Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Voitures-radars privatisées. Un détournement du principe de sécurité routière ?

De longs mois de travail ont été nécessaires à la Ligue de Défense des Conducteurs pour rédiger sa nouvelle étude, consacrée aux voitures-radars privatisées. C’est que l’omerta règne sur ces véhicules banalisés, conduits par des chauffeurs salariés de sociétés privées payés pour fliquer le moindre kilomètre-heure au-delà de la limitation de vitesse, sans la moindre mission de prévention. Une usine à cash pour l’État, à stress pour les automobilistes, dont la politique de sécurité routière ne ressort pas grandie.

Les conducteurs les rejettent, les forces de l’ordre y sont hostiles, les élus sont loin d’être convaincus… même les chauffeurs qui les conduisent se plaignent des voitures-radars privatisées ! Ces conclusions sont le résultat du gros travail d’enquête et de recueil de témoignages que la Ligue de Défense des Conducteurs a réalisé pour rédiger sa nouvelle étude choc, intitulée « Voitures-radars privatisés : le scandaleux détournement de la sécurité routière  ».

« Cinq ans après leurs débuts en Normandie, notre association a voulu faire le point sur le déploiement, la rentabilité et l’efficacité de ces véhicules-radars qui ne sont plus conduits par les forces de l’ordre, mais par des salariés de sociétés privées, explique Nathalie Troussard, Secrétaire générale de la Ligue de Défense des Conducteurs. Avec toutes les difficultés du monde, puisque l’omerta règne autour du sujet. »

Pour rappel, c’est en 2018 que s’est concrétisée l’idée tordue (et 100 % française !) de confier le volant de voitures-radars à des salariés et non plus à des gendarmes ou à policiers. Début 2023, celles-ci étaient officiellement 223 à circuler dans huit régions. Elles seront 400 à terme. « Ce recours à des chauffeurs privés permet de multiplier par six le nombre d’heures durant lesquelles ces véhicules sévissent, à la chasse du moindre kilomètre-heure au-dessus de la limitation de vitesse, continue Nathalie Troussard. Si on attend toujours les résultats concrets sur la sécurité routière, on peut d’ores et déjà évaluer le potentiel de rentabilité pour l’État : avec 400 véhicules, on dépassera les 94 millions d’euros nets annuels ! »

Aux témoignages recueillis est ajoutée la parole de représentants des forces de l’ordre, d’élus locaux… tous vent debout contre l’abandon manifeste par l’État d’une des missions régaliennes : la sécurité routière. Que les véhicules restent la propriété du ministère de l’Intérieur et que leurs trajets quotidiens soient déterminés par les préfets ne justifie en rien leur présence sur les routes. Sournoises car indétectables, flashant incognito grâce à la technologie infrarouge, interdites d’intervention en cas de comportement dangereux d’autres conducteurs, elles engendrent un stress contre-productif auprès des usagers, davantage préoccupés à « coller » aux moindres variations de limitations de vitesse – elles pullulent dans notre pays – plutôt que de se concentrer sur les dangers de la circulation.

« Avec cette nouvelle étude, la Ligue de Défense des Conducteurs vise un seul objectif : le retrait, le plus rapidement possible, de ces véhicules de la circulation. Dépourvues de véritable mission de sécurité routière, les voitures-radars privatisées sont en effet l’expression la plus caricaturale d’une politique de sécurité routière quasi uniquement focalisée sur la vitesse, dont seules les caisses de l’État tirent bénéfice. Avec les limites que l’on sait : la mortalité sur les routes n’a quasiment pas bougé depuis dix ans » indique l’association, pour conclure.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “Voitures-radars privatisées. Un détournement du principe de sécurité routière ?”

  1. UBU dit :

    Une seule question qui vaille d’être posée:
    Est-ce que ces véhicules pièges sont électriques ?????????
    Sinon “ON” nous bassine, nous, parce qu’à la campagne nous roulons en diésel.
    Franz KAFKA, réveille toi …. ils sont en plein délire paranoïaque

  2. Niki dit :

    Un véritable scandale ces voitures radars privatisees ! Il faut les identifier et les denoncer ces collabos 😡

    • Thierry D dit :

      Le permis à points du sous ministre Georges Sarre ainsi que le radar racket aura été la première directive Européenne, bien avant que la France ne soit occupée par le IV Reich de Bruxelles. Ce qui est désappointant est qu’ il y en a encore qui votent pour les Socialistes Hollandouille Macrnor-Destructor et les autres nuisibles !!!!!!!! Dans toute la Bretagne il y a pléthore de Mairies Socialistes…………

    • xavier dit :

      oui exact , et…je sais pas si il y en a beaucoup chez nos copains Corses..

  3. alienor dit :

    le fric, toujours le fric ! la sécurité, ils s’ne br………ent

  4. Jean Yves Joseph dit :

    Comme tous les appareils de mesure les mesures de la vitesse, doivent etre controlés par un organisme officiel, sur la precision du dit radar, je suis surpris que personne ne parle de la legalisation de tels vehicules disposant de materiels de mesure de precision, il y a encore peu de temps les policiers et gendarmes etaient assermentés, je doute que ces privés le soit?

    • Fred dit :

      A l’époque c’était la DRIRE qui contrôlait/validait la précision des appareils radar (MESTA Sagem/Safran) lors du déploiement puis périodiquement. (5 ou 10 ans ?)
      Les policiers et gendarmes assermentés n’interviennent qu’en fin de chaîne dans un système automatisé au volume phénoménal.
      Le coup d’accélérateur mis sur le volume du parc par l’extension du périmètre des intervenants privés/sous-traitants n’est qu’une étape de plus parmi des dizaines/centaines déjà utilisées par les différents gouvernements libéraux (Sarkozy Hollande Macron) pour maximiser cette pompe à fric.
      Pognon qui sert ensuite à financer les associations immigrationnistes, woke, etc ou les médias bien-pensants tous relais du libéralisme économique et sociétal.
      Ce système franco-français est bien huilé et parfaitement conforme aux directives européennes.

  5. mouchet dit :

    Le régime de l’Allemagne d’Hitler demandait à tout le monde de dénoncer tout le monde. En France va vers le même chemin, la délation commence avec le vouloir de dénoncer les infractions de finance partout, employé patrons de PME artisans mais impossible les multinationales qui échappent aux charges sociales en touchant des subventions en dizaines de millions. Maintenant les infractions au code la route déjà depuis 3 ans. Bientôt ce sera le travail non déclaré car charges sociales trop élevées les premières au monde, le dépôt de déchets cela c’est normal, les combines de payer cash de petits travaux puisque le numéraire va disparaître donc impossible de payer cash ou alors en échange d’autres travaux. Bref l’état à des fonctionnaires rémunérés aux résultats sans payer de charges sociales.

  6. Fred dit :

    Sarkozy avait lancé en grande pompe la grande augmentation du parc de radar fixes et mobiles avec pour discours caché (mais très bien connu des intervenants public et privés du secteur) “la prévention routière c’est fini place à la rentabilité !”
    Dans les faits le parc a explosé en nombre et est une source phénoménale de revenu pour l’état.
    Le fait de continuer à étendre le parc et d’intégrer la logique libérale de sous-traitants privés n’est que la suite logique du développement de cette pompe à fric.

  7. jessax56 dit :

    dommage, mon post à été supprimé par la censure, ce qui prouve que vous ne respectez pas la liberté d’expression.
    c’est d’autant plus dommage pour vous que j’allais vous faire un virement pour vous aider à boucler votre fin d’année.
    et comme ce n’est pas la première fois, non seulement vous perdez 3000€ mais également un abonné.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie

78 % des Français avouent être énormément préoccupés par la « taxation sur les rentes », le nouveau racket imaginé par l’Etat

Découvrir l'article

A La Une

Radars, douanes, MSA : quand la colère agricole flambe

Découvrir l'article

Economie

La montée en puissance des voitures-radars privatisées, pire mesure automobile de l’année pour 11 000 Français

Découvrir l'article

Economie

Radars. Plus de 30 000 actes de vandalisme en France entre 2018 et 2022, signe de l’exaspération des Français

Découvrir l'article

Economie

Pétition « Plus un seul euro pour les radars » Déjà plus de 100 000 signataires !

Découvrir l'article

Auto-Moto, Sociétal

Automobile. Ce nouveau panneau à connaître pour éviter une contravention de 135 €

Découvrir l'article

Environnement

Terreur écologiste et Radars. Vous serez bientôt flashé sur certaines voies si vous êtes seul dans votre véhicule

Découvrir l'article

Sociétal, Technologies

Sécurité routière : des radars « double face » qui se déploient, un contrôle de l’usage du téléphone bientôt possible ?

Découvrir l'article

Economie

« Non, je ne suis pas une voiture-radar ! ». Un autocollant pour se distinguer des agents de la répression routière

Découvrir l'article

Economie, Local

Racket des automobilistes en Bretagne (B5). Voici les voitures équipées de radars privés en circulation

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky