Tyrannie sanitaire. Les raisons pour lesquelles je refuse le vaccin et le pass sanitaire

A LA UNE

Aujourd’hui, Julien Dir nous explique les raisons de son refus du vaccin, du pass sanitaire, et surtout, les raisons de son appel à ne plus fréquenter les établissements qui font le jeu du système uniquement par réflexion économique, au sujet du pass sanitaire et de sa mise en place.

Je ne suis pas vacciné contre le Covid-19. Je le suis contre le tétanos, la polio, la diphtérie, la tuberculose. Et cela doit être à peu près tout. Je suis en bonne santé, ni un gros sportif ni un gros sédentaire, aucune comorbidité, moins de 50 ans. Je n’ai aucune raison de me faire vacciner contre un virus qui a moins de chance de me tuer que la survenue d’un accident de la route. Et j’ai envie de dire, même si ce virus devait me tuer…et bien quoi ? Doit-on cesser de vivre parce que l’on a une peur bleue de la mort ? Et quid de votre séjour en avion ? Pas de peur qu’il s’écrase ? Quid de votre saut en parachute ? Pas peur qu’il lâche ? Quid de votre combat de boxe à venir la semaine prochaine ? Pas peur de prendre un mauvais coup et d’y rester ? Quid de votre sortie en ville samedi soir ? Pas peur de prendre une lame dans le ventre ? Quid de votre pinte de cidre du dimanche midi ? Pas peur de vous étouffer avec ? Je continue ?

« Tu peux faire un Covid long ». Oui, je peux aussi faire du diabète si je cède à la publicité autorisée pour la malbouffe par les mêmes qui veulent me piquer. Je peux devenir obèse si je mange les aliments de centres commerciaux là encore validés par les agences sanitaires. Je peux faire un AVC ou un arrêt cardiaque parce que je m’intoxique les poumons avec un produit qui tue en masse mais qui est autorisé par les autorités. Je peux me faire attaquer et même tuer dans la rue par un individu parce que les autorités qui veulent mon bien ont jugé qu’il pouvait sortir de manière anticipée de prison. Ou bien venir dans ma patrie sans montrer le moindre papier, sans demander l’autorisation.

Pourtant malgré tous ces risques potentiels, je ne reste pas enfermé chez moi. Et je n’ai aucune envie de me suicider par indigestion chronique d’une société qui part en sucette.

A titre individuel, ce vaccin n’a aucun intérêt pour moi. Donc je ne me ferai pas vacciner déjà pour cette raison. Quoi qu’en dise Véran et tous ces individus qui, un jour, devront rendre des comptes, y compris pour leurs attitudes, leurs phrases, leurs comportements physique vis à vis des réfractaires comme moi. La roue de l’histoire tourne toujours, et ils l’oublient.

A titre collectif maintenant, puisque c’est l’argument que l’on va me rétorquer, en parlant d’égoisme, de ne pas penser aux autres, à protéger les autres, un petit dialogue tout fait que je vous livre ci-dessous (trouvé sur les réseaux sociaux et qui m’a semblé pertinent)

– Il faut se faire vacciner pour protéger les autres.

– Quels autres ? 

– Les personnes âgées et les personnes à risques.

– Mais ils sont déjà vaccinés, ils sont déjà protégés.

– Oui, mais le vaccin n’empêche pas la transmission.

– Alors le vaccin n’est pas efficace ?

– Si, il empêche les formes graves.

– Mais les personnes qui font des formes graves sont déjà vaccinés.

– Oui, mais si tout le monde n’est pas vacciné on ne va jamais 

 atteindre l’immunité collective.

– Pourquoi est il si important d’atteindre l’immunité collective ? 

– Pour protéger les personnes fragiles.

– Mais les personnes fragiles sont déjà vaccinés.

– Oui, mais t’es un égoïste ! 

– pourquoi je suis égoïste ? 

– Parce que tu ne veux pas te faire vacciner et tu mets en danger la vie des autres, tu peux les contaminer ! 

– Mais moi je ne suis pas malade.

– Mais tu peux contaminer les autres quand même! 

– Quels autres ? 

– Les personnes à risques ! 

