Explosion à venir des prix de l’électricité. L’alerte sonnée par UFC-que choisir.

A LA UNE

Pendant que nos campagnes saignent des éoliennes implantées partout, défigurant le paysage, les prix de l’électricité eux, flambent. Petit à petit, la France rattrape d’autres pays européens avec des tarifs exorbitants, que ni la hausse du SMIC, ni la baisse de la taxe d’habitation (« compensée » par la hausse de la taxe foncière) ne rattraperont.

Selon un communiqué dévoilé ce mardi par l’association de consommateur, UFC-Que Choisir,  la hausse du tarif réglementé de vente d’électricité (TRVE) au début de l’année 2022 « atteindra 11,3 % HT, soit près de 10 % TTC », soit une facture de l’ordre de 1.700 euros par an contre 1.550 euros par an début 2021. Une estimation qui prend en compte « le degré d’exposition du TRVE aux prix sur les marchés de gros, et le niveau de ces prix sur les marchés de gros d’ici à la fin de l’année ».

« L’UFC-Que Choisir alerte sur une hausse des tarifs de l’électricité qui pourrait être de l’ordre de 10 % en début d’année prochaine. L’association de consommateurs et consommatrices en appelle aux autorités pour endiguer l’explosion des factures.

Alors que le pouvoir d’achat promet d’être un des thèmes forts de la prochaine campagne présidentielle française, l’UFC-Que Choisir s’attend à une nouvelle (forte) hausse du prix de l’électricité. Ce lundi, l’association de consommateurs et consommatrices pointe la potentielle explosion des tarifs, en se basant sur la méthodologie officielle de calcul de ces derniers (TRVE). Elle estime que la flambée pourrait atteindre 10 % en janvier 2022. Mais selon elle, cette hausse attendue n’est pas encore entérinée, donc pas nécessairement inéluctable. Elle espère désormais que l’État saura l’endiguer.

Carburants, gaz, fioul… Ces derniers mois, les énergies ont connu une flambée des prix, qui n’épargnent évidemment pas l’électricité, indispensable à la vie des Français et Françaises. Et pour justifier la hausse potentielle jusqu’à 10 % des tarifs, l’UFC-Que Choisir s’est à la fois basée sur le degré d’exposition du tarif réglementé de vente d’électricité (TRVE) aux prix sur les marchés de gros, et le niveau de ces prix sur les marchés de gros d’ici la fin de l’année 2021.

L’UFC-Que Choisir estime que les fournisseurs devront davantage s’approvisionner sur les marchés de gros, dont les prix auront un impact, selon elle, sur environ 60 % du coût de la partie approvisionnement du TRVE, alors même que les prix de gros sont déjà très élevés.

L’association de consommateurs et consommatrices mise ainsi sur une hausse hors taxes de 11,3 % du tarif réglementé de vente d’électricité, soit 10 % TTC. Une véritable flambée des prix qui se matérialisera, toujours selon l’organisation, par une augmentation moyenne de 150 euros par an pour un ménage ».

Preuve de cette flambée à venir, les promoteurs d’offres groupées, comme UFC-Que choisir, n’ont pu décrocher AUCUN contrat intéressant pour le consommateur, c’est ainsi que les enchères inversées « Énergie moins chère » organisées par l’UFC-Que Choisir sur l’électricité sont reportées.

Du côté des autorités, l’Etat nounou (matronne ?) est à nouveau de sortie, uniquement à destination des publics déjà les plus aidés dans tous les domaines : le Premier ministre Jean Castex a annoncé la semaine dernière une rallonge de 100 € à la fin 2021 aux bénéficiaires du chèque énergie. Un coup de pouce qui ne compensera même pas la hausse à venir d’une électricité dont une partie du prix vient notamment de certaines taxes qui s’appliquent sur votre facture (TVA, CSPE, TCFE, CTA… Le tout pesant pour un tiers du prix final).

Il va réellement falloir qu’un jour les décideurs, libérés des pressions de lobbys comme ceux de l’éolien, se penchent sur la question énergétique, avec une réflexion à la fois sur le nucléaire, mais aussi sur d’autres sources d’énergies renouvelables.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Prix du porc : comment faire face aux fluctuations ?

Prix du porc : comment faire face aux fluctuations ? https://www.youtube.com/watch?v=OMniLvHfazA Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Italie. Selon l’Institut national italien de la santé, la plupart des décès recensés en 2020 n’ont pas été causés par le Covid-19

Selon le rapport de juillet 2021 de l'Istituto Superiore di Sanità (Institut national italien de la santé, équivalent de...

1 COMMENTAIRE

  1. Accumulation primitive du capital mondialisé = dépeçage des biens nationaux (nucléaire etc.) = possible par affaiblissement des états = possible par UE + division multiculturelle du peuple

    Du nucléaire publique national à l’éolien privé mondialisé, comme au moyen-age des communaux paysans aux champs privés bourgeois (voir le Capital, l’accumulation primitive)

    « Un discours théorique [éolien] justifie dans une perspective universelle des intérêts de classe [privatisation mondialiste] L’humanisme écologisant sera le véhicule de la bonne volonté (celle qui pave l’enfer), de l’idéologie […] L’idéologie humaniste [ouverture négrière, sainteté capitaliste écolo, féminisme, anti-spécisme, woke] et libertaire [sociétalisme, gode-bébé-gpa] va se trahir et révéler son opportunisme [la destruction des acquis souchiens, l’oligarchie mondialiste, c’est fait !] »
    Le capitalisme de la séduction, 1981 Clouscard, marxiste

    «L’État a été l’instance superstructurale de la répression capitaliste. C’est pourquoi Marx le dénonce. Mais aujourd’hui, avec la mondialisation, le renversement est total. Alors que l’État-nation a pu être le moyen d’oppression d’une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C’est un jeu dialectique. » Clouscard

    « La spoliation des biens d’église, l’aliénation frauduleuse des domaines de l’État, le pillage des terrains communaux [remplacer par le nucléaire, les sociétés nationales], la transformation usurpatrice et terroriste de la propriété féodale ou même patriarcale en propriété moderne privée [mondialisée], la guerre aux chaumières [à la France périphérique], voilà les procédés idylliques [écolo] de l’accumulation primitive. Ils ont conquis la terre pour l’agriculture capitaliste [mondialiste], incorporé le sol au capital et livré à l’industrie des villes les bras dociles d’un prolétariat sans feu ni lieu [aux mégalopoles mondialisées] » Le Capital, l’accumulation primitive Marx

    « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale »
    Pierre Mendès France, le 18 janvier 1957, discours à l’Assemblée nationale, il vote contre le Traité de Rome prédisant la dictature de l’Urocrassie, avec Le Pen …

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés