Racket routier. Chaque voiture-radar privatisée rapporterait 194 000 € nets par an à l’État

A LA UNE

194 000 euros par an et par véhicule, c’est le bénéfice net que se mettrait l’État dans la poche grâce aux voitures-radars privatisées, conduites par des chauffeurs salariés employés par des entreprises privées. 

En 2019, les 3 665 radars « vitesse » automatiques en France ont engendré 12 164 480 contraventions et généré 760 millions d’euros de recettes (derniers chiffres disponibles). Parmi eux, 402 voitures-radars, ces véhicules banalisés qui flashent anonymement les conducteurs dans la circulation. Depuis 2018, des chauffeurs privés remplacent progressivement les forces de l’ordre derrière leur volant. En 2020, ils étaient 40, en 2021ils seront 223 puis, le parc de voitures-radars étant porté à 450, ils seront… 450. Une opération très juteuse pour l’Etat, puisque chaque voiture-radar privatisée lui rapporte à elle-seule près de 200 000 € nets par an. Démonstration.

Un chiffre d’affaires multiplié par 20 avec les chauffeurs privés

Selon les calculs de la Ligue de Défense des Conducteurs, détaillés dans ce document, le chiffre d’affaires annuel d’une voiture-radar conduite par un représentant des forces de l’ordre s’élève à 12 600 €.
Conduite par un chauffeur d’une société privée, à raison de 5h30 par jour (moyenne actuelle de leur temps d’utilisation), la même voiture-radar génère un chiffre d’affaires de 262 200 €, soit… plus de 20 fois plus !

118 millions d’euros pour les 450 voitures-radars

Ce chiffre d’affaires, pour les 40 voitures radars privatisées en activité l’an dernier, s’élève à près de 10,5 millions d’euros.
À fin 2021, ce seront 223 véhicules dotés du même équipement qui circuleront sur nos routes. Avec un potentiel de chiffre d’affaires annuel de plus de 47 millions d’euros.
Puis, avec 450 véhicules (et toujours sur une base de 5 h 30 de circulation, ce qui sera très probablement en deçà de la réalité), on s’envole à 118 millions d’euros.

Un bénéfice net de près de 200 000 €/an par voiture

Pour obtenir un bénéfice net, il suffit de soustraire de ce chiffre d’affaires annuel les coûts, hors achat du véhicule : entre le carburant, l’entretien annuel du véhicule et du radar en lui-même, le salaire du chauffeur… Ce coût s’élève à 68 200 euros par an et par véhicule.

Soit un bénéfice net pour l’État de : 262 200 € – 68 200 € = 194 000 € par an Et ce, pour chaque voiture-radar conduite par un chauffeur privé !

Au vu de ces résultats, on comprend mieux l’empressement du gouvernement à vouloir faire rouler toujours plus de ces redoutables voitures-radars, avec une visée malheureusement tout autre que notre « sécurité sur les routes »…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Littoral. Gildas Morvan l’esprit de famille

Certains navigateurs sont taiseux. Gildas est tout le contraire. Il aime rire et raconter sa passion pour la course...

Saint-Brieuc. Une centaine de personnes bravent la tempête pour manifester contre la tyrannie sanitaire

Une centaine de personnes ont bravé la tempête samedi 27 novembre pour manifester contre la tyrannie sanitaire, à Saint-Brieuc. Une...

2 Commentaires

  1. sauf que ces voitures sont complètement illégales.
    en effet, la police de la route tout comme les recettes fiscales font parti des métiers régaliens de l’État et de ce fait ne peuvent être confié au privé.
    quand on veut que les Français respectent les LOIS, on commence par montrer l’exemple en les respectant soi-même.
    ces véhicules n’ayant pas lieu d’exister, il faut exiger leur destruction immédiate.

  2. le raket routier est à l’image de tout le reste….répression , surveillance , asservissement ….le comble viendra avec le revenu universel …on ne mort pas la main de celui qui vous nourri…..
    cela fait partie de la gigantesque roue à cliquet , qui ne tourne que dans un sens , de la soi disant démocratie libérale qui performe dans le totalitarisme

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés