Olivier Duhamel : serait-ce la fin de règne des baby boomers et de leur idéologie soixante huitarde?

A LA UNE

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

Dans un premier article « Olivier Duhamel accusé de pédophilie : l’affaire du siècle ? », nous avions analysé son cursus républicain exemplaire jusqu’à ce poste envié de président de l’association « Le Siècle », au cœur du pouvoir selon la judicieuse expression d’Emmanuel Ratier le premier à l’avoir étudiée. Dans un second, « Olivier Duhamel et ses réseaux : de la démocratie à l’oligarchie ? », nous nous étions posé la question de cette dérive des réseaux dont il était un acteur majeur.

Mais, derrière ce scandale sexuel et de l’omerta complice, n’assisterait-on pas à la fin de règne des « baby boomers » et de l’idéologie de 68 qui a irrigué la société française ? Par qui seraient-ils remplacés et avec quelle idéologie ?

Qui sont les baby boomers ?

Ils sont ainsi définis sur Wikipédia : « Un baby boomer… est une personne née en Occident pendant la période du baby boom, après la seconde guerre mondiale …  cette génération comprend les personnes nées entre 1943 et 1960… »

La quasi-totalité des protagonistes du scandale Duhamel appartient à cette génération : Jean Veil, Alain Minc, Daniel Cohn Bendit, Robert Badinter, Élisabeth Guigou, Bernard Kouchner, Aurélie Filipetti, Nicole Belloubet, Marc Guillaume, Thierry Solére, Frédéric Mion, feu Richard Descoings, feu Guy Carcassonne, Christine Ockrent… Il en est de même pour les acteurs d’autres dénonciations en cours : Richard Berry, Marc Pulvar.

Elle a généré en retour l’expression « OK Boomer » comme réponse et critique des idéaux de cette génération des boomers qui ont fabriqué la société dont héritent les générations suivantes.

Quelle était l’idéologie dominante des amis boomers d’Olivier Duhamel ?

À l’origine imprégnée de la doctrine  marxiste largement diffusée par l’Éducation nationale et l’Université, ils seront ensuite séduits par sa version cubaine, tropicale et tiers-mondiste. Enfin ils tourneront libéraux libertaires avec deux slogans de 68 qui résument cette évolution : « il est interdit d’interdire » et « Jouissez sans entrave » tout en militant pour les droits de l’homme.

C’est ainsi que la dépénalisation des relations sexuelles avec les mineurs deviendra  un de leurs combats avec la publication en janvier 1977 dans Libération et Le Monde d’une tribune signée par 69 personnalités parmi lesquelles  un psychosociologue, un psychologue, cinq psychiatres et un psychanalyste. Ils y prennent la défense de trois pédophiles et militent pour la décriminalisation des rapports sexuels entre adultes et enfants. (voir le texte et les signataires en note 1).

Comme l’écrit Pascal Eysseric dans le dernier numéro d’Eléments : « le récit de Camille Kouchner n’est pas seulement le témoignage d’un naufrage personnel, mais le révélateur d’un milieu qui a essayé de vivre l’utopie de 1968. »

 Qui est à l’origine de la critique de ces des baby boomers ?

Ce sont les enfants de ces familles, incarnations de l’idéologie de 1968, qui les dénoncent ainsi que l’explique Pascal Eysseric  dans ce même article d’Eléments.

Camilla Kouchner a été précédée par Raphaël Enthoven — « le temps gagné » —, Laurence Debray — « Fille de révolutionnaire » —, Camille de Toledo — « Thésée, sa vie nouvelle » —. Il faut y ajouter Virginie Linhart, fille du fondateur du mouvement  maoïste UJCML, qui décrit sa mère militante MLF dans « L’effet maternel ».

Dans un documentaire « Soixante-huit, mes parents et moi », elle avait fait témoigner d’autres fils et filles de soixante-huitards célèbres comme Nathalie Krivine, Samuel Castro, Matthias Weber, René Lévy  sur les conséquences de leur éducation familiale.

Le milieu se défend : certains se dédouanent, d’autres excusent

Ainsi, sur Europe, Jack Lang fait partie de ceux qui se dédouanent à bon compte. S’il a reconnu ses erreurs passées : « Il y a cinquante ans, on a écrit une connerie. Que dois-je faire ? M’immoler devant vous ? J’ai fait une connerie, et basta, voilà. », il s’est désolidarisé affirmant n’avoir jamais eu vent de ses agissements. « Je ne fréquente pas ces milieux, je vis en dehors de tout ça » ajoutant « Je ne participe pas à des mondanités qui me sont totalement étrangères ». Puis, il a condamné son ancien collègue :  « C’est une honte ce qui a été accompli par Olivier Duhamel, il n’y a pas de mot pour designer l’inceste et la pédophilie. »

Il en est de même de Daniel Cohn-bendit. Si, en avril 1982, il avait déclaré : « La sexualité d’un gosse, c’est absolument fantastique, faut être honnête. J’ai travaillé, auparavant, avec des gosses qui avaient entre 4 et 6 ans. Quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c’est fantastique, c’est un jeu érotico-maniaque… », aujourd’hui dans Libé  il s’excuse « des lignes insoutenables, intolérables ; avec ce que nous savons aujourd’hui sur la pédophilie, sur l’abus sexuel ».

D’autres créent une ligne de défense contre tout amalgame avec 1968.

Libération publie un papier intitulé « L’inceste est partout » : « L’inceste est partout, il n’a pas de couleur politique. Il peut être à droite comme à gauche. », cela n’a « rien à voir avec mai 68”.

Thomas Legrand de France Inter est sur le même registre  affirmant que certains profiteront de ces accusations portées sur les « vieux acteurs » des injonctions « jouissons sans entrave » et « il est interdit d’interdire » de mai 1968, pour « avancer des pions conservateurs » face à ce qui devrait se résumer comme étant seulement la « déviance pathologique d’un homme ».

Médiapart brode aussi sur ce thème.

Démissions en série au Siècle et Sciences Po

 Malgré ces contre-feux, ces attaques sont en train de créer un ébranlement des positions de plusieurs des protagonistes au Siècle et à Sciences Po.

Ainsi, suite à la publication de « la grande familia » de Camille Kouchner et du scandale qui s’en est suivi, Olivier Duhamel avait démissionné de tous ses mandats (Présidence du Siècle et de la FNSP – Fondation nationale des sciences politiques) et postes dans les médias (LCI – Europe 1). Avec un temps de retard, Jean Veil, fils de Simone Veil, et Marc Guillaume l’avaient imité et quitté Le Siècle. Après une longue réflexion,  ce 9 février,  Frédéric Mion a annoncé qu’il quittait la direction de Sciences Po Paris, après en avoir informé le conseil de direction de l’école ainsi que celui de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui finance l’institution.

Jusqu’où ira ce jeu de massacre ? Qui sera le prochain à se retirer ?

N’assisterait-on pas à un simple changement de génération dans les arcanes du pouvoir ?

Qu’annoncent ces retraits des représentants de la génération des baby boomers ? Il est difficile d’y répondre en l’état actuel de la situation.

Ainsi, Louis Schweitzer, un membre éminent de cette oligarchie, remplace Olivier Duhamel à la tête de la FNSP. Il n’a pas immédiatement imposé le départ de Frédéric Mion. Pierre Sellal, énarque, moins connu que l’ancien patron de Renault, mais appartenant au sérail, est devenu président du Siècle. Cela ne représente pas un vrai changement.

Verrons-nous plus clair lors du remplacement de Frédéric Mion ?

Une autre question est de savoir pourquoi Camille Kouchner, compagne de Louis Dreyfus, un des dirigeants du Monde et de l’Obs, proche de ce milieu, a sorti maintenant ces révélations.

