17 octobre 1720, ouverture des états de Bretagne à Ancenis

A LA UNE

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Nantes Métropole pressure ses contribuables, et ça ne va pas en s’arrangeant

Le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Nantes Métropole s’est fait attendre. Alors qu’un...

Jean-Philippe Lévêque (La déferlante, Immigration et Surpopulation) : « La non maitrise de la natalité est un danger imminent pour l’humanité » [Interview]

La déferlante, Immigration et Surpopulation. Tel est le titre d'un livre majeur, que vient de sortir l'éditeur Culture &...

Après le traité d’Union de 1532, les états de Bretagne, cour souveraine du duché de Bretagne, continuent à se réunir tous les deux ans jusqu’à leur abolition par la Révolution française en 1789. Le 17 octobre 1720, voici tout juste trois siècles, les états ouvrent à Ancenis.

Ils sont en retard sur le calendrier : les états précédents datent de 1717. Mais ces états tenus à Dinan avaient été un désastre. La régence, qui gouvernait la France depuis la mort de Louis XIV en 1715, réclamait à la Bretagne un « don gratuit » de 2 millions de livres. Les états le refusèrent. Ils furent aussitôt dissous par le maréchal de Montesquiou, gouverneur de Bretagne, grand soldat hautain et brutal malgré ses 77 ans. S’ensuivit une répression sévère contre la noblesse bretonne. Elle culmina avec l’exécution de Pontcallec, Couëdic, Montlouis et Talhouët à Nantes le 26 mars 1720. Des dizaines d’autres furent emprisonnés ou exilés.

Les états de 1719 sont donc retardés à 1720. Est-ce reculer pour mieux sauter ? À l’approche du 17 octobre, la noblesse bretonne montre une certaine agitation, elle veut réclamer des réparations. Mais le Régent n’est pas aveugle. Après avoir cautionné les brutalités qui ont suivi les états de Dinan, il a compris son erreur. Il amnistie plusieurs condamnés et, surtout, il remplace Montesquiou par le maréchal d’Estrées avec pour mission d’apaiser tout le monde.

La fourchette et la braguette

Cinq jours avant l’ouverture des états, d’Estrées s’installe à Nantes pour préparer le terrain. Son épouse et lui reçoivent avec la plus extrême amabilité ceux qui ont été exilés ou disgraciés par Montesquiou. Au contraire, ils battent froid ceux qui proclament bruyamment leur soumission à la France.

La bonne chère appuie les beaux discours. « [D’Estrées] commença dès Nantes à tenir soir & matin 4 tables de 18 couverts et les continua à Ancenis pendant tous les États », raconte Jacquelot de Boisrouvray, député de la noblesse bretonne. « C’était dans cette maison une profusion de tout, qui n’est pas compréhensible(1). Deux officiers à peine pouvaient-ils suffire à faire le café, le thé & le chocolat qu’on y prenait à toutes les heures du jour –. Il y avait aussi toute sorte de rafraîchissement qu’on prodiguait jusqu’aux domestiques. – Il y avait huit cuisiniers en chef, & près de 100 aides soit pour la rôtisserie ou pour la pâtisserie. Un des cuisiniers disait à Mme la Maréchale qu’un bœuf paraissait dans la cuisine comme un anchois –. Il y a eu des jours où l’on en a tué jusqu’à trois, & sans comprendre le vin des domestiques, il fut consommé dans cette maison dix mille bouteilles de vin de Bourgogne et de Champagne dans 5 semaines. »

S’y ajoutent, toujours selon Jacquelot de Boisrouvray, des plaisirs moins avouables. Les demoiselles et les dames de la suite de Mme d’Estrées « estoient toutes de très bonne composition. Pour peu qu’on se promenât dans le dortoir, on voyait sortir le galant des cellules & peu après un autre y rentrer. Jamais couvent ne fut plus pollué que celuy des Cordeliers d’ancenys. »

Une main de fer dans un gant de velours

Mais, derrière les déclarations d’amitié et les réceptions conviviales, d’Estrées a habilement truqué les cartes. Aux états de Bretagne sont représentés la noblesse, l’Église et le tiers état. Des deux derniers, le gouvernement n’a rien à craindre. « L’Église, qui n’a aucun intérêt à tout ce qui se traite aux états, & qui attend tout son avancement de la cour, en fait aveuglément les volontés, sans se soucier du bien des peuples », écrit Jacquelot de Boisrouvray.

Quant au tiers état, « choisi selon les désirs des Commissaires, [il] en est absolument l’esclave ». Les nobles même sont affaiblis : un contingent de noblesse « fort équivoque », issu notamment de la mairie de Nantes et dévoué au gouvernement, s’est invité aux états. Et à ceux qui se montreraient trop récalcitrants, d’Estrées ou ses émissaires rappellent discrètement le sort des rebelles de Dinan.

La politique de la main de fer dans le gant de velours porte ses fruits. Les états accordent au Régent les 3 millions de livres du « don gratuit » qu’on leur réclame et renoncent à exiger la réhabilitation des condamnées d’après 1717. Lorsque s’achèvent les états d’Ancenis, la Bretagne est définitivement soumise.

_________

(1) Un peu quand même : les fournisseurs étaient payés non en monnaie sonnante et trébuchante mais en billets de banque, qui ne vaudraient plus rien à compter du 1er novembre suivant. La nouvelle de la banqueroute de Law n’était pas encore arrivée jusqu’à Ancenis…

____________

Illustration : [cc] château d’Ancenis, photo Pymouss via Wikimedia
[cc] Breizh-info.com, 2020,
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Covid-19. Couvre-feu en Ille-et-Vilaine : tout ce qu’il faut savoir

L'Ille-et-Vilaine fait désormais partie des départements concernés par le couvre-feu en raison de la propagation du Covid-19. Quelles sont...

Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]

Dans sa dernière vidéo, l'essayiste Julien Rochedy s'attaque au sujet du séparatisme et considère qu'une partition au moins partielle...

Île-de-France. Un enfant de 10 ans mord son enseignante, la faute au « manque de moyens » ?

À Fontenay-sous-Bois, un enfant de 10 ans a mordu une enseignante, nécessitant l'intervention des pompiers. Une violence qui serait une nouvelle fois due au...

Terrorisme islamiste : le point de non-retour ?

À la Une de ce journal de TVLibertés du 21 octobre, cinq jours après l’assassinat de Samuel Paty, où en est l’enquête ? Sept...

Pêche à la telline dans le sud-Finistère

La telline, est un petit mollusque pêché sur la côte atlantique. Un coquillage particulièrement prisé des Espagnols, Portugais, des Italiens et des Japonais. Après quelques années difficiles,...

Robert Ménard « Tous ceux qui trouvaient des excuses aux islamistes sont des collabos ! »

Le maire de Béziers, Robert Ménard, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio, au lendemain de l'hommage national à Samuel Paty. https://www.youtube.com/watch?v=hojmsCHMsOc Crédit photo :...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -