Hongrie. Viktor Orbán veut soutenir rock et pop patriotes pour en faire un « ciment d’identité »

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

En Hongrie, le gouvernement de Victor Orbán a décidé de soutenir financièrement le rock et la pop hongrois afin de promouvoir la culture nationale et d’en faire un « ciment d’identité ».

Viktor Orbán veut tenir les leviers culturels en Hongrie

La bataille culturelle, il y a certains qui en parlent et d’autres qui la mènent. C’est le cas de la Hongrie du Premier ministre Viktor Orbán, dont le gouvernement a annoncé voilà quelques jours un plan de soutien à une partie de la scène musicale nationale. Une enveloppe de 62 millions d’euros sera assignée à un objectif : trouver, former et soutenir des artistes hongrois tout en finançant la création de studios d’enregistrement et de lieux de concert ainsi que l’achat de divers équipements.

Mais, contrairement à ce que l’on a pu observer en France, notamment depuis l’ère Jack Lang et l’avènement de la culture subventionnée, les autorités hongroises ne se contenteront pas d’apporter leur soutien à n’importe quels artistes. Il est ici question de développer une scène musicale ayant clairement pour rôle de défendre l’identité hongroise.

Cité notamment par Le Figaro, Szilard Demeter, commissaire hongrois à la culture depuis 2019 détaille l’ambition du projet : « Il s’agit d’aboutir à des productions pop et rock hongroises de qualité, d’en faire un ciment d’identité ». L’homme, dans un entretien datant de l’année dernière, ne cachait déjà pas ses inquiétudes quant aux menaces pesant sur les différentes cultures autochtones européennes. Réaliste, il avançait alors au sujet de la culture hongroise que, « dans la féroce guerre qui se joue, la question est de savoir si elle aura disparu dans cent ans », estimant que « l’identité nationale s’est affaiblie » en Hongrie et qu’il est nécessaire de la « restaurée ».

Culture subventionnée : la France a fait l’inverse

Si, en France, la volonté du gouvernement hongrois de chercher à développer le sentiment identitaire national par le biais musical fait l’objet de critiques prévisibles, pointant du doigt une potentielle mainmise de l’État sur la liberté des artistes et sur leur créativité, le pays est pourtant bien mal placé pour donner des leçons à ses voisins.

À la grande différence de la Hongrie, les gouvernements successifs de l’Hexagone, tout particulièrement depuis François Mitterrand, n’ont jamais couvert de subventions les productions culturelles visant à défendre les identités charnelles de France mais plutôt celles ayant contribué à la déstructuration progressive de notre société.

Des financements généreux accordés aux MJC des « quartiers populaires » dans les années 90 afin de développer la culture du rap et du tag en passant par les expositions d’art contemporain (largement subventionnées là encore) faisant la part belle aux questions de genre jusqu’au point d’orgue que fut la Fête de la musique 2018 à l’Élysée, on ne peut pas dire que la France ait cherché elle aussi à faire de la culture un « ciment d’identité »…

« Fils d’immigré, noir & pédé » : une Fête de la musique à l’Élysée [Vidéo]

Dans un pays où le rap, musique véhiculant le culte de la violence, de l’argent facile, de la vulgarité, et même, parfois, du racisme anti-blanc, domine désormais sans partage sur l’industrie musicale nationale, c’est pourtant bien à une grande « remise à plat » des politiques culturelles qu’il faudrait procéder. La 46e et dernière cérémonie des César qui s’est tenu voilà quelques semaines en est une nouvelle preuve, tandis que le petit monde du cinéma français ne crache pas non plus sur les subventions. Une attitude qui serait par ailleurs suicidaire, au sens propre.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Lettre ouverte des anciens militaires. Au 7 avril, le « quarteron » s’élève à… 25 251 signataires

C’est désormais un « quarteron » (???) de 25 251 anciens militaires (contraints, pour la quasi-totalité, d’abandonner  leurs chère...

Mouvement contre le BTS et le bac : lycées bloqués à Nantes, police attaquée à Saint-Nazaire

Depuis le début de la semaine, des syndicats lycéens d’extrême-gauche mènent une agitation aussi numériquement faible que violente. A...

Articles liés

Bataille culturelle. Booba, France Culture et le « Grand Remplacement » par le rap…

La radio France Culture déplore une chute drastique de son audience depuis quelques mois. La faute au Covid-19 selon certains, la faute à l'absence...

Légendes du rock. Les Smiths

Dans les années 80, les Smiths révolutionnent le paysage musical avec un son qui ne ressemble à aucun autre. Leurs quatre albums ont inspiré une...

Légendes du rock. The Clash

En 1976, la jeune scène punk de l’Ouest londonien donne naissance à un groupe à l’ascension fulgurante : les Clash. L’incarnation parfaite du groupe punk,...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés de Cornouailles ont célébré cette...