– mais elles sont vaccinés !!!

– Oui mais si tu ne te vaccine pas on ne peut pas revenir à la vie normale 

– Et pourquoi on ne peut pas revenir à la vie normale ? 

– Parce qu’il y a des risques que l’épidémie reparte.

– OK, mais moi je risque rien avec cette maladie j’ai 99,8% de chance de survie ! 

– Mais t’es un égoïste, tu pense pas aux autres qui font des formes graves et vont en réanimation ! 

– Oui, mais elles sont vaccinés ! 

– Oui mais tant qu’il y a un risque on peut pas vivre normalement ! 

– Mais de quel risque tu parle ? 

– DES personnes fragiles 

– Elles sont vaccinés 

– Oui mais j’en ai marre je veux aller au restaurant, voyager, faire la fête ! 

– Mais ça ce n’est pas une raison sanitaire !?

– On s’en fout il faut se faire vacciner, en plus le vaccin est gratuit ! 

– Le vaccin gratuit ? NON, ce n’est pas gratuit, c’est NOUS qui le payons avec NOS impôts !

Presque tout est dit dans ce dialogue. Presque. Car il y a aussi cette notion de civisme, de solidarité, sur laquelle il faut revenir.

Si je vivais dans une société entouré des miens, de mon peuple, et uniquement lui, partageant les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, les mêmes projets civilisationnels, alors la question de la solidarité, du collectif, se poserait sans doute un peu plus. Mais la France actuellement, est un agrégat de personnes qui n’ont pas grand chose, et même parfois rien du tout en commun. On leur parle de « vivre ensemble » toute la journée, mais dans les faits, ce vivre ensemble n’est que le mourir côte à côte. Alors comment

Donc à ceux qui m’opposent cet argument solidaire, je les envoie dans les cordes en leur demandant de quelle solidarité et de quel peuple ils parlent, eux qui s’offusquaient presque à une période où l’on disait qu’il fallait d’urgence fermer les frontières et ne plus rien laisser rentrer pendant un temps, sans succès. Je leur réponds que d’une part je ne suis pas malade. D’autre part, si ils sont vaccinés, ou bien ils n’ont rien à craindre, ou bien ils s’en prennent aux autorités sanitaires pour leurs mensonges répétés et non pas à moi. Et enfin, si ils ne comprennent toujours pas, je leur explique que la vraie solidarité, ce serait que nos anciens, mais aussi les obèses, les personnes à risque, acceptent, si elles ont à ce point peur de la mort, de s’isoler d’elles mêmes, de s’exclure de la société pour laisser vivre et respirer la majorité. C’est cela la solidarité, la vraie.

Pour conclure, non seulement je ne me ferai pas vacciner, y compris par la force, question de principe, mais je n’aurai aucun pass sanitaire, aucun test, rien. Je ne suis pas un animal que l’on dresse. Je ne suis pas non plus un « antivax » ou un manifestant qui va arborer une étoile jaune sur son t-shirt. Parce que je pense que le principe de la vaccination est bon. Parce que j’en ai ras la casquette que chaque camp ramène tout à la Seconde guerre mondiale dont je n’ai pas grand chose à faire hormis en tant qu’amateur d’histoire. Nous sommes au 21ème siècle. Le gaullisme, Hitler, la Shoah, c’est terminé, il faut changer de logiciel. Je n’accorde aucune légitimité à ce gouvernement, qui n’est pas mon gouvernement, ni à ce président, qui n’est pas mon président, ni à cette Assemblée, élue par une minorité de citoyens.

Je paye mes impôts, mais si l’on me refuse l’accès aux lieux qui sont financés aussi avec mes impôts, je cesserais de le faire. J’aime aller au bar, au restaurant, mais si y compris dans ma commune, certains tenanciers font du zèle alors qu’on tient à 15 ou 20 dans leur établissement (pendant qu’on ne vous demandera rien, ni à l’Assemblée nationale, ni dans le métro bondé à Paris), ils n’auront plus mon argent. Et si d’autres se mettent à faire comme moi, ils ne contrôleront plus parce que leur établissement sera en jeu. Et si ils sont des milliers d’établissements à ne plus contrôler, alors policiers et gendarmes ne feront rien parce qu’ils n’auront pas les moyens de le faire (imaginez seulement la réputation collée aux 5 gendarmes d’une commune de 2000 habitants qui s’amuseraient à faire du zèle..cela deviendrait ingérable). Et Olivier Veran pourra couiner sur son perchoir ou sur les plateaux TV, si le peuple a décidé d’entrer en résistance face à la connerie, il le fera.

Certains rétorquent que dans notre vie quotidienne, nous acceptons déjà d’être fichés, épiés, traqués. C’est en partie vrai. Mais je vis parfaitement sans abonnement à Netflix, sans utilisation massive de ma carte bleue, sans fréquenter les grands centres commerciaux, avec un téléphone et un ordinateur plutôt sécurisés. La résistance à cette folie sanitaire n’est justement pas que sanitaire. C’est une résistance globale à un monde qui se dessine pour demain et que je refuse de A à Z.

Actuellement, les « antivax », sont accusés de complotisme, d’être des malades mentaux, des personnes égoistes, méchantes. Ou sinon des gens idiots qu’il faut convaincre. Jamais un tel torrent de haine n’aura été déversé  notamment via la presse mainstream qui montre son vrai visage. Des fous, des paranoaiques, des complotistes, il y en a dans toutes les franges de la société. Mettre le focus sur l’une d’entre elle ne prouve rien.

A aucun moment, ceux qui sont entrés en guerre contre la population qui refuse le vaccin et le pass sanitaire, ne se remettent eux mêmes en question. Alors que leur monde s’effondre. Alors que plus de la moitié des gens ne vont plus voter. Alors que les fractures ethniques, religieuses, sociales, communautaires, économiques s’aggravent dans tout le pays. Alors que l’impératif écologique est monopolisé et torpillé par des imposteurs.

Ils imposent la tyrannie sanitaire comme ils ont imposé la tyrannie sécuritaire, par des biais implantés dans la tête des citoyens. Les caméras de surveillance et Vigipirate pour tous ? C’est pour lutter contre le terrorisme, disent ceux qui n’ont jamais fermé les frontières, expulsé les immigrés clandestins, et ne serait-ce que remplacer le terme de terrorisme par celui d’islamisme armé. Le pass sanitaire ? C’est pour notre sécurité, notre santé, disent ceux qui ont fermé les lits d’hôpitaux depuis plusieurs décennies, les ferment encore, et prévoient même aujourd’hui des budgets pour recruter des agents de sécurité vérifiant votre pass, là où ils sont incapables de bien payer et d’embaucher aide-soignants et infirmiers.

Menteurs, voleurs, tricheurs que sont ces gens. Démago ? Non, mais réfractaire à la connerie et à la tyrannie, oui.

» Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir ». 

Julien Dir en direct de Libertalia, la République autonome des hommes libres.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

18 Commentaires

  1. je ne suis pas vaccinée et ne le ferai pas car pour moi cela n’a aucun intérêt. Je vis seule, je n’ai pas de famille, je fais mes courses une fois par semaine entre 12h30 et 13h30 et via internet. Je ne vais pas au restaurant ni au cinéma et je ne voyage plus (trop cher pour ma retraite) les personnes que je connais sont vaccinées, donc, en principe, elles ne risquent rien mais elles ont le cerveau tellement lavé que l’absurde les habite.
    Cela étant, Israel a publié les chiffres des nouvelles contaminations qui repartent à la hausse bien que 90 % de la population soit vaccinée et donne comme explication le fait que passés 6 mois, Pfizer n’empêche plus d’être à nouveau contaminé et de contaminer mais reste efficace contre les formes graves. Qui va se frotter les mains ? Bill Gates qui vient de racheter l’usine à kits PCR au Royaume Uni et vient d’inecter encore quelques dizaines de millions dans les caisses de Pfizer et Moderna.
    Il en va de même pour l’Islande et le Chili.

  2. GRÈVE, BOYCOTT, EMBARGO, SIÈGE, BLOCUS, DÉSERTION, ÉMEUTES, BARRICADES.
    Ce pouvoir ne peut comprendre et respecter que la violence.

  3. Tout est dit ou npresque sur la stupidité d’une vaccination de masse que veulent nous imposer par la force les charlots qui nous gouvernent. Résistance à l’oppression !

  4. Sans oublier les poisons qui sont dans les vaccins. Malgré mon âge, je ne suis pas vaccinée et ne veut pas être vaccinée, je suis en bonne santé et je ne veux pas mourir parce que je me serai fait vacciner. Tant d’accident de voiture à cause d’AVC dûs aux vaccins, tant de crises cardiaques chez de jeunes personnes à cause du vaccin, tant d’avortements dûs aux vaccins.
    Je suis d’accord à 100 % avec Monsieur Julien DIR.
    L’Avenir nous donnera raison de toute façon

    • MGR
      On nuance, lorsque l’on parle des « poisons qui sont dans LES vaccins ».
      Le risque, ici, c’est celui d’un vaccin à qui on a donné une autorisation provisoire et que l’on a diffusé à la hâte sans que l’on en connaisse les conditions de réalisation, ni les avis des experts.
      Ce qui est le plus dangereux en la matière, c’est le manque de transparence. Et les autorités compétentes qui ont attribué cette autorisation provisoire l’ont dans des conditions contraires à un minimum de transparence.
      C’est la raison pour laquelle il faut sans tarder intenter une action judiciaire pour exiger cette transparence.
      J’ai déjà évoqué celle, collective , engagée sous l’intitulé
      « dejavu.legal/fr (lien hypertexte). Mais il y en a sûrement d’autres.

      On peut approuver M. Dir, mais on sera d’autant plus percutant à défendre son point de vue face à des politiciens corrompus et à des « experts » liés à des conflits d’intérêt qu’une fois que l’on aura obtenu toutes ces informations nécessaires sur les conditions de réalisation et d’autorisation des vaccins.

  5. Le boycott des établissements imposant l’ausweis-sanitaire est une saine réaction contre la tyrannie sanitaire. Voilà la frontière qui sépare ceux qui veulent rester libres de leurs mouvements et ceux qui ont abdiqué toute verticalité. La « peur bleue de la mort », concept devenu tabou chez nos contemporains, n’avait pas de raison d’être, pour nos anciens. L’ankou accompagnait tous les actes de leur vie et n’était qu’un passage dans l’Autre monde. Mais allez faire comprendre cela, à tous ceux qui ne sont, en définitive, que des tubes digestifs sur pattes….

  6. Quand la prudence est partout, le courage est nulle part… Espérons que les Français se réveilleront et prendront leur courage à deux mains pour mettre à terre ce gouvernement de fantoches… RÉSISTANCE !

  7. Je pense exactement la même chose, sauf que j’ai 78 ans et que je les emmerde. Ils peuvent se carrer où je pense, leur Vaxin et leur pass.

  8. Alors que les fractures ethniques, religieuses, sociales, communautaires, économiques s’aggravent dans tout le pays… C’est le projet !

  9. A 82 ans je n’ai jamais eu la grippe, je n’ai jamais pris d’antibiotique. Et on veut me vacciner ? Jamais de la vie !!!
    En plus, si les soi-disant vaccins étaient des vrais vaccins, peut-être. Mais avec une merde pleine de Nanoparticules, graphène et Cie ? NON !!!

  10. -pour naviguer… tu n’as jamais refusé la fièvre jaune sur ton carnet de vaccination jaune !
    nous sommes en guerre ??? Il y a eu son lot de mort parmi le personnel soignant.. des situations héroïques
    Dans toutes les guerres il y a son lot de collabos et ….mais ici dans cette « dictature » il y a zéro risque

  11. Bravo, Solide article, empreint d’un bon sens qui fait largement défaut à tous ceux, qui d’une façon ou d’une autre, veulent imposer vaccination et lâcheté suprême, le pass sanitaire. De tout coeur avec vous. 👍

  12. Pourquoi la pneumologue de Brest est-elle favorable à la piqure – présentée comme vaccin ?
    Et il faudrait signer une décharge alors que les informations manquent !
    Que se passe-t-il en cas de transfusion ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés