Rennes. Menacé, violenté, le personnel des Urgences réclame plus de protection policière

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Enième épisode d’un « vivre ensemble » à Rennes qui ne plait qu’à la municipalité PS : le personnel des Urgences du CHU Pontchaillou, en première ligne face aux agressions qui se multiplient en son sein, réclame une protection policière.

Une demande qui en dit long sur l’état d’insécurité qui règne, aux abords du CHU, où des bandes sans aucun honneur ne craignent nullement de venir y régleur leurs comptes.

« Un an après leur agression, Anthonin et Valentin n’ont rien oublié des insultes, des crachats, les coups et des violences dont ils avaient été victimes en octobre 2019. Ces deux infirmiers travaillent aux urgences du CHU Pontchaillou, à Rennes. Pour la première fois de leur carrière, ils ont assisté au procès de leur agresseur ce mardi. Dans le calme de la salle d’audience du tribunal correctionnel, les deux hommes ont pu exprimer leur ras-le-bol face à la montée de la violence​ dont ils sont victimes. « Ça ne cesse d’augmenter. Il n’y a pas un jour passé sans se faire insulter, sans que l’on nous crache dessus ou que l’on nous menace de mort. C’est devenu normal aux urgences », témoigne Anthonin, qui exerce depuis seize ans comme infirmier » peut-on lire sur MSN.com

Lorsque nous avions évoqué le même phénomène aux urgences à Nantes, une journaliste mal intentionnée avait cru bon de dénoncer une « fake news ». 

Le 15 octobre dernier, un homme est allé jusqu’à prendre en otage avec un couteau une aide-soignante.

Autre cas récent, celui de ce ressortissant afghan de 20 ans – que des associations s’évertuent à faire venir et à maintenir sur notre territoire – accusé de menaces de morts sur le personnel, et d’avoir dit vouloir revenir avec une kalachnikov.

Le personnel lui, est terrorisé – tout comme le sont les tenanciers d’établissements dans le centre rennais confronté aux exactions des faux mineurs isolés étrangers aussitôt arrêtés, aussitôt relâchés du fait du laxisme judiciaire et des traités internationaux qui priment sur la sécurité des Français.

Il y a quelque jour, une partie du personnel a tourné un clip pour dénoncer les conditions de travail actuelles :

Aujourd’hui, le CHU, comble de l’ironie dans nos sociétés dont les dirigeants ne cessent de vanter un « vivre ensemble » qui n’existe pas, est obligé de fonctionner avec huit agents de sécurité en permanence sur le site et un protocole spécifique avec la police, qui lui permet d’intervenir rapidement.

L’effondrement progressif du système de santé, comme l’effondrement rapide de la sécurité des citoyens dans ce pays, est le signe que quelque chose va très très mal dans ce pays.

Mais dormez braves gens, pendant ce temps, les gendarmes d’Ille et Vilaine reçoivent et appliquent sans broncher la consigne de faire la chasse à ceux qui ne respecteraient pas le confinement dans les gîtes de Saint-Malo…

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

2 Commentaires

  1. les « flics » ? Il préfèrent aller ponctionner (racketter) les honnêtes citoyens que de les défendre . Ils vont où ils ne risquent pas d’être la cible de « jeunes » dans les cités .Trop dangereux !
    Et moi , j’aime bien quand la peur change de camp .

  2. qui sont les auteurs de ces menaces et de ces violences ?
    des blonds aux yeux bleus descendant des vikings ?
    des immigrés norvégiens ?
    des plombiers polonais ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une bande, à Saint-Jacques-de-la-Lande en Ille-et-Vilaine...

Tyrannie sanitaire et refus de vaccination. L’épouse d’un pompier d’Ille-et-Vilaine annonce le licenciement probable de son mari

Le journal Média Presse Info a reçu le message d’une épouse dont le mari, pompier professionnel à Rennes, refuse de céder à la dictature...

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...

Rennes : Un quartier pour islamistes radicalisées ouvert à la prison des femmes

La célèbre prison des femmes inaugurera prochainement un nouvel outil pénitentiaire : un quartier de prise en charge des femmes radicalisées (=islamistes). Le chantier débuté depuis...