L’objectif ne serait-il pas de remplacer l’ancienne génération et son idéologie dépassée par ceux qui pourront garder le pouvoir à cette gauche oligarchique pour mettre en place l’idéologie Woke ? L’implication très forte du Monde, leur quotidien de référence, plaiderait en ce sens.

L’idéologie WOKE

Woke, mot créé durant les années 2010 aux USA, définit le militantisme en faveur des minorités en tout domaine : race, comportement sexuel, genre, statut des femmes… Il vient du verbe wake (réveiller), pour décrire la vigilance face à l’injustice. C’est le mouvement Black lives  matter qui en serait l’initiateur. Aujourd’hui un militant « woke » se déclare concerné par tout ce qu’il considère comme une inégalité de traitement.

Depuis, cette démarche a ajouté l’intersectionnalité à sa critique de la société, c’est-à-dire qu’un militant woke doit  prendre en compte tous les facteurs créant cette inégalité. À titre d’exemple, une femme noire homosexuelle en cumule trois : son sexe, sa sexualité et sa race.

Olivier Duhamel et les membres de ses réseaux représentent en grande partie ce que détestent les tenants de l’idéologie woke. En effet, ils sont des mâles blancs, des bourgeois, des dominants qui représentent le patriarcat, cause de tous les maux.

Sur France Inter, Thomas Legrand a  ainsi déclaré : La médiatisation de l’affaire Olivier Duhamel est utile, car elle accompagne de façon emblématique la revendication d’une génération. Cette demande inédite et massive de changer les rapports de domination entre humains ! La lutte contre les violences faites aux femmes ou l’inceste est aussi une lutte politique puisqu’elle parle d’une organisation sociale dans laquelle l’homme dominateur, parfois prédateur, ne serait plus la matrice. »

N’est-ce pas l’illustration de ce passage de relai entre ces deux générations et ces deux idéologies de la gauche bourgeoise dont entre autres Radio France, Le Monde, l’Obs, Arte sont les porte parole?

Sur RMC, la journaliste Isabelle Saporta avait dénoncé  “l’entre-soi atroce et l’omerta qu’il y a eu autour de cette affaire, dans un petit milieu de la gauche caviar parisienne”, espérant que “si cela pouvait nous débarrasser de toute cette gauche caviar qui passe son temps à donner des leçons en se comportant de la manière la plus sordide, ça sera un dommage collatéral pas si mauvais”.

Ne risque-t-elle pas d’être déçue si notre hypothèse de prise du pouvoir par la nouvelle génération de ce même milieu se confirme?

Jean Theme

Note

1 ) le texte de la tribune et les signataires :

 » Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d’assises des Yvelines, vont comparaître, pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckhardt, qui, arrêtés à l’automne 1973, sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de la liberté des inculpés.

« Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de  » mœurs « , où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse.

«  Aujourd’hui, ils risquent d’être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.

 » Nous considérons qu’il y a une disproportion manifeste, d’une part, entre la qualification de  » crime  » qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?).

«  La loi française se contredit lorsqu’elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de treize ou quatorze ans qu’elle peut juger et condamner, alors qu’elle lui refuse cette capacité quand il s’agit de sa vie affective et sexuelle.

 » Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckhardt ne retrouvent pas la liberté. « 

Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona, docteur Michel Bon, psychosociologue, Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, docteur Maurice Eme, psychiatre, Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre, Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste, docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre, André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Monteil, docteur Bernard Muldworf, psychiatre, Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Griselidis Real, François Régnault, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Thérame, Marie rhonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre, Hélène Vedrines, Jean-Marie Vincent Jean-Michel Wilhelm, Danielle Sallenave, Alain Cuny.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

ESCC Maen-Roch e Bro-Felger a vo anvet « kreizenn Eugénie Duval »

D'an 28 a viz even e voe digoret an ESCC Maen-Roch e Bro-Felger. Gant an departamant hag ar gevredigezh...

Islande. Forte hausse des nouveaux cas de Covid-19 : les contaminés sont majoritairement des vaccinés

En Islande, le retour de plusieurs restrictions sanitaires a été décidé par les autorités face à la forte hausse...

4 Commentaires

  1. Ici aussi, la caricature est facile !! celle de considérer tous les soixante huitards comme dépravés ..Le sont ceux que, malheureusement nos espoirs de jeunes ouvriers, de voir changer un peu notre monde après guerre, ont porté sur la scène, comme des Dany le Rouge aux éclats duquel pas mal se font toujours avoir et sa bande à Bono dont pas tous sont cités certainement ici >;…..Pas d’amalgame !! entre ces jeunes qui se sont soulevés pour les ordonnances de sécurité sociale, ne l’oublions pas, et pour un meilleur devenir en salaires, car c’était aussi malgré l’emploi, des salaires de misère !Peu d’entre nous ont eu la chance de pouvoir continuer les longues études qu’ils auraient pu faire éventuellement, étant fils de petits, dans une absence de moyens pour les familles, là où aujourd’hui on observe quand même que tout un chacun veut ses gosses  »à la fac » sans en avoir les moyens, souvent d’ailleurs aux frais des autres et le résultat est aussi un fiasco dans le manque de motivation réelle, cédant au nombre sur la qualité….La plupart d’entre nous, aléas de la vie ou pas, ont tenté d’être de bons parents, conscients et courageux, aimants . Militantes féminines d’alors (ne pas confondre avec les suffragettes et élucubrantes de ce temps, chiennes de garde), la contraception fut notre combat, non l’instauration d’un  »lupanard » qu’on pense, à lire, comme étant partout pour tous ….Ces élites, nous ne les avons pas portés depuis 68 car, faut il le rappeler, ils nous ont trahi, floués, leurs prérogatives obtenues, et le monde ouvrier s’en rappelle, d’où la déliquescence syndicale et politique qui s’en est suivie d’ailleurs !! Seuls les gauchos bobos comme eux pouvaient encore aller voter pour de si ladres citoyens que nous soupçonnions à lecture de leur prose pour certains ..Nous avons combattu pour notre survie et notre condition sociale, le droit au meilleur , et on voit le résultat, quand ceux qui ont suivi s’empressent de rêver au lieu d’agir .Nombre d’entre nous se sont au moins engagés pour tenter de ce faire, et, vous l’avouerez, ont subi aussi les affres d’une droite de privilèges et d’une gauche telle que nous venons de la décrire, parlez d’un choix ! Arrêtez de présenter les acteurs humbles de 68 comme des  »interdit d’interdire » ce ne fut qu’un slogan ! sauf pour ceux ci au pouvoir et à l’argent qui sont allés partout chercher fredaine à leurs désirs salaces ! Les mêmes engagés qu’une presse aux ordres condamne car il est des lignes qu’on ne prend pas, pour eux, même si chaque jour démontre que nous n’aurons pas le choix ….Le monde en putréfaction, c’est, dans toute ce que nous appellerons « la socialoperie » ambiante, ces bobos infects et sans âme, auxquels la liste ci dessus dans l’article, en mêlent d’ailleurs un ou deux qui s’en trouveront salis malgré eux pour n’avoir pas crié assez fort les vérités ….et dans ce monde d’autruches, ils ne sont pas à mettre à mort sinon il y a du boulot rien que dans le peuple et les réseaux sociaux !

