Censure numérique. Après Twitter et Facebook, au tour de Mozilla de menacer nos libertés ?

A LA UNE

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final...

Covid-19 en Hongrie. György Gődény (Parti de la vie normale) : « Les virus ont existé, existent et continueront à exister, l’humanité a toujours...

György Gődény est un personnage atypique par bien des aspects en Hongrie. Ce pharmacien de Nyíregyháza, une ville de...

Thaïs d’Escufon (Génération Identitaire) : « Nous appelons les Français à se révolter contre l’immigration massive qui menace notre peuple et notre identité »...

Après les Alpes, Génération Identitaire a remis le couvert, cette fois ci dans les Pyrénées, pour défendre symboliquement la...

Nantes. Après la marche blanche pour le jeune tué aux Dervallières, des riverains dénoncent « une fumisterie »

Ils ne décolèrent pas – après la marche blanche des proches du jeune Abdelghani , 15 ans, tué le 11...

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

À la suite de la censure de Donald Trump sur Twitter et Facebook, Mozilla, développeur du navigateur Firefox, y va lui aussi de son couplet en faveur d’un « Internet meilleur ». Où vos libertés auront tout à perdre…

Mozilla dénonce la promotion de la « suprématie blanche »

Les évènements du Capitole le 6 janvier dernier à Washington, aux États-Unis, ont déclenché une vague de censure sur les réseaux sociaux dont le fait le plus médiatisé est la suspension des comptes Facebook, Twitter et Instagram de Donald Trump. Des actions présentées par ces plateformes comme une réponse à la violation de leurs conditions d’utilisation respectives par le président des USA.

À la suite de ces géants, d’autres organisations sont aussi montées au créneau pour venir museler encore un peu plus la liberté d’expression en ligne. C’est notamment le cas de Mozilla, développeur du navigateur open source Firefox, qui a manifestement décidé de se faire remarquer par un excès de zèle.

Sur son blog le 8 janvier, la fondation Mozilla a publié un article dans lequel elle réclame la mise en place des règles strictes par les réseaux sociaux afin de combattre « la violence ». En s’interrogeant en parallèle sur la légitimité de la prise de décision de Twitter et des autres plateformes, qui, selon elle, serait intervenue trop tard :

« Aussi répréhensibles qu’aient été les actions de Donald Trump, l’usage effréné d’Internet pour appeler à la violence et à la haine, et mettre en avant la suprématie blanche ne se limite pas à une seule personnalité. Donald Trump n’est certainement pas le premier homme politique à exploiter l’architecture d’Internet en ce sens et ce ne sera pas le dernier. Nous avons besoin de solutions qui ne commencent pas après que des dégâts ont été causés », peut-on lire dans ce billet faisant l’éloge à peine déguisé d’une censure politiquement correcte.

Une liste de mesures liberticides préconisées

Si, pour Mitchell Baker, la présidente de Mozilla à l’origine de l’article en question, « il ne fait aucun doute que les médias sociaux ont joué un rôle dans le siège et la prise de contrôle du Capitole américain le 6 janvier », elle considère que « pour changer ces dynamiques dangereuses », il ne suffit pas seulement de réduire temporairement au silence ou de retirer définitivement les récalcitrants à l’idéologie mondialiste et cosmopolite sur les réseaux sociaux et les diverses plateformes. Mitchell Baker veut aller encore plus loin !

Dans cette optique, Mozilla préconise plusieurs mesures comme par exemple la révélation de l’identité des acheteurs de publicités sur les réseaux, du montant payé pour celles-ci et du public visé. Ou encore rendre plus transparent le fonctionnement des algorithmes des plateformes afin que « nous sachions quels contenus est amplifié, de quelle manière, auprès de qui, et pour quelles raisons ». Enfin, la société à l’origine de Firefox propose de mettre d’emblée en avant les contenus factuels pour minimiser les désinformations.

En conclusion, l’ambition affichée de Mozilla ne serait pas « d’éliminer Internet » mais d’en construire « un meilleur qui puisse résister et se préparer à ce type de défis. » Un meilleur pour qui, serait-on tenté de demander à Mozilla ?

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Le professeur Lejeune déclaré « vénérable »

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l'éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro...

Emmanuelle Ménard défend l’instruction en famille

Ci dessous un extrait de l'intervention de Mme Emmanuelle Ménard, député de l'Hérault, ce vendredi matin en Commission spéciale...

2 Commentaires

  1. J’avais choisi Mozilla car c’est un logiciel libre. Son pdg vient de se ranger dans le camp des destructeurs de la civilisation occidentale. Je viens de désinstaller Mozilla et de la remplacer par par Opera. C’est très simple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici