Élections régionales. L’Élysée fera tout pour empêcher le RN de s’emparer de la région Bretagne

A LA UNE

La liste du Rassemblement national arrivera peut-être en tête au premier tour des élections régionales en Bretagne. Mais tout sera fait pour l’empêcher de l’emporter au second tour. La méthode s’appelle « Front républicain ». Dans le mois précédant ces élections, les sondages indiqueront la marche à suivre…

Avoir un bon résultat au premier tour ne signifie pas victoire au second. C’est ce que montrent les sondages portant sur les intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2022. On voit donc Marine Le Pen gambader en tête avec 28%, devançant nettement Emmanuel Macron (24%), tous deux dominant Xavier Bertrand (14%), Jean-Luc Mélenchon (10%) ; Anne Hidalgo (8%) et Yannick Jadot (6%).

En 2022 Macron ne sera plus le perdreau de l’année

Mais changement de programme le second dimanche : Macron serait réélu avec 53% des suffrages exprimés, Marine le Pen héritant d’un score flatteur certes mais insuffisant pour s’installer à l’Élysée (47%). Évidemment, on peut faire remarquer que Macron avait terminé la course en 2017 avec 66%, contre 34% pour la présidente du Rassemblement national. La chute apparaît donc forte. L’explication est à rechercher du côté de l’usure du pouvoir. Il y a cinq ans, le grand public ignorait l’existence d’Emmanuel Macron. Ses idées, son fonctionnement, sa personnalité demeuraient des inconnus pour la masse des électeurs. Mais, en 2022, ce ne sera plus un perdreau de l’année ! Il ne fera plus figure de produit neuf, il ne sera plus nouveau pour les gens. Il aura même accumulé les ennemis, en particulier dans les classes populaires. D’après l’IFOP, 49% des sondés voteraient Marine Le Pen au second tour avant tout pour qu’Emmanuel Macron ne soit pas réélu.

Quant à Mme Le Pen, elle souffre de ne pas disposer de réserves. En effet, au second tour de 2022, elle ne récupérerait que 28% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, également 28% des électeurs de Anne Hidalgo (enquête IFOP réalisée auprès de 2 454 personnes, un large échantillon qui permet de réduire la marge d’erreur, Marianne, 19 mars 2021).

L’Élysée surveille de près la marmite bretonne

Gilles Pennelle (RN) croit en sa victoire

Pour les élections régionales, en Bretagne, aucune surprise si la liste RN arrive en tête au soir du premier tour.  Très sûr de lui, Gilles Pennelle a déjà affirmé : « Le RN sera en tête au soir du premier tour » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, 20 – 21 février 2021). Surtout si plusieurs listes possédant du potentiel (Chesnais-Girard, marcheurs, écolos, droite) prennent le départ et favorisent l’émiettement. Dès que les sondages portant sur les intentions de vote seront rendus publics, on verra les chances des uns et des autres. Une certitude : l’Élysée surveille de près la marmite bretonne. Car la région demeure symbolique : Emmanuel Macron avait obtenu 28,94% des suffrages exprimée au premier tour de 2017, contre 24,01% à l’échelon national, dans les cinq départements bretons. Au second tour de 2017, il avait engrangé 75,87% des voix dans le même périmètre, contre 66,10% à l’échelon national. La Macronie tient donc à la Bretagne. De ce fait tout sera fait pour empêcher une victoire du RN. Avec la fusion des listes, voire des retraits si nécessaire, on fera barrage. À la manœuvre s’activeront Jean-Yves Le Drian, Richard Ferrand et Pierre Méhaignerie. Le chef de file de la liste « Nous la Bretagne » (MoDem, UDI, Agir, LREM), Thierry Burlot, a déjà annoncé la couleur : « Mon seul adversaire, c’est le Rassemblement national et la montée des extrémisme » (Ouest-France, Bretagne, 27 – 28 mars 2021).

Des sondages pas fameux ?

Bien entendu, en « haut lieu », on possède déjà les résultats des premiers sondages portant sur les intentions de vote ; ce qui permet de connaître la température. On peut supposer qu’ils ne sont pas fameux puisque Jean-Yves Le Drian et Richard Ferrand ont tenté récemment une opération de conciliation. Il s’agissait de mettre autour d’une table Loïg Chesnais-Girard  et Thierry Burlot – c’est-à-dire le président du conseil régional et l’un de ses vice-présidents, aujourd’hui concurrents. Cette tentative d’une ultime alliance a échoué (Ouest-France, Bretagne, mardi 23 mars 2021). Le Drian « aurait tout tenté pour éviter ce duel fratricide. C’est raté » (Ouest-France, Bretagne, mercredi 24 mars 2021).

L’ancienne majorité de Le Drian avait obtenu 34,92% des voix au premier tour des régionales de 2017. Aujourd’hui divisée en deux fractions (Loïg Chesnais-Girard et Thierry Burlot), aucune ne peut prétendre, sauf miracle, terminer en tête au premier tour ; ce qui inquiète Le Drian. Certes, le président sortant peut compter sur les renforts, au second tour, des écolos – la fusion des deux listes est prévue. Pourtant, Chesnais-Girard ferait bien de se méfier car EELV ne semble pas bénéficier d’un courant porteur en ce moment. Les sondages ne donnent qu’un petit 6% à Yannick Jadot…

Évidemment, Loïg Chesnais-Girard peut faire un pari : sa liste arrivera devant celle de Burlot. Et l’Élysée imposera le retrait de cette dernière. Une espèce de « front républicain » se mettra en place, d’où la défaite assurée du RN. L’exemple de 2015 montre qu’une triangulaire (Le Drian, droite et RN) n’est pas suffisante pour assurer la victoire de Gilles Pennelle. Une quadrangulaire, peut-être. Hypothèse possible, mais comme on l’a dit plus haut, très improbable…

Bernard Morvan

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

3 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés