Covid-1984 : « Pas interdit de penser que le fait de vouloir toucher aux enfants va mettre le feu aux poudres » [Interview]

A LA UNE

C’est une des chaines Telegram en pointe dans la résistance à la tyrannie sanitaire. Covid-1984 (https://t.me/ReOpenCovid1984), dont nous avions déjà interrogé le fondateur, continue de croitre en audience semaine après semaine. Il faut dire qu’on y trouve les armes intellectuelles et factuelles pour contrer le discours imposé par les autorités aux citoyens comme aux médecins, et à tous ceux que l’Etat républicain a décidé de mettre sous tutelle généralisée.

Heureusement, il y a des hommes et des femmes qui ont décidé de ne pas se rendre. L’animateur de cette chaine Telegram, acteur également de manifestations en Bretagne, en fait partie. Nous l’avons interrogé pour faire un point de situation.

Breizh-info.com : La presse mainstream fait état d’un essoufflement des manifestations notamment ce samedi 21 et 28, qu’en dites vous ?

Covid-1984 : Je n’ai pas pu me rendre aux manifestations du 21 août, je ne peux donc pas trop en parler et donner mon avis sur ce jour précis.

En revanche, pour être allé à Rennes en juillet, et à Saint-Malo le dimanche 15 août, et pour avoir regarder quelques vidéos des rassemblements dans les autres villes, je n’ai pas l’impression que le mouvement faiblisse.
Bien au contraire.
Et le travail de désinformation systématique des médias mainstream autant sur le nombre des participants (les faibles chiffres annoncés sont débiles et outranciers, c’en est ridicule) que sur leurs accointances politiques réelles ou supposées (le fameux chantage à l’extrême-droite, à l’antisémitisme et au complotisme) tendrait à montrer que le pouvoir sait que la mobilisation est étrangement importante en plein été.

Je l’avais d’ailleurs annoncé, mais le fait que le système commence à envoyer ses chiens de garde habituels (flics en civil, comme à Marseille où ils se sont fait grillés comme des débutants, et antifas comme à Nantes ou Montpellier par exemple) démonte qu’il veut casser le mouvement, en pleine expansion et qui n’en est sans doute qu’à ses balbutiements.

Sauf si les manipulations, les provocations et la répression sont aussi efficaces qu’avec les Gilets Jaunes.

D’autre part, plus que la forte mobilisation, c’est la composition des manifestants et la qualité des slogans qui m’ont le plus marqué.

J’ai vu toutes les classes sociales représentées, j’ai vu des athées et des croyants, des jeunes et des beaucoup moins jeunes, des infirmières et des médecins.

Les banderoles et les affiches démontraient une conscience politique assez fine, et élément intéressant, beaucoup de femmes et de mères de familles étaient présentes (elles sont d’ailleurs nombreuses depuis le début, ce qui est un très bon signe).

C’est la France dans toutes ses composantes qui est dans la rue, c’est un atout incroyable et une petite source d’espoir.

Car même si la tyrannie prend de l’ampleur et s’accélère, et que nous n’arrivons pas à enrayer la machine, les Français se sont mis à se parler et à échanger, et je ne doute pas que des contre-sociétés vont se créer un peu partout.

Breizh-info.com : Vous avez souvent eu un coup d’avance dans l’anticipation des mesures délirantes mises en place par les autorités. Quel est le programme de la rentrée ?

Covid-1984 : Je ne suis pas médium, et je n’ai pas les talents de Jacques Attali dans les prévisions auto-réalisatrices (comprenne qui pourra).

De plus, tout est possible avec les psychopathes qui nous dirigent.
Mais on voit bien que la première tendance est à la « vaccination » obligatoire pour de nouvelles franges de population (pompiers, puis policiers, puis enseignants, puis…) et à la 3e dose (puis la 4e, puis…).

Encore une fois, un regard rapide sur la politique israélienne aidera à comprendre ce qui nous attend.

La cible sera aussi, évidemment (et la propagande pluri-quotidienne de ces dernières semaines en atteste), les adolescents, puis les enfants (puis les foetus ?), et la rentrée scolaire va être rock’n’roll.
J’avais évoqué avec quelques autres lanceurs d’alertes (appelons-nous comme cela) une « Année du Retrait de l’Ecole » (ARE21), sur le modèle de la « Journée de Retrait de l’Ecole » initiée par Farida Belghoul en décembre 2013.
Nous étions en juin / juillet, c’était sans doute un peu tôt pour que les parents réalisent que leurs enfants étaient réellement les prochains sur la liste, et la mesure était difficile à tenir dans le temps.

Maintenant que tout arrive à grand pas, nous adaptons le projet et nous lançons la campagne « Boycottons l’école ».
Le principe est simple : « Tant qu’il y aura le Blocus Sanitaire, Boycottons l’École ! »

J’ai bon espoir que quand on touche à leur gamins, les Français s’agacent un petit peu et rentrent en rébellion.

Pour le reste, il n’est pas impossible que nous nous tapions un nouveau confinement ou un nouveau tour de vis dans les mesures restrictives, comme c’est le cas en Palestine occupée où la menace d’un reconfinement plane sur le pays.
On nous avait pourtant vanté le « modèle israélien » de la « vaccination » à outrance, et là-bas la surmortalité toutes causes confondues a explosé, la 3e dose arrive pour la population à partir de 30 ans, et ils démarrent les tests sur les enfants dès 3 ans.

Quel joli modèle, en effet.
Pareil en Australie où le confinement a été prolongé jusque fin septembre.

On pourrait aussi voir revenir le couvre-feu et l’obligation du port du masque toujours et partout (il a d’ailleurs été remis en place dans certains départements et n’a jamais été abrogé aux alentours des équipements sportifs ou des gares).

Tout cela s’appliquera-t-il à tout le monde, ou seulement aux non « vaccinés » ?

Ça, c’est une des questions en suspens, mais je parierais plutôt sur du global, histoire de bien monter les gens les uns contre les autres.

A plus long terme, ce qui nous attend si nous ne réagissons par très vite, en plus de la « vaccination » biannuelle (enfin, pour ceux qui auront survécu aux premières doses), ce sont les camps d’isolement pour les personnes positives (pour le moment, en France, c’est sur la base du volontariat, mais on sait comment ça va se terminer), le bracelet électronique pour les personnes malades, la reconnaissance faciale pour rentrer dans les magasins, le contact tracing, la vie entourée de robots et de drones.

Je rappelle que six pays asiatiques sont officiellement LA référence du rapport du Sénat du 3 juin sur les outils numériques.

Et, pour accompagner tout cela, la censure par les GAFA pour éviter que les personnes aient accès à autre chose que les informations officielles.

Beau programme.

Breizh-info.com : Les manifestations de plus en plus tendues se déroulent en Australie, en Angleterre, en Allemagne. Sommes-nous selon vous au bord de quelque chose d’incontrôlable ?

Covid-1984 : C’est déjà, d’une certaine manière, incontrôlable, puisqu’encore une fois les différents gouvernements envoient les forces du désordre réprimer la juste colère des manifestants.

Et il est évident que les différentes populations, poussées à bout par les confinements, les restrictions, les pertes d’emplois, les problématiques personnelles et familiales parfois dramatiques (on voit une explosion du nombre de divorces et de séparations depuis une dizaine de mois), les dépôts de bilan, risquent de devenir de plus en plus virulentes.

Et de sombrer dans le chaos.

Il n’est pas interdit de penser que le fait de vouloir toucher aux enfants (parfois sans l’accord d’un des deux parents, voire des deux) va finir de mettre le feu aux poudres.
Notre cher Président s’en fiche, d’autant qu’il n’a pas d’enfant, et je crois quand dans son approche comme dans son manque total d’empathie (c’est à dire de capacité à se mettre à la place de l’autre), c’est un élément qui n’est pas anodin.

Pour ma part, je suis un apôtre de la non violence et de la force tranquille.

Un de mes bons amis avait eu cette comparaison très pertinente : il faut être comme un fleuve, qui impressionne par ses seules dimensions, et par son mouvement sûr et continu.

Facile à dire, mais je crois qu’il faut tenir le cap sans tomber dans les pièges tendus par le gouvernement (le système se repaît de la violence de rue), aider ceux qui en ont besoin, être forts, fiers, polis mais fermes, nombreux et résignés, et par dessus tout solidaires.

Encadrer les manifestations pour qu’elles ne dégénèrent pas, en dégager les éléments stipendiés pour les perturber (suivez mon regard), et ne pas faiblir.

Mais les manifestations ne sont pas le seul moyen de lutter, il faut se coordonner localement (une des raisons pour lesquelles je suis opposé à des manifestations « unitaires » sur Paris) et créer des réseaux de résistance et d’entraide.

Il faut être des grains de sables dans leur machine infernale, trouver des moyens d’obstruction (il y en a plein, y compris des moyens parfaitement légaux et rigolos), mais aussi créer nos mondes ennemis parallèles, avec nos règles du jeu.

Les médecins et les infirmières auront un rôle primordial à jouer, et j’espère que nous pourrons compter sur eux.

Je l’avais dit il y a plus d’un an, nous rentrons dans une course de fond, il va falloir être endurant et costaud autant physiquement que psychologiquement.

Surtout que la suite, déjà annoncée, ce sont les cyber-attaques et les pénuries.
Vous avez aimé 2020-2021, attendez de voir 2022-2023.

C’est une période terriblement anxiogène et incroyablement palpitante et enthousiasmante, parce que tout est possible, même le meilleur.

Breizh-info.com : Quels sont les éléments majeurs à retenir de ces derniers mois de crise sanitaire profonde, et les annonces selon vous les plus importantes, les plus dangereuses ?

Covid-1984 : Je me permets juste de reformuler votre question : la crise n’est pas du tout sanitaire.

Elle est politique, sociologique, anthropologique, et j’ose le terme, eschatologique.

Ceci étant, le premier élément marquant, à mon sens, c’est la perte totale de réflexion au profit du psyché (phénomène expliqué par le sociologue Michel Maffesoli).

Ce qui importe, c’est le message télévisuel, pas le discours cohérent, sourcé, étayé.

Finalement, et comme le résumait l’écrivain suisse Slobodan Despot, nous vivons dans un simulateur de vol.
Plus rien n’est réel, mais c’est le virtuel qui compte.

Les champions de l’annonce apocalyptique que sont Macron et Blachier peuvent prédire des centaines de milliers de morts, il n’en est évidemment rien, mais la population est tétanisée et l’idée fait son petit bonhomme de chemin.

Le deuxième point effrayant, c’est la facilité avec laquelle les peuples se sont soumis, et ce partout sur la planète.

La stratégie du choc, pour paraphraser Naomi Klein, a parfaitement fonctionné.
Et continue de fonctionner.

Même les chefs religieux ont abdiqué devant cette grippe qui ne dit pas son nom, ou plutôt devant les injonctions étatiques (ce qui est tout de même assez cocasse).

Les peuples ne peuvent plus compter que sur eux-même, et c’est à la fois très inquiétant devant l’étendue du problème, et très excitant.
Notre génération est celle qui a à faire face à l’une des tyrannies les plus sournoises, les plus totales, les plus cruelles de l’Histoire.

A l’abordage !

Concernant les annonces les plus dangereuses, j’en ai déjà pas mal parlé en réponse à l’une des questions précédentes.

Tout ce qui tend à mettre la population en coupe réglée (j’utilise volontairement une terminologie issue du milieux mafieux) et à l’anéantir (physiquement -via l’injection- ou socialement -via les sanctions pour les réfractaires-) est terrifiant et doit être combattu de toutes nos forces.

L’évolution de la gestion de la santé est également un vrai problème.
Cela fait longtemps que les médecins deviennent, petit à petit, des médecins de Caisse d’Assurance Maladie, qu’on leur lie les mains, qu’on les tue financièrement et administrativement, et là on leur a carrément interdit de prescrire et de soigner (un comble).

Le secret médical est mort et enterré si on continue avec le pass sanitaire (qui n’a de sanitaire que le nom), et la santé publique devient plus importante que la vie privée.

