« Adams et McGuinness ont trahi tout le monde ». Un ancien prisonnier de l’IRA se penche sur les Troubles

A LA UNE

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est...

Ci-dessous, le témoignage passionnant de Thomas Elliot, ancien prisonnier de l’IRA qui raconte son point de vue sur les Troubles et la guerre civile en Irlande, pour l’Irish Times.

« Le processus de paix a rendu des gens très riches »

Aujourd’hui âgé de 63 ans, Thomas « Dixie » Elliott, ancien prisonnier de l’IRA, qui a partagé sa cellule à la fin des années 1970 et au début des années 1980 avec les grévistes de la faim Bobby Sands et Thomas McElwee, déclare que ces années de violence n’ont servi à rien.

Réfléchissant à 30 ans de conflit, alors que l’Irlande du Nord célèbre son centenaire, Elliot, originaire de Derry, estime que les dirigeants de l’IRA auraient dû mettre fin à la violence en 1987, car il est désormais clair qu’ils cherchaient des voies politiques bien avant cette date. Au lieu de cela, les dirigeants de Gerry Adams et Martin McGuinness ont laissé la violence se poursuivre pendant des années, tout en bradant les idéaux républicains socialistes pour lesquels Elliott et des centaines de catholiques de la classe ouvrière se sont engagés.

Tout en se félicitant de la paix apportée par l’accord du Vendredi Saint, il affirme que le processus de paix, vieux de 23 ans, est une « escroquerie » qui a rendu certains anciens membres de l’IRA « très riches« , mais qui n’a pas réussi à créer une société plus juste et moins sectaire. Elliot raconte qu’il avait 19 ans en 1977 lorsqu’il a été condamné à 12 ans pour détournement d’avion, tentative de meurtre et appartenance à l’IRA.

Comme un nombre surprenant de personnes ayant rejoint l’IRA au début des années 1970, Elliot avait des liens avec la communauté protestante. « Mon père était presbytérien. Mon grand-père a été blessé pendant la première guerre mondiale en France. Ma mère était catholique, donc j’ai été élevé dans la religion catholique ».

Il grandit à Rosemount, un quartier mixte dans les années 1960, avant de déménager à Shantallow, un quartier majoritairement catholique, au début des années 1970 : « A Rosemount, on courait avec les protestants, on jouait au foot ensemble. Il n’y avait jamais de problèmes. Les classes ouvrières protestantes et catholiques vivaient dans les mêmes conditions. D’accord, certains protestants avaient peut-être de meilleures conditions, mais il y avait aussi des catholiques qui étaient bien lotis.

Thomas Elliott estime que la campagne de violence futile aurait dû être arrêtée en 1987.

« Le problème était que les hommes d’affaires, les politiciens nous maintenaient divisés. Ils maintenaient les catholiques à terre et nous traitaient comme des citoyens de seconde zone, tout en disant aux protestants qu’ils étaient mieux lotis, de meilleures personnes. Mon père dit toujours, ‘Tout allait bien jusqu’à ce que Paisley arrive’.»

Lors des Troubles, il a perdu des amis : en juin 1974, David Russell (18 ans), un protestant, et Gerard Craig (17 ans) sont morts en transportant une bombe sur le parking d’un supermarché. Michael Meenan (16 ans), également de Shantallow, est mort de la même manière au mois d’octobre suivant.

Ses parents n »étaient pas au courant de son implication dans l’IRA jusqu’à ce que son père le surprenne en train de peindre les vitres d’une jeep Saracen de l’armée. Une fois à la maison, il a dit à son fils : « Tu vas finir en prison ou mort et Martin McGuinness finira dans une grande maison. Quand j’ai été condamné, mon père a pleuré »

Tant de jeunes catholiques de la classe ouvrière sont condamnés à la prison. « Un jour, vous étiez en train de courir, de vivre une vie normale. On regardait de la musique, du glam rock, on supportait les équipes de foot anglaises. Le lendemain, vous étiez à la Crumlin Road en détention provisoire »

En détention, il rencontre un compatriote de Derry, membre de l’INLA, Michael Devine, qui deviendra plus tard le dixième homme à mourir lors de la grève de la faim de 1981 dans les H-Block, et qui, selon lui, l’a « initié » au socialisme. Il n’a jamais revu Devine, même si tous deux ont participé aux protestations générales qui ont suivi la décision britannique de retirer le statut politique aux prisonniers de l’IRA et de l’INLA et d’exiger qu’ils portent des uniformes de prison.

« Comment c’était ? C’était mauvais. Au début, nous étions dans des cellules propres, un lit et une table. Rien ne se passait, nous étions battus. Alors on a saccagé les cellules, brisé les fenêtres, les meubles et mis des excréments sur les murs. Jusqu’à Noël 78, il y avait des lavages forcés, avec des brosses à récurer… Les « matons » entraient en trombe dans les cellules. Il y avait des coups impitoyables… Vous devez vous rappeler que nous étions nus.»

Parmi les autres prisonniers du bloc 6, il y avait Bobby Sands, Brendan Hughes, Larry Marley et Seanna Walsh. En 1979, transféré à H-3, il partage une cellule avec Sands.

« Bobby [Sands] gardait le moral. C’était un homme extraordinaire, un chanteur fantastique – en fait, je pensais qu’il chantait un peu comme Bono, bien que je n’aime pas beaucoup Bono. C’était un auteur-compositeur, un poète et un Gaeilgeoir extraordinaire.»

Se remémorant les deux grèves de la faim de 1980 et 1981, il conteste les comptes rendus du Sinn Féin d’alors et d’aujourd’hui sur la façon dont la première grève s’est terminée et affirme que la mort d' »hommes courageux » comme Sands a été « capitalisée » par les dirigeants du SF.

