Tyrannie sanitaire. Non, l’Angleterre n’a pas repris une vie normale ni retrouvé sa liberté !

A LA UNE

La vue de quelques pintes de bière sur une terrasse londonienne fait manifestement perdre la raison à beaucoup de commentateurs politiques ou d’influenceurs sur les réseaux sociaux. Ainsi, depuis le 12 avril, il semblerait à les entendre que l’Angleterre soit devenue le pays de la liberté retrouvée, post-covid. Il n’en est rien.

Tout d’abord, si les Anglais ont pu bénéficier de quelques libertés supplémentaires accordées par leurs autorités, ce n’est le cas ni des Écossais, ni des Gallois, ni des nord irlandais, pour le moment (ça ne saurait tarder). On ne peut donc pas parler de Royaume-Uni dans ce cas précis.

Ensuite, quelles sont les mesures qui sont entrées en vigueur ? Contrairement à ce qu’affirment ici ou là certains, ce ne sont pas les cafés, pubs et restaurants qui ont ouvert en Angleterre. Mais les cafés, pubs et restaurants avec terrasses ou « beer garden », c’est-à-dire une minorité de cafés, pubs et restaurants justement. La plupart des pubs ne possèdent pas de terrasse (38% seulement en ont), ou des terrasses minuscules, idem pour les restaurants… donc il est faux d’affirmer que la Libération a sonné en Angleterre. Et pour ceux qui n’ont pas de terrasses, les autorités les autorisent à en ouvrir une…sur leurs parkings privés.

Par ailleurs, pour le pub comme pour le restaurant, vous êtes limité à 6 personnes par table, et vous ne pouvez pas circuler, ni commander au bar, ni vous poser au bar. Quelle liberté !

Outre les terrasses, les salles de sports, ou les coiffeurs ont rouvert. Pour les coiffeurs, c’est déjà le cas en France, puisque jugé commerce essentiel.

Pour ce qui est du masque, rien n’a changé, et il est toujours obligatoire aussi bien dans les espaces publics intérieurs, comme les commerces et les transports en commun. Alors certes, les autorités anglaises ne sont pas aussi maboules que les autorités françaises qui ont imposé le masque dans la rue, y compris si vous êtes en pleine campagne, mais cela n’en fait pas une liberté d’autant plus que l’Angleterre se vante d’avoir vacciné 60% de sa population, sans pour autant laisser libre son peuple…

En France c’est d’ailleurs pareil, les gens ne se rendent pas compte qu’y compris vaccinés, ils doivent se plier à toutes les restrictions sanitaires en vigueur, puisque justement rien n’indique que le vaccin empêche la contagion…son seul intérêt éventuel notamment pour les moins de 60 ans…

En réalité, et c’est ça qui est terrible, les autorités ont tellement brimé, cadenassé, fermé, bridé la population, que celle-ci est prête, à la moindre petite fenêtre de tir, à croire en sa liberté retrouvée, liberté qu’elle n’est pourtant pas prête de revivre, si l’on en croit les projets de passeport sanitaire éventuel, de continuité de la vie publique avec masque, ou de restrictions sécuritaires et sanitaires en tout genre, notamment pour les voyages à l’étranger.

Ces Anglais qui aujourd’hui se réjouissent parce que leurs maîtres les autorisent à siroter une pinte sur une terrasse glacée, à 9 h du matin, et ces Français qui, voyant cela, envient cette « liberté » font penser à ces chiens maltraités, frappés, affamés par des maîtres indignes. Et qui se jettent sur eux pour les lécher et les remercier parce qu’après avoir été abominable pendant des mois, le maître, un bon matin, levé de bon pied, a décidé de leur jeter quelques croquettes…

Terriblement inquiétant.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Cyclisme. Le britannique Leo Hayter remporte la deuxième étape du Tour de Bretagne entre Corlay et Rosporden

Seconde étape du Tour de Bretagne ce mardi, et quelle étape ! Une deuxième étape remportée par le britannique...

Jugée pour avoir abandonné ses 68 animaux dans une ferme près de Carhaix

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a porté plainte contre une femme qui...

6 Commentaires

  1. le titre parle précisément de l’Angleterre
    alors la remarque « On ne peut donc pas parler de Royaume-Uni dans ce cas précis » n’a rien à faire dans ce texte

  2. La plupart des « sans dents » ne réfléchissent plus. Les médias « bien-pensants » le font à leur place et à leur façon. Dernière sortie vélo avec quelques gars de mon club en période de couvre-feu mais avant le dernier confinement en date. Ces derniers se réjouissaient que leurs maîtres dans leur infinie bonté les autorisent à faire du vélo seul sur un rayon de 10 kilomètres !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés