L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

A LA UNE

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du rétablissement des transports internationaux. Sans attendre la fin des restrictions aux déplacements, l’immigration clandestine arrivant en Europe par la mer méditerranée connait un très fort regain depuis le début de l’année 2021.

Tout semblant de fermeté pour faire respecter les frontières extérieures de l’Union européenne semble avoir disparu. Cédant aux pressions des ONG no border, l’Union européenne proscrit désormais tout refoulement de bateaux clandestins en haute mer. Dans ces conditions, les pays européens apparaissent plus désarmés que jamais face à la croissance de l’immigration clandestine. Les solutions préconisées par l’Union européenne risquent d’empirer la situation : la répartition des migrants entre pays européens est de nouveau présentée comme la solution pour alléger la pression migratoire que subissent les pays du sud de l’Europe. Pour lutter contre l’immigration clandestine, la commission européenne entend donner la priorité aux retours volontaires des étrangers en situation irrégulière présents dans l’UE, au détriment des éloignements forcés.

Les arrivées clandestines par la mer méditerranée en hausse

En Italie, la fin du blocus aux bateaux des passeurs et des ONG depuis le départ de Matteo Salvini du ministère de l’intérieur en septembre 2019 se fait cruellement sentir.

Alors qu’en 2019, on dénombrait seulement 11 471 arrivées de clandestins sur les côtes italiennes, elles atteignaient 35 100 en 2020. Depuis le début de l’année 2021, la hausse s’accélère. Au 10 mai, le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies recensait 12 800 arrivées clandestines par la mer en Italie. Durant le seul week end du 9 mai, près de 2 100 clandestins sont arrivés sur l’ile de Lampedusa, ce qui leur permet d’accéder en toute tranquillité au continent européen. Le retour des beaux jours est l’occasion pour de nombreux Tunisiens, Bangladais, Ivoriens, Egyptiens et Algériens de tenter leur chance. La surveillance des départs de bateaux des côtes libyennes par les autorités du pays, pourtant subventionnée par l’Union européenne, semble se relâcher sérieusement.

En Espagne, on comptait au 10 mai 9 160 arrivées de clandestins par la mer depuis le début de l’année 2021. Le journal espagnol OK Diario recensait le 8 mai l’arrivée de pas moins de 30 embarcations clandestines en 48 heures à Almeria. Les agressions contre les gardes civils espagnols chargés de la surveillance des côtes se multiplient. Près de 30 d’entre eux auraient été blessés depuis le début de l’année. Les Iles canaries sont également devenues une destination de choix pour les clandestins, en raison de leur proximité avec le continent africain. Pas moins de 4 950 clandestins y sont arrivés depuis le début de l’année. Pour les Marocains qui parviennent à gagner l’Espagne, c’est un billet simple pour l’Europe. Invoquant des raisons sanitaires, les autorités marocaines ont en effet décidé de suspendre les opérations de retour des migrants des Canaries vers le Maroc. Ces chiffres communiqués par le HCR des Nations Unies ne comptabilisent évidemment que les arrivées recensées par l’organisation internationale.

Le continent européen désarmé, faute de volonté politique

Les réponses que souhaite rapidement apporter l’Union européenne à l’immigration clandestine risquent fort de l’augmenter encore davantage. Elles consistent en un programme en 4 volets :

-le bannissement de tout refoulement de bateaux clandestins en mer méditerranée ;

-le renforcement des capacités d’accueil ;

-la répartition des clandestins entre pays européens ;

-l’aide au retour volontaire.

Le bannissement de tout refoulement de bateaux clandestins en mer Méditerranée

Lors d’une conférence de presse organisée le 11 mai, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, et Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, ont martelé qu’aucun refoulement de bateaux clandestins ne devait être organisé en mer méditerranée.

Cette position part du postulat que tous les migrants venant clandestinement en Europe par la mer méditerranée sont potentiellement des demandeurs d’asile, peu importe qu’ils y viennent pour des raisons économiques. Peu importe également que dans 62% des cas, les demandeurs d’asile soient déboutés. Les incessantes mises en cause de l’action du corps de garde-côtes Frontex ont abouti au-delà des espérances des ONG no border.

Le renforcement des capacités d’accueil

Aidés par la commission européenne, de nombreux pays européens, dont la France et l’Italie, renforcent depuis plusieurs années leurs capacités d’accueil des étrangers en situation irrégulière.

En Italie, la reprise progressive du trafic des navires de croisière, dont certains étaient utilisées pour des quarantaines appliquées aux clandestins, amène le gouvernement à envisager de leur mettre à disposition des hébergements en dur. En France, les autorités ont récemment travaillé de concert avec un collectif d’aide aux clandestins. Le rassemblement que celui-ci a organisé le 12 mai place de la République à Paris réunissant plus de 700 migrants a été suivi d’une « mise à l’abri » immédiate planifiée par la Préfecture d’Ile de France. A aucun moment l’éloignement des étrangers en situation irrégulière n’est évoqué dans le communiqué de presse de la préfecture de région d’Ile de France. Tout au plus est-il évoqué un « accompagnement administratif ».

La répartition des clandestins entre pays européens

Face aux récentes et massives arrivées de clandestins en Italie, le premier ministre italien Mario Draghi souhaite relancer l’accord dit de Malte conclu en 2019, qui prévoyait une répartition automatique des migrants arrivés en Italie et à Malte. Lors d’une conférence de presse le 11 mai, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a appelé les États membres à « faire preuve de solidarité envers l’Italie » et « à apporter leur soutien en matière de relocalisation » pour faire face à l’« énorme quantité de personnes » arrivées récemment dans le pays.Des contacts ont d’ores et déjà été pris avec les autorités allemandes et françaises qui, n’en doutons pas, s’empresseront de répondre positivement à toutes les sollicitations en la matière.

Soulignons que le pacte européen sur les migrations et l’asile en négociation actuellement vise à rendre automatique la répartition et la relocalisation des clandestins arrivées par la mer Méditerranée en Europe, ce qui revient à accepter tacitement l’immigration clandestine.

L’aide au retour volontaire

La commission européenne entend faire des retours volontaires une pierre angulaire du pacte européen sur les migrations et l’asile actuellement en négociation. D’ores et déjà, la « stratégie européenne de retour et de réintégration » a été adoptée par la commission européenne le 27 avril 2021. Plutôt que d’accélérer le nombre d’éloignements d’étrangers en situation irrégulière, c’est par la persuasion et avec de l’argent que la commission européenne souhaite résorber le stock grandissant de clandestins vivant dans les pays de l’UE. La commission européenne justifie cette stratégie par le faible taux d’effectivité des retours décidés par les pays européens (29% en 2019) et le moindre coût d’un départ volontaire par rapport à un retour forcé.

Cette politique sur le mode « venez comme vous êtes » et « tout est proposé, rien n’est imposé » fait l’impasse sur plusieurs aspects de l’immigration clandestine :

-les migrants qui arrivent par la mer Méditerranée en Italie et en Espagne viennent ultra majoritairement de pays qui ne sont pas en guerre et sont souvent considérés comme « sûrs ».

– de nombreux migrants font une demande d’asile pour se maintenir sur le sol européen. Certains vont de pays en pays en espérant avoir une réponse positive à leur demande dans l’un d’entre eux. En 2019, le ministre français de l’intérieur évaluait à 30% le nombre de demandeurs d’asile présents en France ayant engagé une procédure dans un autre pays européen.

-la promotion des retours volontaires va entrainer des effets d’aubaine de la part des migrants, qui chercheront parmi les pays européens ceux qui proposent les meilleurs conditions. La France est particulièrement généreuse pour les clandestins qui veulent repartir au pays : outre une allocation forfaitaire de 1 850 euros, l’aide à la réinsertion peut atteindre jusqu’à 10 000 euros.

Libre circulation des bateaux clandestins en mer Méditerranée, augmentation incessante du parc d’hébergement des migrants, gestion de l’immigration clandestine par la répartition et non par l’endiguement, priorité des retours volontaires sur les retours forcés : les conditions sont réunies pour que l’immigration clandestine augmente très fortement dans les prochains mois en Europe en général et en France en particulier.

Sans transition aucune, l’Institut italien de statistiques évaluait récemment qu’en Italie, depuis le début de la crise sanitaire, un million de personnes supplémentaires sont passées en dessous du seuil de pauvreté. En France, le nombre d’allocataires du RSA a fortement augmenté pendant la période et atteignait 2,1 millions en octobre 2020.

Paul Tormenen

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tyrannie sanitaire. Le couvre feu sera levé dimanche 20 juin, le masque plus obligatoire en extérieur

Le Premier ministre Jean Castex a décidé de donner quelques bonbons à la population oppressée depuis plus d'un an...

Projet éolien et pollution en baie de Saint-Brieuc : la colère

La nappe d'huile rejetée accidentellement lundi sur le chantier du parc éolien et qui s'étendait sur plusieurs kilomètres au...

4 Commentaires

  1. l’Europe n’est pas une protection, les lobbys commandent l’Europe, laisse entrer les immigres sans fin malgré les beaux discours de protection !! regarder dans les bateaux ! que des hommes qui viennent envahir l’Europe, à quel fin !!!! quand les pays vont réagir à virer les dirigeant européens qui ne pensent qu’à se servir du système ! vive le Frexit ou une nouvelle Europe sans ces gaucho- Islamos.

  2. le fait de prendre des soit-disant naufragés près des cotes d’Afrique pour les déplacer vers l’Europe correspond à la traite d’êtres humains.
    qu’attendent donc les gouvernements Européens pour mettre fin à ces crimes en saisissant les navires et en emprisonnant les responsables ainsi que les associations leur servant d’appuis.
    UN NAUFRAGÉ DOIT ÊTRE CONDUIT DANS LE PORT LE PLUS PROCHE, SINON C4EST UN CRIME.

  3. Regardez bien la photo:
    Combien de passagers visibles ? on arrive a en compter 47, soit une charge, si un passager est pesé pour 50Kg ( ils ne sont pas décharnés) un minimum de 2.350Kgs mimimum soit 2tonnes et 350Kgs…
    Le canot n’est pas un « raffiot » en cours de décomposition, et ne semble pas sur le point de couler en dépit de la charge.
    Il est sorti des eaux territoriales de Libye par ses propres moyens soit un moteur puissant -qui pourrait en dire le prix?
    A moins qu’il ait été remorqué par un bon samaritain disposant du matériel ad hoc?
    Les passagers sont équipés de gilets flambants neufs… quel en est le prix ?
    Voila donc « des pauvres gars « qui après avoir traversé divers pays « accueullants » ont les moyens de s’équiper …pour une unique traversée qui a certainement été plus éprouvante que celle du Docteur BOMBARD lors de ses expériences de sauvetage…dont il était ressorti décharné.
    Détroussés par les passeurs qui leur sont venus en aide, qu’il a néanmoins fallu payer quelques milliers d’euros.
    Privés de femmes -cherchez sur la photo-.celui qui en trouve une gagne un chamalo…
    Et « sauvés » de l’enfer pour trouver le bonheur Place de Stalingrad….
    Si vous vous posez des questions ou avez des doutes,….précipitez vous à confesse vous ^étes un salaud….sans contrition.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d’origine étrangère

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d'origine étrangère. C'est ce qu'indique le Vlaams Belang dans un article paru sur son site,...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est urgent de repenser le fait...

L’Afrique réelle n°138. Ceuta et Melilla : les nouvelles portes de l’immigration

L'Afrique réelle n°138 est sorti. Pour vous abonner, c'est ici Sommaire Actualité : Ceuta et Melilla Plazas de soberiano et portes de l’immigration Dossier : La question ethnique et...

Royaume-Uni. Des arrivées records de migrants en provenance de France au mois de mai [Vidéo]

À la fin de ce mois de mai 2021, les autorités du Royaume-Uni ont vu un nombre record de migrants en provenance de France...