Quant à l’hôpital public, cela fait là aussi des années et des années qu’il est devenu un secteur privé et financier comme les autres, tenu par des actionnaires et des fonds obscurs, et de fait la rentabilité est devenue bien plus importante que de soigner ou de sauver des vies.
A titre d’exemple, il ne faut surtout pas qu’un lit soit inoccupé, parce que c’est une perte sèche quotidienne.
Pensez-y quand on vous fait pleurer sur les services saturés : c’est en réalité une bonne chose pour ceux qui engrangent les bénéfices (d’où, notamment, la non réquisition des lits en cliniques privées).

Breizh-info.com : Les récentes menaces visant le Pr Raoult, le Dr Fouché, directement visant leurs fonctions, sont-elles les derniers assauts d’un système à bout ?

Covid-1984 : Le système ne tolère pas la moindre contradiction, même quand elle émane d’un élément qui ne lui est pas vraiment hostile.
Le Professeur Raoult est un proche de BHL, il s’était prononcé pour la « vaccination » systématique des soignants, ses livres sont vendus en tête de gondole depuis plus d’un an.
On est pas tout à fait dans le rebelle tricard.
Mais il ne faut rien laisser passer, et même lui est en train de se faire vilipender parce qu’il a le toupet de ne pas valider l’intégralité du projet (notamment en ce qui concerne les enfants).

Il se fait donc dégager de l’APHM.

Après, sa carrière de praticien et de Professeur des universités s’arrêtait de toute façon au 1er septembre, donc on est pas non plus dans la sanction gravissime.

Mais son exemple est significatif.

Le cas du Dr Fouché est un peu différent.

La sanction (prise comme pour le Professeur Raoult par le nouveau directeur de l’APHM, à savoir François Crémieux) est plus lourde de conséquences.
Il faut dire que depuis le début (je suis ses vidéos depuis octobre 2020), il s’oppose aux mesures pseudo-sanitaires débiles (confinement, port du masque en population générale, « vaccination ») avec cohérence, argumentation scientifique et factuelle, empathie, logique et radicalité.

Il propose aussi des solutions de combat et exhorte la population à rentrer en résistance.

Pas étonnant que l’étiquette de « complotiste » taré lui ait été attribué assez rapidement, et qu’il soit aujourd’hui châtié.

C’est par ailleurs un type brillant (son CV est assez hallucinant) et qui met les mains dans le cambouis (il est médecin anesthésiste réanimateur, pas bureaucrate comme Jérôme Salomon).

Pour moi qui ait depuis toujours une tendresse particulière pour le personnel soignant en général et pour les médecins en particulier, c’est un vrai bonheur de l’écouter.

Et c’est une vraie source d’inspiration.

Mais je me méfie de la personnalisation des combats (une figure de proue, ça peut décevoir, se retourner, se faire manipuler, se faire acheter, mourrir), et je crois qu’il faut attacher plus d’importance aux discours et aux idées qu’aux Hommes qui, malheureusement, parfois, les avilissent.

Ce qui ne doit pas nous empêcher de le soutenir et de relayer son message, exemplaire à plus d’un titre, ou de relayer les propos de plein d’autres personnalités d’ailleurs très hétéroclites.
Ce que je fais régulièrement sur ma chaîne.

Pour en revenir à la fin de votre question, je sais pas si le système est à bout, mais il est désormais en roue libre et il ira jusqu’au bout.
Le rouleau compresseur est lancé, et à part une révolte massive des Français, je ne vois pas trop comment une issue favorable pourrait advenir.

Tous les secteurs en lien avec la situation « sanitaire » actuelle sont touchés et encadrés : les écoles hors contrat et l’instruction à la maison sont dans le viseur, on appelle à la surveillance des « survivalistes », on criminalise le séparatisme.

Il faut être aveugle pour ne pas y voir une attaque globale et coordonnée.

Breizh-info.com : Comment expliquez vous le succès croissant de votre chaine telegram ?

Covid-1984 : Ce n’est pas à moi qu’il faut poser la question, mais à mes nombreux lecteurs qui font vivre la chaîne par leur fidélité, leur sollicitude et leurs relais.
J’en profite pour les remercier chaleureusement, chacun d’entre eux est un maillon…de la chaîne.
Je vais toutefois tenter de répondre.

Tout d’abord, les Français ne comprennent rien à ce qui se passe, parce que tout semble incohérent, ridicule, contradictoire, fou.

On leur ment honteusement, ils le sentent plus ou moins intimement, et ils ne savent plus qui croire, ni quoi croire.

Du coup, ils ne croient plus en rien, même pas en ce qu’ils voient.

Or, j’apporte des clefs de compréhension qui permettent de mettre les pièces du puzzle dans le bon ordre et d’avoir une vision plus précise du phénomène qui s’est mis en place en mars 2020 (en réalité, le processus était engagé depuis bien plus longtemps, il n’y a qu’à se rappeler de la grippe H1N1, mais ceci est une autre histoire).

Les Français ne sont pas idiots, et il suffit parfois de pas grand chose pour qu’ils ouvrent les yeux.

Un seul élément peut suffire pour que le voile du mensonge généralisé se déchire et que la réalité apparaisse.

Certains préfèrent voir cette réalité -effroyable- en face plutôt que de continuer à se laisser berner et mener à l’abattoir.

Les réfractaires sont appelés à être de plus en plus nombreux, parce que de plus en plus de nos concitoyens finissent par percuter et se réveiller.

Ensuite, je ne partage que des informations scrupuleusement sourcées et des analyses basées sur des chiffres officiels, le tout vérifié par plusieurs biais.

Mon travail est donc difficilement attaquable sur le fond.

Par ailleurs, je me base sur des données françaises mais aussi européennes (notamment italiennes) et internationales, je puise mes données sur des sites ou dans des groupes de conversations qui n’ont aucune étiquette politique ou sprituelle, ou plutôt qui les représentent toutes (avec le temps, je profite d’un réseau alternatif d’information assez fourni), et j’aborde aussi différents sujets connexes au Covid.

Tout cela me donne une approche complète, qui évite les hémiplégies intellectuelles, et qui permet de toucher tout le monde.

Mes analyses et mes projections sont cohérentes, et mon discours est clair, logique, pragmatique, de bon sens.
C’est ce simple bon sens qu’il faut retrouver, et il n’y a pas besoin d’avoir BAC+11 pour comprendre qu’on se fout intégralement de notre tronche depuis 18 mois.

Et quand vous regardez Gabriel Attal vous expliquer comment ça va bien se passer pour vous, vous voyez tout de suite la différence…

Je mets en perspective des données pour les imbriquer et apporter une vision globale du problème (les fameuses pièces du puzzle que j’évoquais à l’instant), mais tout est vérifiable assez facilement.

Il suffit de toute façon de feuilleter le livre de Klaus Schwab « Le Grand Reset » et de lire les rapports du Sénat ou de l’Assemblée Nationale pour savoir à quelle sauce nous allons être mangés.

Et pour comprendre que rien dans cette affaire n’est réellement sanitaire.

Un autre élément, très prosaïque, et qui participe du succès de la chaîne, est le fait d’avoir bloqué les commentaires sur mes publications.
Cela évite les discussions et les débats sans fin, les embrouilles sur tel ou tel point de détail, les provocations et les trolls.

On lit ma chaîne comme on lirait le journal le matin.

Pour finir, un aspect peut-être plus subjectif.

Je pense que mes lecteurs ressentent la sincérité de mon travail, apprécient ma transparence et comprennent que mon but est la recherche du bien commun.

Je n’ai rien à y gagner, ça me prend des centaines d’heures, je ne vends rien et je n’attends rien en retour.

Dans un monde où tout se marchande, c’est je crois un élément important.

Comme le répète le Dr Fouché à chaque interview : « Je n’ai pas de conflit d’intérêt dans cette histoire, et c’est la première question que vous devriez poser à tous ceux qui l’ouvrent dans cette histoire ».

A bon entendeur.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : https://www.vperemen.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

3 Commentaires

  1. vous avez aussi sur telegram Boycott Rentrée Scolaire 2021 pour le national puis chaque departement se detache du pricipal et s organise

  2. Pour ma part, je suis un apôtre de la non violence et de la force tranquille… C’est à dire que la victoire sera encore pour eux !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés