Il priait dans une église : un homme manque d’être verbalisé à Rezé

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

Certains membres des forces de l’ordre se prendraient-ils pour les surveillants d’un goulag sanitaire ? C’est la question que l’on peut se poser après avoir entendu l’histoire incroyable – et pourtant bien réelle -que nous a racontée un fidèle de la paroisse Saint-Similien de Nantes.

Laissons le raconter sa mésaventure : « J’ai perdu ma femme récemment et je vais régulièrement prier dans des églises. J’étais de passage par Rezé, avec une attestation, quand je vois la porte de Saint-Pierre de Rezé entrouverte, ce qui n’arrive presque jamais [cette église est presque tout le temps fermée hors des messes]. J’entre, j’avance jusqu’à l’autel et je me mets à prier. Je m’aperçois que deux policiers entrent derrière moi, avancent jusqu’à l’autel et m’expliquent qu’ils vont me verbaliser, 135 € d’amende, parce que je n’ai pas le droit d’entrer dans une église pour prier. Je leur explique que si, j’ai parfaitement le droit, j’ai une attestation en règle et les églises sont ouvertes, la prière n’est pas interdite – encore heureux – donc je suis en règle, ils n’ont pas à me verbaliser. Du fait du bruit, le sacristain sort, se rapproche et confirme mes propos. Il a fallu encore que les policiers appellent à Waldeck un gradé, pour lui demander de confirmer. Là seulement, ils ont accepté de partir sans mettre d’amende. C’est dingue ! ».

A croire qu’il n’y a plus de délinquance à Rezé. Un autre de nos lecteurs, agent de la TAN de son état, qui habite Rezé, s’étonne : « Il y a une vague de cambriolages sans précédent, avec des « mineurs isolés étrangers » qui rentrent dans les baraques, que les gens soient là ou pas, ils s’en fichent, ils prennent tout et se cassent. Quand ils se font arrêter, c’est rare, ils sont mineurs, donc relâchés et recommencent. Vivre à Rezé ça devient l’enfer. C’est pour le moins surprenant que des policiers qui ont de quoi faire trouvent le temps d’aller harceler les gens qui vont à l’église pour prier. C’est n’importe quoi ! ». Effectivement.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Faut-il encore investir dans l’immobilier ?

La situation économique mondiale liée à la crise sanitaire nous a montré à quel point l’équilibre financier pouvait être...

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour les petites filles »

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour...

3 Commentaires

  1. Quand la connerie vient d’en-haut, elle fait toujours des émules. Il a fallu une intervention de je ne sais plus quel évêque pour que les lumières du « conseil de défense » fassent la distinction entre une chapelle de campagne et une basilique et que limiter « la jauge » (!) des fidèles au nombre de 30 dans l’une comme dans l’autre, constituait une ânerie supplémentaire à inscrire à leur catalogue déjà bien fourni.

  2. De quel droit ces enflures peuvent-elles entrer dans une église , endroit protégé ? Seuls les « nazis » entraient de cette manière , donc l’histoire de répète .
    Qu’ils aillent brûler en enfer !

  3. Il me semble que les personnes armées quelles qu’elles soient, ne sont pas autorisées à entrer dans les lieues de culte…..???? Exception faite bien sûr pour les assassins qui entrent dans les églises pour égorgent les prêtres…… et dont n’entend plus parler….

Comments are closed.