Communautarisme et gendarmerie : un service d’enquête contre les crimes LGBT-Phobes

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Il existe depuis 2013 en France un Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH), qui dépend de la Gendarmerie Nationale. Depuis août dernier, 7 enquêteurs se consacrent au sein d’un service chargé de lutter contre les « crimes LGBT-Phobes », autrement dit principalement des insultes, jusqu’aux violences.

Le média LGBT Komitid cite le chef de l’OCLCH, le général de brigade Jean-Philippe Reiland : « il est indispensable d’avoir une action répressive sur des infractions qui peuvent paraître moins graves mais qui, si elles ne sont pas réprimées, peuvent conduire à un enchaînement très violent : d’abord des discours de haine, puis des agressions individuelles, puis un phénomène de masse ».

Les actes LGBT-Phobes ont augmenté de 36% entre 2018 et 2019 selon les statistiques du Ministère de l’Intérieur, passant de 1040 victimes recensées en 2017 à 1870 en 2019. Néanmoins, il y a selon SOS Homophobie « une minimisation des plaintes », autrement dit beaucoup de faits ne sont pas retracés car les insultés ne déposent pas plainte – notamment en matière d’injure sur les réseaux sociaux ou de dégradations volontaires (tags).

Komitid explique le fonctionnement du service : « Tous les matins, Aurélie Dey consulte les remontées de procédure des quatre coins de France portant la mention « haine ». Elle vérifie la qualification juridique retenue. Elle peut demander les auditions des victimes pour voir si elles sont suffisamment précises et, si nécessaire, demander qu’elles soient à nouveau entendues. Parfois, elle envoie les questions à poser avant une audition. La division est encore « toute jeune », mais ambitionne de « coordonner » et « appuyer » les enquêtes sur les crimes de haine qui ont lieu dans toute la France, explique la commandante Dey ».

On peut d’ailleurs se demander si ce service de la gendarmerie n’agit pas en réalité comme une police politique supplémentaire ? « L’une [des enquêtes] a plongé les enquêteur.trice.s dans le milieu du survivalisme, face à des provocations à la haine aussi bien contre les migrant.e.s que les gays. En plus de ses enquêtes en cosaisine, la division « crimes de haine » diligente seule quatre dossiers depuis sa création, dont certains dans l’ultra-droite ».

Pourtant l’homophobie existe aussi dans les milieux de l’ultra-gauche, selon les militants eux-mêmes. En Europe comme en Amérique du Nord.

En 2019 une tribune dans le média francophone canadien La Presse le constatait : « Au risque de déplaire, il faut avouer que l’extrême droite n’est pas la seule à être à l’origine de discours haineux, homophobes, transphobes et irrespectueux sur le web. […] Le plus inquiétant à l’heure actuelle est que ces propos haineux de l’extrême gauche sont peu ou pas dénoncés par plusieurs organismes LGBT+ pour ne pas recevoir les foudres de ces militants LGBT+. Ce silence donne l’impression que les propos haineux de l’extrême gauche sont plus acceptables que ceux de l’extrême droite ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

Articles liés

Rééducation : le gouvernement vous « informe » sur les personnes « intersexes »

La DILCRAH est la « Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'​Antisémitisme et la Haine anti-LGBT ». En association avec la... CIA (Collectif intersexes...

Vannes. Après Quimper, la ville devient elle aussi une « zone de liberté LGBT »…

Vannes, son port, ses remparts, et désormais… sa « zone de liberté LGBT ». En effet, la ville morbihannaise, sous l'impulsion du groupe LREM,...

Universités françaises. « Queer theory », décolonialisme, « care », LGBT : ces thèses auxquelles vous n’échapperez pas

La polémique sur la prise en main des départements de sciences sociales à l'Université par le progressisme fanatique a de beaux jours devant elle....

Du PACS à la GPA, en passant par les « LGBTQ », l’adoption, l’homophobie : la méthode progressiste pour détruire la famille et la...

Souvenez-vous, l’année 1998, et les grandes oppositions, à l’Assemblée nationale comme dans la rue, contre le PACS, cette union civile, rendue possible pour tout le...