« Ils faisaient la grève de la faim pour avoir un statut politique, pas pour gagner des élections. Je ne pouvais pas, je ne ferais pas subir cela à ma famille, et Dieu merci, car cela aurait été pour rien »

La trahison d’Adams et de McGuinness

Libéré en 1985, il dit s’être engagé dans le Sinn Féin à Derry et serait « probablement » resté dans l’IRA, sauf qu’à ce moment-là, il voyait que sa campagne de violence de plus en plus acharnée « ne menait nulle part ». Nous savons maintenant que la guerre était en train de prendre fin. Nous savons maintenant qu’ils [Gerry Adams et Martin McGuinness] rencontraient le gouvernement irlandais et le gouvernement britannique. Mais au lieu d’asseoir les garçons et de leur dire : « Écoutez, nous ne pouvons pas gagner, nous devons prendre une autre direction et poser les armes », ils ont agi dans le dos de ces hommes. Alors qu’ils cherchaient la paix, ils encourageaient toujours la guerre. Leur processus de paix était un processus de paix sanglant, et nous n’avons pas encore vu de victoire » explique Eliott qui entend par victoire « une société plus juste et moins sectaire. Nos enfants ont moins d’opportunités aujourd’hui que ce que nous avions pendant le conflit…Maintenant, ils doivent passer par de hautes études, les emplois sont temporaires et mal payés. C’est choquant »

Sur son combat dans l’IRA, ce dernier explique : « Je n’ai jamais tué personne, mais je connais des gens qui l’ont fait, qui ont été brisés, qui sont devenus alcooliques et qui essaient de s’en sortir ».

Lorsqu’on lui demande s’il regrette les choses qu’il a faites, Browne répond : « Ma vraie réponse est que rien de tout cela n’en valait la peine. Mais si vous demandez à l’enfant de 15 ans qui a eu sa première arme, il ne serait pas du tout d’accord avec l’homme de 62 ans ici présent. Était-ce la bonne chose à faire ? À ce moment-là, oui, bien sûr. Il faut croire que c’était la bonne chose à faire, sinon on ne le ferait pas. Mon fils et ma fille n’ont jamais été impliqués dans le républicanisme. C’est une bonne chose. Mais le processus de paix dure presque aussi longtemps que le conflit et c’est une arnaque. Il faut être sérieux, se lever et demander à qui cela profite.» indiquant que le système de partage du pouvoir de Stormont « institutionnalise le sectarisme« , dit-il.

« Vous voyez les deux camps qui se battent pour obtenir le vote. Les unionistes ont peur des républicains, et du côté républicain, ils ont peur qu’un unioniste obtienne le siège. Le sectarisme détourne l’attention du public non seulement de questions comme le logement, l’emploi et l’éducation, mais aussi du népotisme et du copinage au sein des principaux partis politiques d’Irlande du Nord. Le Sinn Féin offre à de nombreuses personnes des carrières politiques, des emplois dans la communauté, de sorte qu’elles sont fidèles au Sinn Féin. Si vous critiquez le Sinn Féin à Derry, vous n’aurez pas accès à ces emplois. Je connais des gens qui disent : « Dixie, tu as raison, mais j’ai une hypothèque à payer. Je me contente de faire profil bas et de continuer à travailler. Le seul endroit dans le Nord où les nationalistes n’ont pas à s’inquiéter qu’un unioniste prenne un siège est Derry, et vous pouvez voir comment ils y ont implanté le Sinn Féin » rappelant la victoire de Colum Eastwood du SDLP avec 17 000 voix contre Elisha McCallion du Sinn Féin lors des élections de 2019 à Westminster.

Les républicains comme lui, dit-il, trouvent le Sinn Féin d’aujourd’hui « difficile à supporter… Ils n’ont pas plus en commun avec les idéaux de Bobby Sands que le parti travailliste moderne avec les idéaux de James Connolly. Dès 1987, Adams et McGuinness auraient dû nous dire, dire à l’IRA, que la campagne ne fonctionnait pas et arrêter les tueries. Ils ont trahi tout le monde »

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Euro 2021. Les buts de Turquie-Italie, Belgique-Russie, Finlande-Danermark et Pays de Galles-Suisse

Retrouvez ci-dessous les résumés des rencontres Turquie-Italie, Belgique-Russie, Finlande-Danermark et Pays de Galles-Suisse comptant pour l'Euro 2021. A noter...

Régionales 2021. Sondage IFOP : Le RN en tête dans le moitié des regions

Philippe David était en débat avec Frédéric Dabi DG adjoint de l'IFOP et Yves Bourdillon, journaliste aux échos ce...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Black Lives Matter : Viktor Orbán ne veut pas voir la Hongrie s’agenouiller… [Vidéo]

« Les Hongrois ne s’agenouillent que devant Dieu, la Patrie et lorsqu’ils demandent en mariage leur dulcinée » : vous désiriez connaître l'avis du...

Black Lives Matter. Les joueurs de football irlandais et anglais soumis à l’ethnomasochisme, pas les supporters hongrois [Vidéo]

Les joueurs de l'équipe d'Irlande de football, soumis au mouvement Black Lives Matter, ont tous mis le genou à terre lors d'un match amical...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est rattachée au Pôle 1 (Vie...

Irlande. Jerry Mulvihill : « J’ai passé trois ans à faire des recherches sur la Grande Famine de 1845-1852 » [Interview]

Nous vous avions annoncé il y a quelques semaines la sortie d'un superbe ouvrage, en anglais, intitulé The Truth Behind The Irish Famine 1845...