Irlande du Nord. Arlène Foster (DUP) a rencontré des représentants de groupes loyalistes

A LA UNE

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière...

Éric Roussel : « François Mitterrand n’a jamais renié ses engagements passés » [Interview]

« François Mitterrand, de l'intime au politique » sortira en version poche, dans la collection Tempus (Perrin) ce 22...

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

La direction du DUP, le principal parti unioniste d’Irlande du Nord, a eu des entretiens avec l’organisation qui représente notamment les groupes paramilitaires loyalistes, dont l’UDA et l’UVF ou le Red Hand Commando.

Le parti a déclaré que la réunion qui s’est tenue à Belfast avec le Conseil des communautés loyalistes (Loyalist Communities Council, LCC) avait permis de faire le point sur l’opposition au protocole d’Irlande du Nord lié au Brexit (frontière en mer d’Irlande) qui suscite des tensions grandissantes dans la communauté.

Le LCC a été créé en 2015 par M. Campbell, ancien président du Ulster Unionist Party, et Jonathan Powell, chef de cabinet de l’ancien Premier ministre Tony Blair, afin de contribuer à mettre un terme aux groupes paramilitaires loyalistes, en les incluant dans les négociations. Il s’agit d’une organisation officielle, qui représente un éventail d’individus et de points de vue de la communauté unioniste, loyaliste et protestante au sens large, y compris des représentants de groupes paramilitaires encore en activité.

Arlene Foster, Premier ministre d’Irlande du Nord et chef du parti, était présente, ainsi que son adjoint Nigel Dodds et le député de Belfast Est, Gavin Robinson. Le parti a déclaré que les discussions avaient été « constructives et utiles ». « Nous avons écouté les points de vue exprimés et la nécessité de méthodes politiques et constitutionnelles pour sauvegarder le marché unique britannique et assurer un flux commercial sans entrave entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord », peut-on lire dans une déclaration.

Le président du LCC, David Campbell, a récemment déclaré que les loyalistes se battraient « physiquement » pour maintenir les « libertés » au Royaume-Uni. Les partis SDLP et Alliance ont critiqué les discussions, accusant les autorités de donner de la crédibilité aux organisations paramilitaires et expliquant que le travail des ministres était « d’éradiquer le paramilitarisme, pas de leur donner une plate-forme ou une légitimité ».

La députée du Sinn Féin, Linda Dillon, a déclaré que le DUP avait fourni aux groupes loyalistes une couverture politique. « Il n’y a pas de place pour les gangs armés qui sont impliqués dans des crimes graves comme le meurtre, le trafic de drogue, le racket, l’extorsion, et qui ont récemment proféré des menaces de violence », a-t-elle déclaré. « Ce que le public veut entendre de la part de la DUP et de ses leaders, c’est qu’il soit clair pour l’UVF, l’UDA ou tout autre gang armé loyaliste qu’ils n’ont pas leur place dans la société ou dans nos communautés. Personne ne devrait couvrir quiconque est impliqué dans ces activités »

Arlene Foster a de son côté insisté sur l’importance d’écouter les communautés qui expriment leurs préoccupations. « Et je le ferai à nouveau, car il est important que toutes les communautés aient leur mot à dire dans le processus politique »

Cette rencontre s’inscrivait dans un contexte de colère croissante des loyalistes face aux nouveaux contrôles sur les marchandises arrivant depuis la mer d’Irlande, mais aussi dans un contexte pré-electoral peu favorable au DUP, qui paye l’addition d’une mauvaise gestion de la crise liée au Brexit.

Quel avenir pour le protocole en Irlande du Nord ? La question reste pour le moment sans réponse.

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Technologies. Les hologrammes, un outil banalisé d’ici 2030 ? [Vidéo]

La généralisation des hologrammes pourrait être la révolution technologique de la décennie à venir dans notre société. Si leur...

Suède. Les Suédois de souche minoritaires en 2065, l’islam religion dominante à partir de 2100 ?

Les Suédois de souche pourraient être minoritaires dans leur pays à l'horizon 2065 selon certaines projections. Tout comme l'islam...