Hôpital, ce qu’on ne vous a jamais dit !

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

L’hôpital tenu par une administration souvent déconnectée, miné par des corporatistes, géré par des ministres irresponsables, il s’enfonce dans une gestion quotidienne parfois chaotique. Avec une redoutable franchise, Michaël Peyromaure, chef de service d’urologie de l’hôpital Cochin, nous livre ce qui se passe vraiment dans les hôpitaux publics et personne n’est épargnée !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

Steven Spurrier, Pio Boffa, Laurent Vaillé : le vin perd 3 grands serviteurs

Funeste série. Le monde du vin déplore la disparition de trois figures majeures, ayant eu dans leur domaine respectif...

1 COMMENTAIRE

  1. Ils sont gentils les médecins, mais le constat est valable dans n’importe quelle structure managériale. Ils sont tous chefs, mais il n’y a plus personne qui porte la responsabilité. Ce sont les dérives du management à la mode Boston Consulting Group.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Requiem pour l’éducation nationale – Un chef d’établissement dénonce !

L’institution Éducation nationale se lézarde chaque jour un peu plus: la belle et grande idée républicaine-même instruction, donc mêmes chances dans la vie-est devenue...

Le bitcoin sous l’angle de la théorie économique : quelle est sa vraie valeur ?

Le bitcoin, entre fantasme et réalité, donne du fil à retordre, tant aux investisseurs expérimentés qu'aux néophytes. Le dilemme est de savoir si cette...

Dr Bernard Kron. « Les chiffres qu’on vous donne sont faux ! Et il suffirait d’ouvrir des lits ! »

Le Dr Bernard Kron, membre de l'Académie Nationale de Chirurgie, auteur de "Blouses blanches, colère noire" aux éditions Max Milo met les points sur...

Discriminer ou disparaître ? Charles Gave reçoit Thibault Mercier

Dans l’émission littéraire « Entre les lignes », Charles Gave reçoit Thibault Mercier avocat pour son essai " Athéna à la Borne Discriminer ou...