Bosnie-Herzégovine. Un camp de migrants ravagé par le feu : les clandestins à l’origine de l’incendie ? [Vidéo]

A LA UNE

Un camp de migrants a été incendié en Bosnie-Herzégovine. La piste criminelle semble privilégiée tant du côté des autorités bosniaques que des Nations unies.

Un camp de migrant ravagé par un incendie en Bosnie-Herzégovine

En Bosnie-Herzégovine, un incendie s’est rapidement propagé dans un camp de migrants le 23 décembre. Situés à Lipa, dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec la Croatie, les lieux abritaient quelques 1 300 clandestins extra-européens. Depuis, les migrants en question sont désormais dans la nature.

L’incendie est intervenu le jour même de l’annonce de la décision par l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) de fermer le camp de Lipa. Celui-ci abritait en grande majorité des migrants en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Quant à l’origine du départ de feu, la piste criminelle semble être accréditée par Peter Van der Auweraert, le représentant de l’OIM en Bosnie-Herzégovine, qui a déclaré que l’incendie aurait été déclenché par des migrants mécontents de la fermeture temporaire du camp, et plus précisément d’« anciens résidents [qui] ont mis le feu à trois tentes et aux conteneurs après que la plupart des migrants ont quitté le camp ».

Les autorités bosniaques confirment la piste criminelle

Le sinistre n’aurait, selon les dernières informations, pas fait de victimes. Pour leur part, les autorités bosniaques ont elles aussi indiqué que cet incendie, qui a complètement ravagé le camp déjà insalubre, serait probablement volontaire. Pour Ale Siljdedic, un porte-parole de la police bosniaque, « nous supposons qu’il s’agit d’un acte criminel et que des résidents du camp en sont à l’origine ».

C’est donc cette insalubrité associée à l’absence d’électricité et de chauffage qui aurait poussé les clandestins à commettre ce geste tandis que 2 000 autres migrants se trouveraient également dans la région de Bihac, près de la frontière de l’Union européenne. Les incendies volontaires de camp par les migrants eux-mêmes étaient, jusqu’à présent, un phénomène que l’on observait en Grèce uniquement. Mais le problème de la pression migratoire en Bosnie-Herzégovine n’est pas nouveau. Au début de cette année 2020, nous rapportions déjà que le pays redoutait de voir arriver à ses frontières près de 100 000 migrants au printemps. En effet, la Bosnie-Herzégovine se trouve sur la route des clandestins cherchant à fuir la Grèce pour gagner l’Europe de l’Ouest. Mais le pays manque cruellement de moyens pour tenir ses frontières, comme le précisait à l’époque le ministre de la Sécurité Fahrudin Radončić, lequel a quitté le gouvernement entre temps : « Notre frontière est très perméable. Nous n’avons pas assez de fonctionnaires ni de ressources matérielles ».

Le ministère bosniaque de la Sécurité indiquait au début de ce mois de décembre que le pays avait enregistré quelques 15 000 arrivées de migrants depuis le début de l’année 2020, soit une baisse de près de 50% par rapport à la même période en 2019. Une diminution à considérer avec précaution compte tenu des effectifs disponibles du côté des autorités, un policier bosniaque devant surveiller en moyenne 25 kilomètres de frontière…

Crédit photo : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tests de dépistage du Covid-19 : ils ne vont être payants que pour les non vaccinés

À partir du 15 octobre prochain, les tests de dépistage du Covid-19 vont devenir payants en France, mais uniquement...

Présidentielle 2022. Eric Zemmour au coude à coude avec Marine Le Pen et Xavier Bertrand ?

L'animateur de CNews Pascal Praud, ami d'Eric Zemmour, a indiqué mardi 28 septembre 2021, dans son émission L'heure des Pros,...

Articles liés