  2. En accord sur le fonds de l’article, j’y vois une erreur dans l’appellation globalisante «génération  baby-boomers » les catégories sociales mises en cause dans ces scandales. Quoi de commun entre cette bourgeoisie parisienne qui hérita d’un pouvoir idéologique considérable dans l’après 68 et l’immensité de la génération des vrais baby-boomers nés dans l’après-guerre 39-45. Cette génération née dans les faubourgs de « province » et surtout à la campagne devait comme ce fut le cas en Bretagne devoir s’exiler dans des régions industrielles de l’Est de l’hexagone (en Lorraine), en région parisienne dans l’industrie automobile encore très centralisée dans cette région, au Canada, à New-York pour d’autres, phénomène de migration de la campagne vers les grandes villes comme apport de main d’œuvre travailleuse, bien formée et bon marché. Cette génération de « provinciaux » n’avait pour certains connu l’électricité à la ferme qu’à la fin des années 50. Beaucoup grâce à leur dureté au travail manuel et intellectuel ont bénéficié d’un ascenseur social qui a fait d’elle les cadres d’une formidable croissance économique qu’on a désignée par les « 30 glorieuses ». C’est ce qui leur est reproché par la génération « Greta Thunberg » qui considère que le ces boomers sont responsable d’avoir endommagé la planète. C’est une énorme erreur d’analyse car elle oublie que leur enfance sans électricité, sans eau chaude au robinet, sans chauffage dans les chambres de bonnes parisiennes, sans vacances à la montagne, sans voyages de loisirs en avion sauf ceux qui étaient incontournables pour des raisons professionnelles, etc…n’a pas été celle qui fut la plus émettrice de gaz à effet de serre comme ils voudraient l’en accuser. Cette génération a été responsable, il est vrai, de l’élévation du niveau de vie de leurs enfants et petits-enfants. C’est là le paradoxe c’est maintenant cette dernière génération qui voudrait juger leurs grands-parents tout en refusant de renoncer au confort de vie qui leur a été procuré par leurs aînés. Pire avec la crise sanitaire, certains se croient autorisés à rendre coupables les plus anciens en EHPAD, de sacrifier la jeunesse des étudiants. Ceux qui sont à la tête de ces accusations sont des bobos (des vrais de vrais qui causent dans les médias) nés trop tard pour avoir échappé au service militaire obligatoire et plus particulièrement à la guerre d’Algérie où beaucoup y ont laissés leur peau ou revenus à la vie civile pas toujours indemnes.

  3. C’est pas très malin parce que c’est faux d’assimiler tous les Babyboomers aux parasites tous cocos, bourgeois intello-corrompus et fils de bourgeois qui sont actuellement aux commandes dans la mouvance de l’extrême-gauche soixantehuitarde. Une minuscule minorité d’extrême-gauche communiste toutes tendances à l’époque, qui s’est imposée notamment à la fac de Nanterre à coups de barres de fer pour empêcher la majorité des étudiants d’aller en cours, idem un peu plus tard dans les lycées. Les manifestations du quartier latin ont mis en évidence des groupes paramilitaires, aux techniques éprouvées de guérilla urbaine, et qui n’avaient rien d’étudiants. Mais le romantisme écolo-pacifico-hippy, le « faites l’amour pas la guerre » dans le contexte de guerre au Vietnam (où les américains balançaient du napalm sur les forêts) a provoqué l’adhésion d’inconscients, enfants gâtés des 30 glorieuses en cours.
    J’aimerai connaitre le taux des votants Macron dans la population des baby-boomers. Merci

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Rod Dreher : « Les Wokistes détruisent les emplois des gens, leurs entreprises et leurs réputations, tout cela au nom de ce qu’ils appellent...

Il est des livres qui marquent un homme. Résister au mensonge : Vivre en chrétiens dissidents a été, pour moi, une véritable révélation, un électrochoc,...

Woke culture : Top 5 des films français et interviews qui seraient censurés aujourd’hui

La « Woke culture » ou culture de la censure et de l'indignation à géométrie invariable (les victimes sont toujours les mêmes, les coupables idem) touche...

L’idéologie Woke, un nouveau totalitarisme ?

Et si le totalitarisme du XXe siècle n'avait pas vraiment disparu et était en train de renaître sous de nouvelles formes, bien plus subtiles...

Royaume-Uni : 29 prédateurs sexuels inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une jeune fille de 13 ans durant 7 années

Le journal Skynews rapport qu'au Royaume-Uni, 29 prédateurs sexuels ont été inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une jeune fille de 13 ans...