Waterloo morne plaine…, chronique d’une défaite annoncée. Par Thierry Piel

A LA UNE

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

Le 6 mars 1815, l’Europe apprend la stupéfiante nouvelle. Six jours plus tôt, Napoléon Bonaparte a quitté l’île d’Elbe et débarqué en Provence avec une petite troupe pour reconquérir le trône dont on l’avait privé l’année précédente. Dès le lendemain, les États européens, réunis en congrès à Vienne pour redessiner la carte de l’Europe bouleversée par les guerres de la Révolution et de l’Empire, décident de faire front. À l’aube du 15 juin, l’armée du Nord conduite par Napoléon pénètre en Belgique pour affronter les forces anglaises et prussiennes avec pour objectif de les vaincre l’une après l’autre avant qu’elles n’opèrent leur jonction.

Trois jours plus tard le 18 juin, au sud de Bruxelles, a lieu la bataille fatidique de Waterloo qui signera la fin de l’épopée napoléonienne. Très rapidement, ce combat particulièrement meurtrier fera l’objet de nombreuses tentatives de justification souvent contrefactuelles pour exonérer le plus brillant chef de guerre de son temps de cette défaite. Thierry Piel présente le contexte et les détails de cet affrontement hors norme qui permettent de comprendre pourquoi Napoléon perdit sa dernière bataille.

Thierry Piel est maître de conférences en histoire ancienne à l’Université de Nantes.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cybersécurité. Quelles menaces pour les réseaux de distribution électrique ?

Les cyberattaques menacent aussi les réseaux de distribution électrique et les entreprises stratégiques du secteur de l'énergie. Avec de...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité...

Articles liés

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...

Quand Nietzsche évoquait Napoléon

En ces jours particuliers, citons ce bel extrait de Nietzsche à propos de Napoléon. En contrepoint aux discours convenus, un texte aux antipodes de...

Napoléon, la destinée et la mort

Il y a deux siècles, le 5 mai 1821, Napoléon Bonaparte rendait son dernier soupir à Sainte-Hélène. Au travers de sept moments clés qui l’ont vu braver la mort,...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant séduit les romanciers que les...