Propagande dans le Cinéma. Les Oscars sont truqués en fonction de la race, de l’orientation sexuelle des acteurs

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Le journal américain The Daily Wire a révélé – ce qui ne sera pas une surprise pour grand monde – que la cérémonie des Oscars et que le choix des films se porte non pas sur leur qualité, mais avant tout sur du trucage en fonction de la race, de l’orientation sexuelle des acteurs.

Un article salutaire alors que la cérémonie des Oscars 2021  s’est déroulée dimanche 25 avril.

Voici la traduction de l’article :

Selon les résultats d’un nouveau sondage SurveyMonkey commandé par The Daily Wire, la majorité des Américains ne pensent pas que les exigences en matière de diversité devraient jouer un rôle important dans la nomination ou non d’un film aux Oscars. À quelques jours de la cérémonie des Oscars, le sondage a demandé à un échantillon national d’Américains si la diversité de la distribution, des thèmes ou de l’équipe d’un film devait jouer un rôle important dans l’obtention d’une nomination aux Oscars ou si le mérite artistique devait être le seul facteur à prendre en compte.

63% des répondants sont d’accord pour dire que « les films devraient être jugés uniquement sur leurs mérites artistiques », tandis que seulement 24% des répondants ont déclaré que « la diversité devrait être un facteur important » dans la nomination d’un film. Les autres répondants ont indiqué qu’ils étaient incertains.

Près de la moitié des répondants non blancs, 48 %, ont déclaré que le mérite artistique devrait être la seule considération, tandis que 38 % ont déclaré que la diversité devrait être prise en compte dans la décision de nomination.

Les Oscars, le triomphe de la propagande ?

L’année dernière, l’Académie des Oscars a annoncé qu’à partir de 2024, un film ne pourra prétendre au titre de meilleur film que s’il répond à des critères de diversité spécifiques dans deux des quatre domaines de la diversité. Les nouvelles lignes directrices de l’Académie couvrent « la représentation, les thèmes et les récits à l’écran » et « la direction créative et l’équipe du projet« , ainsi que ce que l’on appelle les possibilités d’accès à l’industrie et la diversité du développement du public.

Leni Riefenstahl est une petite joueuse à côté d’Hollywood et de son industrie, comme le montrent les critères pour les futurs films qui seront sélectionnés aux Oscars, puis vus ensuite par des populations potentiellement désinformées :

NORME A : REPRÉSENTATION, THÈMES ET RÉCITS À L’ÉCRAN
Pour atteindre la norme A, le film doit répondre à l’UN des critères suivants :

A1. Acteurs principaux ou acteurs secondaires importants

Au moins un des acteurs principaux ou des acteurs secondaires importants est issu d’un groupe racial ou ethnique sous-représenté.

  • Asiatique
  • Hispanique/Latinx
  • Noirs/Africains américains
  • Indigène/amérindien/autochtone de l’Alaska
  • Moyen-Orient/Afrique du Nord
  • Natif hawaïen ou autre insulaire du Pacifique
  • Autre race ou ethnie sous-représentée

A2. Distribution générale d’ensemble

Au moins 30% de tous les acteurs dans les rôles secondaires et plus mineurs sont issus d’au moins deux des groupes sous-représentés suivants :

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LGBTQ+.
  • Personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou sourdes ou malentendantes.

A3. Scénario principal/sujet

L’intrigue principale, le thème ou le récit du film est centré sur un ou plusieurs groupes sous-représentés.

  • Les femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LES LGBTQ+.
  • Personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou sourdes ou malentendantes.

NORME B : DIRECTION CRÉATIVE ET ÉQUIPE DE PROJET
Pour atteindre la norme B, le film doit répondre à l’UN des critères ci-dessous :

B1. Direction créative et chefs de service

Au moins deux des postes de direction créative et des chefs de département suivants – directeur de casting, directeur de la photographie, compositeur, costumier, réalisateur, monteur, coiffeur, maquilleur, producteur, concepteur de production, décorateur, son, superviseur VFX, scénariste – sont issus des groupes sous-représentés suivants :

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LGBTQ+.
  • Personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou sourdes ou malentendantes.

Au moins un de ces postes doit appartenir au groupe racial ou ethnique sous-représenté suivant :

  • Asiatique
  • Hispanique/Latinx
  • Noirs/Africains américains
  • Indigène/amérindien/autochtone de l’Alaska
  • Moyen-Orient/Afrique du Nord
  • Natif hawaïen ou autre insulaire du Pacifique
  • Autre race ou ethnie sous-représentée

B2. Autres rôles clés

Au moins six autres postes de l’équipe et des techniciens (à l’exclusion des assistants de production) sont issus d’un groupe racial ou ethnique sous-représenté. Ces postes comprennent, sans s’y limiter, le premier assistant de production, le chef électricien, le superviseur du scénario, etc.

B3. Composition globale de l’équipe
Au moins 30% de l’équipe du film est issue des groupes sous-représentés suivants :

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LGBTQ+.
  • personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou sourdes ou malentendantes.

NORME C : ACCÈS ET OPPORTUNITÉS POUR L’INDUSTRIE
Pour atteindre la norme C, le film doit répondre aux DEUX critères ci-dessous :

C1. Possibilités d’apprentissage et de stage rémunérés

La société de distribution ou de financement du film propose des apprentis ou des stagiaires rémunérés issus des groupes sous-représentés suivants et répondant aux critères ci-dessous :

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LES LGBTQ+
  • Personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou qui sont sourdes ou malentendantes

Les grands studios/distributeurs sont tenus d’offrir des stages ou des apprentissages rémunérés et continus aux groupes sous-représentés (qui doivent également inclure les groupes raciaux ou ethniques) dans la plupart des départements suivants : production/développement, production physique, post-production, musique, VFX, acquisitions, affaires commerciales, distribution, marketing et publicité.

Les mini-majors ou les studios/distributeurs indépendants doivent avoir un minimum de deux apprentis/stagiaires issus des groupes sous-représentés ci-dessus (dont au moins un issu d’un groupe racial ou ethnique sous-représenté) dans au moins un des départements suivants : production/développement, production physique, post-production, musique, VFX, acquisitions, affaires commerciales, distribution, marketing et publicité.

C2. Opportunités de formation et développement des compétences (équipe)

La société de production, de distribution et/ou de financement du film offre des opportunités de formation et/ou de travail pour le développement des compétences de base aux personnes issues des groupes sous-représentés suivants :

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique
  • LGBTQ+.
  • personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou sourdes ou malentendantes.

NORME D : DÉVELOPPEMENT DU PUBLIC
Pour atteindre la norme D, le film doit répondre aux critères ci-dessous :

D1. Représentation dans le marketing, la publicité et la distribution

Le studio et/ou la société cinématographique comptent plusieurs cadres supérieurs internes issus des groupes sous-représentés suivants (doivent figurer des personnes issues de groupes raciaux ou ethniques sous-représentés) dans leurs équipes de marketing, de publicité et/ou de distribution.

  • Femmes
  • Groupe racial ou ethnique

Asiatique
Hispanique/Latinx
Noirs/Africains américains
Indigène/amérindien/amérindien de l’Alaska
Moyen-Orient/Afrique du Nord
Natif hawaïen ou autre insulaire du Pacifique
Autre race ou ethnie sous-représentée

  • LGBTQ+.
  • Personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques, ou qui sont sourdes ou malentendantes

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

2 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Edward Dutton : « La race est devenue un tabou parce que nous sommes dominés par une nouvelle religion, le multiculturalisme » [Interview]

Les lecteurs non anglophones passent souvent à côté d'études et de lectures majeures, parce qu'il existe encore certains pays qui ne sont pas soumis...

Royaume-Uni. Une compagnie ferroviaire supprime la formule « ladies and gentlemen » de ses annonces pour ne pas offenser les passagers « non binaires...

« Welcome Ladies and gentlemen », la formule de politesse serait désormais discriminatoire au Royaume-Uni. C'est ce qu'a fait savoir une employée (et militante...

Le Golden Retriever, chien de race préféré des Bretons !

D'après les calculs de la Société Centrale Canine qui tient le Livre des Origines Français (LOF), la population de chiens de race en France dépasse les 2,5 millions d'individus, sur les 7 millions de chiens que compte...

Université. « Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Des thèmes majoritaires dans les publications scientifiques.

« Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Trois universitaires viennent de démontrer par les chiffres que la recherche autour de ces...