Boris Johnson exhorte les loyalistes à ne pas s’opposer au protocole en Irlande du Nord

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Le Premier ministre Boris Johnson a exhorté les groupes loyalistes à ne pas retirer leur soutien à l’Accord du Vendredi Saint en raison du Protocole sur l’Irlande du Nord.

S’exprimant lors d’une visite dans la région vendredi, le Premier ministre a admis que le fonctionnement actuel du protocole était « déséquilibré » et a déclaré que son gouvernement s’efforçait de répondre aux préoccupations des unionistes.

Il a également noté que le Royaume-Uni se réserve le droit d’invoquer l’article 16 et de suspendre le protocole à tout moment si les problèmes persistent.

M. Johnson a répondu aux allégations des dirigeants du Sinn Fein selon lesquelles il aurait refusé d’organiser une réunion politique avec eux lors de sa visite pour rendre hommage aux personnes impliquées dans la réponse à la pandémie de coronavirus.

La vice-première ministre Michelle O’Neill a déclaré que le Premier ministre n’avait « pas facilité » une réunion avec elle et la chef du parti Mary Lou McDonald pour discuter du protocole et des questions d’héritage. En conséquence, Mme O’Neill a refusé de le rencontrer à titre officiel.

Lors d’un point de presse, M. Johnson a déclaré qu’il avait voulu rencontrer la vice-Première ministre au cours de son voyage, mais qu’on lui avait dit « qu’elle avait un autre engagement ».

« Je voulais rencontrer Michelle, mais elle avait un autre engagement, je ne sais pas exactement lequel, mais je n’ai malheureusement pas pu la voir », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également abordé la récente décision du Loyalist Communities Council de retirer son soutien à l’Accord du Vendredi Saint.

Le groupe de coordination, qui représente les paramilitaires, y compris l’UVF et l’UDA, a écrit à Boris Johnson pour annoncer leur décision suite au protocole. M. Johnson a déclaré qu’il n’avait pas vu la lettre, mais qu’elle aurait été traitée par les personnes compétentes.

Les unionistes sont en colère contre le protocole, qui, selon eux, coupe l’Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni, en la maintenant alignée sur les règles commerciales post-Brexit. Il a été conçu pour éviter une frontière dure sur l’île d’Irlande en maintenant l’ensemble de l’île dans le marché unique européen.

Interrogé sur la colère des loyalistes, M. Johnson a répondu que « c’est exactement le problème que je cherche à résoudre ».

Il a déclaré aux médias qu’il voulait « s’assurer que nous maintenions l’équilibre entre les deux communautés et que nous nous occupions de tout le monde en Irlande du Nord ».

Le Premier ministre a rappelé que l’Irlande du Nord fêtait son centenaire et a déclaré qu’il souhaitait défendre tous les habitants de la région.

« En ce moment, le protocole fonctionne d’une manière déséquilibrée, bien sûr nous respectons l’importance du marché unique de l’UE, nous attachons également une grande importance à l’accord du Vendredi saint, au processus de paix », a-t-il déclaré.

« Il s’agit d’un seul et même Royaume-Uni et cela figure également dans le protocole, il le dit explicitement noir sur blanc. »

Pressé de savoir s’il craignait que les groupes loyalistes retirent leur soutien au processus de paix, M. Johnson a répondu : « J’espère vraiment qu’ils ne le feront pas et notre intention est de respecter l’accord du Vendredi Saint ».

Concernant le protocole, ce dernier a indiqué : « La façon dont il fonctionne actuellement n’est pas adéquate, elle ne tient pas compte des sentiments et des attachements de l’une des communautés et, par conséquent, je pense que nous devons y réfléchir longuement et sérieusement. Nous devons nous assurer qu’il fonctionne de manière à ce qu’il y ait consentement. Actuellement, il ne fonctionne pas avec le consentement des intéressés. Je pense que ce que nous avons fait, et que certains au sein de l’UE contestent, relève du bon sens, parce que c’est légal et qu’il s’agit de mettre en place certaines adaptations techniques qui permettront de résoudre certains de ces problèmes immédiats. Ce que nous considérons, au sein du gouvernement britannique, comme un déséquilibre dans la manière dont le protocole fonctionne sert à affecter l’équilibre du processus de paix et de l’accord du Vendredi Saint. »

Le gouvernement britannique a unilatéralement prolongé jusqu’en octobre certains allègements de la réglementation allégée sur les marchandises arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne, qui devaient se terminer à la fin de ce mois. L’UE a menacé d’intenter une action en justice en réponse à cette décision.

Interrogé sur le fait de savoir s’il était prêt à admettre que le protocole était là pour rester, M. Johnson a répondu : « J’ai déjà dit que nous étions prêts à faire des concessions : « J’ai déjà dit que nous nous réservons le droit d’invoquer l’article 16 si cela s’avère nécessaire, si nous ne parvenons pas à résoudre ce problème ».

Au cours de son voyage, M. Johnson a discuté du protocole avec de hauts responsables du DUP, dont la Première ministre Arlene Foster et Lord Dodds. S’exprimant après la réunion, Mme Foster a qualifié sa conversation avec le Premier ministre de « franche ».

La chef du DUP a déclaré qu’elle l’avait exhorté à « défendre l’Irlande du Nord » et à abandonner le protocole « intolérable ».

« Pas un seul parti unioniste en Irlande du Nord ne soutient ce protocole intolérable« , a déclaré Mme Foster.

« Plutôt que de protéger l’accord de Belfast et les accords qui lui ont succédé, le protocole a créé une division sociétale et un préjudice économique. Alors que des périodes de grâce ont été prolongées unilatéralement, nous avons besoin d’une solution permanente pour que les entreprises puissent planifier et que l’intégrité du marché intérieur du Royaume-Uni puisse être restaurée. »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

Articles liés

Edwin Poots (DUP) : « Je ne me reposerai pas tant que le protocole en Irlande du Nord ne sera pas supprimé »

Edwin Poots, ministre de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales d'Irlande du Nord depuis le 11 janvier 2020, a été élu vendredi président du parti unioniste...

Irlande du Nord : la justice déclare innocentes les victimes du massacre de Ballymurphy (1971)

La justice nord-irlandaise est revenue cette semaine sur le "massacre de Ballymurphy" en 1971, reconnaissant que les 10 victimes étaient toutes des civils innocents. https://www.youtube.com/watch?v=El0q6LB7noY Le...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger les vétérans de l'armée contre...