Nantes. Détonations au Breil : pas des engins incendiaires…

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Dimanche 24 janvier, la police a été appelée par deux fois après des « détonations » entendues vers 16 heures, puis vers 21 heures, près des locaux du ministère des Affaires étrangères rue des Plantes. L’adresse se trouve aussi près du quartier « sensible » du Breil-Malville, épicentre des émeutes de juillet 2018.

Ce que certains confrères avides de sensationnalisme ont très vite appelé « engins incendiaires » voire « engins explosifs » n’a en réalité rien à voir avec une bombe artisanale – appelée IED (improvised explosive device) au Moyen Orient et au Sahel ou un cocktail Molotov.

Une vieille blague de potache

Sur place, les policiers ont trouvé en effet des restes de plastique et des boulettes de papier aluminium carbonisés, ainsi qu’un mélange verdâtre acide. « C’est une vieille blague de potache, mettre des boulettes de papier alu et de l’acide chlorhydrique dans une bouteille en plastique », relève un policier nantais (exemple en vidéo). « La réaction dégage du gaz[du dihydrogène en effet]  qui prend vite trop de place pour la bouteille et ça explose. C’est dangereux que si on a le nez dessus, en revanche ça fait une grosse détonation, les jeunes apprécient ».

La réaction, expliquée ici en détail, est aussi souvent étudiée dans l’enseignement secondaire. « Ce sont des produits qu’on trouve facilement en grande surface et qui ne coûtent pas cher, ce qui plait aussi à la jeunesse », poursuit le policier. « De toute façon, pour certains, comme mettre un Mentos dans une bouteille de Coca Cola provoque une explosion, il faudrait interdire de vendre les deux. Ce n’est pas en interdisant tout et son contraire qu’on règlera les choses, on l’a bien vu avec les mortiers, ils sont interdits à la vente et à la détention mais il y en a qui explosent tous les soirs, et c’est beaucoup plus dangereux ».

L.M.

Crédit Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

Articles liés

Brest (29). 33 engins explosifs vont être neutralisés

21/02/2017 - 11h00 Brest (Breizh-Info) - Trente trois engins explosifs ont été découverts dans le goulet de Brest. Ils seront neutralisés jeudi 23 février...

Munitions de guerre : quelles sont les zones à risque en Bretagne ?

24/09/2014 – 14H00 Groix (Breizh-info.com) – Dans la nuit du 6 au 7 septembre, un feu de camp sur la plage des Sables rouges à...