaux pesticides interdits à la vente

Une nouvelle victoire pour les abeilles et leurs défenseurs : deux pesticides sont à leur tour interdits à la vente sur le territoire français. Deux...