Birmanie. Village Karenni alerte sur « la répression sauvage par les forces armées birmanes sur la population »

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Dans une lettre adressée à ses sympathisants, les animateurs de l’ONG Village Karenni dénoncent le coup d’Etat en Birmanie et appellent à faire lumière, massivement, sur « la répression sauvage par les forces armées birmanes sur la population ».

« Depuis le coup d’état militaire du 1er février la répression violente et sauvage des forces armées birmanes sur des manifestants désarmés et non-violents se fait de plus en plus dure. Ces hommes et ces femmes protestent car ils ne veulent pas revivre les décennies durant lesquelles la Junte Militaire au pouvoir a ruiné le pays et écrasé la population » indique l’ONG qui fait état de :

  • Plus de 80 manifestants abattus.
  • Plus de 1700 manifestants emprisonnés, dont des centaines d’étudiants et étudiantes (des témoignages remontent sur de nombreux cas de viols par les forces armées).
  •  Beaucoup de familles sont sans nouvelles de leurs proches arrêtés. Certaines familles ont déjà reçu un appel de la police pour aller récupérer le corps à l’hôpital.
  •  Les combats se poursuivent contre les ethnies dans le Nord Karen où l’on compte plus de 5000 villageois réfugiés dans la jungle.

Pour aider l’ONG qui est présente sur le terrain aux côtés des Karens, c’est ici

Lire sur le sujet cet article.

Les autorités britanniques ont prié ce vendredi leurs ressortissants de quitter la Birmanie où la vague de violences ne faiblit pas, l’armée continuant de réprimer de plus en plus brutalement les manifestations hostiles à la junte qui a renversé la dirigeante Aung San Suu Kyi le 1er février dernier.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

Religion au travail. Une étude de l’Institut Montaigne montre la pression des revendications liées à l’Islam

Une étude publiée ce jeudi par l’Institut Montaigne constate une hausse des comportements qualifiés de “rigoristes” religieux en entreprise,...

Articles liés

Olivier FrèreJacques (Village Karenni) : « Il y’a urgence humanitaire en Birmanie » [Interview]

Nous avons évoqué à plusieurs reprises la situation en Birmanie, de plus en plus tendue du fait du Coup d'Etat orchestrée par l'armée birmane...

4 000 villageois karens en fuite. Urgence humanitaire en Birmanie

La tension monte en Birmanie alors que d'importantes manifestations ont lieu à travers le pays contre le coup d'Etat du 1er février. Des tensions qui...

Birmanie : des épidémies et des guerres

Quotidiennement, TV Libertés vous propose dès cette semaine de faire un tour du côté de l’Asie du sud-est, pour faire le point sur l’épidémie de...

Dans l’indifférence, la guerre fait rage en Birmanie

La presse mainstream l'évoque très peu. En Birmanie, la guerre fait rage. Voici des informations transmises par l'association Village Karenni qui poursuit un programme...