Finances de Pont-l’Abbé : jusqu’ici tout va (presque) bien

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

La chambre régionale des comptes de Bretagne a publié voici quelques jours son rapport d’observations définitives (ROD) sur Pont-l’Abbé. Pour les années 2014 à 2018, la gestion de la commune est « globalement correcte », annonce-t-elle d’emblée. Ce qui dénote quand même des aspects spécifiquement incorrects…

Rien de très grave en réalité. Plutôt un essaim de petites insuffisances dans les domaine de la tenue des comptes, de la programmation des investissements, du suivi des travaux et de la mutualisation des dépenses avec l’intercommunalité. Et puis ce grand classique : la durée du travail du personnel municipal. Comme bien d’autres communes, Pont-l’Abbé demande à ses agents une « durée annuelle actuelle égale à 1 547 heures, dérogatoire et inférieure au plancher légal de 1 607 heures ». Ce qui représente un coût induit équivalent à 3,48 agents, « soit environ 158 000 € » par an. Mais Stéphane Le Doaré, maire LR de Pont-l’Abbé, promet que « bien évidemment » la commune va rentrer dans le droit chemin.

Pont-l’Abbé a aussi prévu pour son personnel un petit avantage annexe : des autorisations spéciales d’absence qui « se situent à un niveau nettement supérieur à ce que prévoit l’instruction ministérielle ». Mais, c’est à noter, les bénéficiaires n’en abusent pas. Pour 111 agents, on ne compte par exemple que 20,5 jours de garde d’enfant malade en 2017, 12 en 2016 et 21,5 en 2015. Le taux d’absentéisme, lui, est passé de 5,74 % en 2012 à 8,82 % en 2017. Cela paraît beaucoup ? C’est en fait la moyenne du secteur public local.

Des nuages à l’horizon

Face à des recettes contraintes, les charges structurelles, incompressibles, augmentent trop vite. Le poids des charges de personnel, surtout, est « passé de 53 % à 59 % des charges totales de gestion entre 2012 et 2018 ». Les dépenses de fonctionnement augmentent deux fois plus vite que les recettes de fonctionnement. De nouveaux services comme la médiathèque engendrent des coûts structurels supplémentaires. Qu’un agrandissement envisagé pourrait encore alourdir.

Pont-l’Abbé devra aussi faire face à des dépenses lourdes dans un délai relativement court. Des sujets que la municipalité actuelle comme la précédente préféraient cacher sous le tapis… Le Musée Bigouden a besoin de travaux évalués à 5,2 millions d’euros il y a déjà dix ans. La salle omnisports, plus étanche, plus aux normes et amiantée, appelle une sérieuse rénovation, décidée lors du dernier conseil municipal pour 1,3 million d’euros.

Attention à ne pas alourdir les impôts

Or la commune n’est pas en bonne position pour investir. Son endettement « est reparti à la hausse depuis 2017 ». Sa capacité d’autofinancement brute a baissé de 520 000 euros entre 2013 et 2018. Pourrait-elle imposer davantage ses contribuables ? Les impôts locaux ont augmenté doucement, de 2,3 % par an entre 2012 et 2018. Le taux de la taxe d’habitation est un peu inférieur à au taux moyen des communes de même taille. Celui de la taxe foncière sur les propriétés bâties, en revanche, un peu supérieur.

Pont-l’Abbé montre plus de modération fiscale que les communes finistériennes comparables(1), Carhaix-Plouguer, Saint-Renan, Landivisiau et Fouesnant. Mais il lui sera difficile de taper plus fort. La ville comptait déjà 13,4 % de logements vacants en 2015, il ne s’agit pas de faire fuir les habitants. D’autant que sa voisine Plonéour-Lanvern offre des taux plus bas et des terrains moins chers.

Le bilan global implicite du ROD pourrait donc être résumé ainsi : passable, mais devra mieux faire. Stéphane Le Doaré se moque peut-être du passé, il aura du mal à ignorer l’avenir.

(1) Comparables par leur taille (entre 5 000 et 10 000 habitants) et leur statut de centre d’une intercommunalité.

Illustration : [cc] château de Pont-l’Abbé en 2011, photo Romain Cormier via Wikimedia Commons
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...