Harcèlement de rue, deal à Brest. Des bandes majoritairement extra-européennes colonisent la place de la Liberté

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

C’est le journal France Bleu qui alerte sur la situation, avec un titre plutôt doux : des attroupements « pas très rassurants » se dérouleraient place de la Liberté à Brest. La réalité est beaucoup plus crue. Des bandes de jeunes, majoritairement extra-européens, ont littéralement colonisé la place de la Liberté, devenue leur terrain de deal, mais aussi d’intimidations, de harcèlement de rue.

Le journaliste le reconnait d’ailleurs : « C’est un tunnel sombre où résonnent souvent éclats de voix et musique à fond. Sous le passage Jean-Monnet, qui permet de rejoindre la rue de Siam depuis la place de la Liberté en plein cœur de Brest, quinze jeunes hommes africains sont posés, cet après-midi-là. Ils proposent ouvertement de la drogue, dévisageant celles et ceux qui osent s’aventurer dans leur antre. Un attroupement pas franchement engageant pour les passants »

Pas grand scoop là dedans. Depuis des années que l’ambiance en centre-ville de Brest se détériore, les pouvoirs publics ne font pas grand chose pour que cela cesse. L’arrivée croissante de jeunes immigrés – ayant pour certains le statut de mineurs isolés étrangers grâce à la mobilisation d’élus et à la capitulation des autorités – n’arrange rien.

Lorsque vous interrogez des lycéens et des étudiants dans la rue – ce que nous avons fait – quasiment tous reconnaissent le caractère ethnique de ces bandes qui colonisent l’espace du centre-ville, mais cela ne va pas plus loin généralement dans l’analyse. La peur du procès en racisme (y compris avec promesse d’anonymat) n’est jamais bien loin…

Yohann Nédélec, adjoint au maire de Brest en charge du centre-ville et de la tranquillité urbaine explique que « L’espace urbain appartient à tout le monde » et qui si ces bandes ne font rien de mal (ou plutôt ne sont pas prises sur le vif) il est difficile de les chasser. Le remède tenté par la municipalité brestoise ? Des agents de « médiation », dont certains sont eux mêmes recrutés dans certaines cités dites « sensibles » de Brest, politiquement correct oblige.  « Tout cela s’est de la pipe » nous confie un policier brestois à la retraite, mais fin connaisseur de sa ville. « Il nous faudrait surtout des moyens supplémentaires, et ensuite, il faut que l’arsenal juridique suive. Là vous avez des types arrêtés avec de la drogue, on sait qu’ils dealent, ils sont remis en liberté ».

Ce dernier reconnait également que « des mesures en matière d’immigration et d’expulsion des délinquants étrangers permettrait déjà d’y voir plus clair, ici à Brest, mais ailleurs aussi je suppose » même si « il y a quand même énormément de ces jeunes qui ont des papiers d’identité français ».

En attendant, les victimes du laxisme et de la négation du droit à la sécurité de la population sont bien réelles. Fonctionnant en meutes, sans la moindre éducation (musique forte, crachats, mimiques parfois bestiales), ces individus qui ont parfaitement appréhendé la politique de la ville de François Cuillandre à Brest (comme ils l’ont appréhendé dans toutes les grandes métropoles d’ailleurs) se comportent comme des barbares que l’on laisse faire. Jusqu’à quand ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Football. Ligue 1 : Nantes s’offre le derby à Brest, Victoire de Lorient, défaite de Rennes

A trois journées de la fin du championnat de Ligue 1, le suspense reste entier à tous les niveaux. Lors de la 35ème journée,...

Pro Sailing Tour. Premier round à Brest du 19 au 23 mai 2021

A partir du mois de mai 2021, se lance un événement inédit et original : la première saison du PRO SAILING TOUR, circuit de courses...

Mesures radiologiques : un hélicoptère Fennec de l’armée de l’Air et de l’Espace survolera Brest et l’Ile Longue à basse altitude

Du lundi 12 au mercredi 14 avril 2021, un hélicoptère de l’armée de l’Air et de l’Espace effectuera plusieurs survols à basse altitude entre...

Football. Victoires du Stade Rennais, nul du Stade Brestois et dans le derby breton entre Nantes et Lorient

30ème journée de Ligue 1 ce week-end, avec la belle victoire du Stade Rennais à Metz (1-3) tandis que le Stade Brestois patine (0-0...