2 500 Roms dans l’agglomération nantaise ?

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

La récente réinstallation des Roms à l’Orvasserie en Saint-Herblain alors qu’ils venaient de quitter un autre terrain squatté à la Cabotière permet de rappeler que les années passent, et sur le sujet des Roms, rien ne change sinon qu’ils sont toujours plus.  Il y a en effet près de 2 500 Roms fin 2020 dans l’agglomération nantaise – contre un peu moins de 1 500 en 2015.

Comme en 2015, la quasi-totalité de ces Roms est concentrée sur une petite dizaine de communes, dont Nantes même, Sainte-Luce, Carquefou (dont le CCAS en domicilie 100), Couëron, Basse-Indre, Saint-Herblain, Bouguenais, Rezé et les Sorinières. S’y ajoute désormais Vertou où des Roms se sont installés zone de la Vertonne 2019, ont été évacués en mai, et y sont revenus, rue de la Maladrie, en mars 2020, après avoir été expulsés de la zone portuaire de Cheviré à l’ouest de l’agglomération – soit 220 personnes (dont 58 enfants) sur 90 caravanes.

Les efforts des municipalités et des associations – mise à disposition de logements, scolarisation des enfants, dispositifs subventionnés de médiation divers… semblent n’avoir, depuis six ans, pas réussi à résorber les bidonvilles et les tensions entre Roms et riverains auxquels ils imposent leur présence.

Fréquentes interventions des forces de l’ordre dans les camps

Les fréquentes interventions des forces de l’ordre dans les camps, qui donnent lieu de façon récurrente à la découverte de quantités de carburant siphonné, de bidons pour ce faire, d’outillages électroportatifs et de caravanes volées, de carcasses de moutons volés dans le département voire au delà (dans les Deux-Sèvres, les Mauges) et abattues sur place clandestinement, de voitures volées et d’épaves diverses et variées témoignent de l’étendue de ce qui reste à faire pour les Roms s’intègrent dans la population. Et ce sans parler des mariages précoces, des violences diverses, des foyers de coronavirus et d’autres maladies infectieuses…

De même, les expulsions des Roms des zones qu’ils occupent illégalement – suite auxquelles ils se réinstallent généralement dans le même secteur géographique (comme les Roms du Fort partis à la Chantrerie), souvent sur un terrain déjà occupé par le passé – ou à défaut, dans  la même commune, ne semblent pas faciliter l’insertion des Roms et le travail des associations – problématiques qu’elles soulèvent régulièrement.

Comme dans bien d’autres domaines, les politiques publiques vis à vis des Roms restent au milieu du gué entre répression et tolérance, entre inclusion et indifférence, entre illusion de l’intégration et non-dit du caractère résolument étranger au tissu social nantais de leur mode de vie et de leur culture, et n’arrivent à rien, ni pour les riverains – et contribuables – ni pour les Roms eux-mêmes.

Louis Moulin

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

3 Commentaires

  1. De novembre à avril , certaines de ces  » familles  » nantaises ( j’ai une « .entreprise  » à Nantes ) de migrateurs ont trouvé le filon : elles vont passer l’hiver au soleil en poursuivant leurs activités plus que douteuses , laissant dans leur sillage un fort parfum d’arnaques en tous genres .
    La Réunion découvre avec étonnement les pratiques musclées proches de la vente forcée dans le commerce des matelas , le nettoyage des toitures , ravalements …. suivis de factures à caractère fantaisiste affichant des tarifs exorbitants . Naïfs réunionnais ( pas pour longtemps , l’île est petite et la parole circule vite ) qui se font plumer par ces escrocs sans scrupules : les « .gens du pillage  » !
    https://www.zinfos974.com/Quand-des-travailleurs-venus-pour-2-mois-saccagent-la-maison-louee-sur-Le-Bon-Coin_a167921.html

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes. Après avoir laissé une décharge à la Beaujoire, des Roms occupent un nouveau terrain à Saint-Herblain

Après l'expulsion d'un camp de Roms le 12 avril dernier rue du Fort, l'un des terrains qu'ils occupaient a été sécurisé par Nantes Métropole...

Nantes. Camp de Roms de Port la Blanche : les riverains n’en peuvent plus

L’installation des Roms, le 29 novembre, sur un terrain en bordure de l’Erdre, propriété publique et en zone naturelle protégée, aux abords de l’autoroute...

Nantes. Un camp de Roms évacué par ses occupants, des immondices partout [photos]

23/11/2015 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) – Il y a quelques jours, un camp de Roms situés en bordure du périphérique nantais a été évacué par ses...