David Frost (négociateur du Brexit) : « L’UE doit revoir le protocole sur l’Irlande du Nord »

A LA UNE

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

David Frost est un homme politique britannique membre du Parti conservateur, conseiller à la sécurité nationale et, de 2019 à 2020, négociateur-en-chef de la sortie du Royaume-Uni de l’UE (Brexit) sous la primature de Boris Johnson. Ce dernier vient de rédiger un texte au sujet du Protocole en Irlande du Nord, publié dans le Financial Times, que nous avons traduit et que nous reproduisons ci-dessous. Un texte qui intervient alors que le Royaume-Uni a appelé dimanche l’Union européenne à faire preuve de davantage de pragmatisme, tandis que Bruxelles a exhorté Londres a aider à restaurer la confiance, au seuil d’une semaine marquée par des pourparlers sur un dossier sensible de l’accord du Brexit, les relations commerciales avec l’Irlande du Nord.

Les vies quotidiennes sont perturbées et l’équilibre que nous espérions n’a pas été trouvé. Cette semaine, le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et moi-même nous rencontrerons à Londres pour le premier Conseil de partenariat Royaume-Uni/Union européenne établi dans le cadre de notre nouvel accord commercial. Il s’agit d’un moment historique. Malgré les premières frictions, auxquelles il faut s’attendre compte tenu de l’énorme changement dans nos relations, je suis convaincu que nous pouvons résoudre les difficultés actuelles en tant que partenaires commerciaux amicaux et égaux souverains.

Nous allons également revoir l’accord de retrait et le fonctionnement du protocole sur l’Irlande du Nord. Ici, les choses sont plus difficiles.

Lorsque nous avons convenu de ce nouveau protocole en 2019, nous l’avons fait afin de supprimer l’ancien « backstop » désastreux et de permettre au Brexit de se produire, mais aussi de le faire d’une manière qui maintienne notre priorité absolue de protéger l’accord de Belfast (Good Friday) et d’éviter une frontière dure. Il s’agissait d’un équilibre délicat, établi dans un esprit de compromis. Nous espérions pouvoir le mettre en œuvre d’une manière qui respecte la politique sensible de l’Irlande du Nord – après tout, c’est pour cela que nous avons pris des dispositions spéciales.

Nous avons maintenant l’expérience du fonctionnement du protocole. Le gouvernement actuel a consacré d’énormes ressources à son fonctionnement. Nous disposons d’un programme de soutien aux commerçants pour aider ceux qui envoient des marchandises en Irlande du Nord, nous finançons les vétérinaires et les certificats sanitaires, nous effectuons des contrôles à Larne et à Belfast. Nous appliquons la législation européenne en Irlande du Nord comme il se doit. Nous ne donnons pas de leçons sur la question de savoir si nous appliquons le protocole – nous le faisons.

Mais comme nous opérons dans le cadre juridique de l’UE, nous disposons d’une marge de manœuvre très limitée pour appliquer les règles d’une manière qui soit logique sur le terrain en Irlande du Nord.

En conséquence, l’équilibre que nous espérions n’a pas été trouvé. Nous assistons à des turbulences politiques, avec la perte du Premier ministre Arlene Foster, le changement de direction de l’UUP et les manifestations de rue. Et il y a des impacts réels sur les vies en Irlande du Nord. Nous avons sous-estimé l’effet du protocole sur les mouvements de marchandises vers l’Irlande du Nord, certains fournisseurs en Grande-Bretagne n’envoyant tout simplement pas leurs produits en raison de la paperasserie fastidieuse requise. Nous avons vu des fabricants de médicaments réduire leur approvisionnement. Et les consommateurs ont moins de choix dans les rayons des supermarchés. Le NI Retail Consortium a prévenu que lorsque la période de grâce prendra fin en octobre, les supermarchés seront confrontés à des « problèmes réels et graves ». 

Nous travaillons 24 heures sur 24 pour résoudre ces problèmes de manière consensuelle. Nous avons envoyé une série de documents d’orientation à l’UE pour présenter des solutions. Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons envoyé une proposition détaillée pour un accord vétérinaire basé sur l’équivalence et pour un système de commerce autorisé afin de réduire la paperasserie et les contrôles. Mais nous avons reçu très peu de réponses.

Nous voulons une approche basée sur les meilleurs intérêts de chacun en Irlande du Nord. Cela signifie qu’il faut donner la priorité à l’accord du Vendredi Saint et soutenir le processus politique et les institutions au lieu de les affaiblir. Cela est parfaitement compatible avec une approche prudente, fondée sur le risque, visant à protéger le marché unique de l’UE également, et nous acceptons notre part de responsabilité dans ce domaine en tant que voisin et exportateur.

Mais l’UE doit également faire preuve de bon sens et adopter une approche fondée sur le risque. L’UE a besoin d’un nouveau livre de jeu pour traiter avec ses voisins, un livre qui implique des solutions pragmatiques entre amis, et non l’imposition des règles d’une partie à l’autre et le purisme juridique.

En 2019, nous avons accepté, comme un énorme compromis et pour le plus grand bien, de contrôler certains mouvements de marchandises à l’intérieur de notre propre pays et de notre territoire douanier. Pour que cette situation ne soit pas totalement insoutenable, nous devons être en mesure de le faire d’une manière qui ne perturbe pas la vie quotidienne et qui respecte l’identité et les intérêts de chacun. Nous continuons à œuvrer pour des solutions négociées qui y parviennent. Mais le temps commence à manquer. Nous devons voir des progrès rapidement. J’espère que nous y parviendrons cette semaine.

David Frost

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tyrannie sanitaire. Le couvre feu sera levé dimanche 20 juin, le masque plus obligatoire en extérieur

Le Premier ministre Jean Castex a décidé de donner quelques bonbons à la population oppressée depuis plus d'un an...

Projet éolien et pollution en baie de Saint-Brieuc : la colère

La nappe d'huile rejetée accidentellement lundi sur le chantier du parc éolien et qui s'étendait sur plusieurs kilomètres au...

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Vous serait-il possible de me faire parvenir l’original en anglais de l’intervention de David Frost dans le Financial Times?
    D’avance merci à vous et à toute la rédaction.
    Bien cordialement,
    Guy REGNIER

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Irlande du Nord. A Portadown, des centaines de loyalistes défilent contre le protocole et la frontière en Mer d’Irlande

Des centaines de loyalistes ont pris part à une manifestation contre le protocole d'Irlande du Nord à Portadown, samedi 5 juin. Une manifestation d'ampleur,...

Royaume-Uni. Une frontière numérique d’ici 2025… qui n’évitera pas le Grand Remplacement ?

Au Royaume-Uni, le gouvernement envisage de renforcer les contrôles aux frontières avec la mise en place d'un système entièrement numérisé destiné à « compter...

59% des Nord-Irlandais craignent un été de violence en raison du Brexit et de la frontière en mer d’Irlande.

Selon un sondage, près des deux tiers des habitants d'Irlande du Nord (59%) craignent un retour de la violence cet été en raison des...

Les frontières du Brexit

L’accord sur le Brexit a profondément modifié les échanges commerciaux avec le Royaume-Uni. Les nouvelles formalités douanières et sanitaires sont un véritable casse-tête, notamment...