Immigration. Viktor Orbán : « Nous assurons la sécurité de l’ensemble de l’Europe »

A LA UNE

« Nous protégeons la sécurité de l’ensemble de l’Europe« , a déclaré le Premier ministre Viktor Orbán à Röszke, faisant référence à l’immigration, à l’issue d’une visite à la frontière entre la Hongrie et la Serbie avec son homologue tchèque Andrej Babiš.

Les personnes qui quittent l’Afghanistan tentent d’entrer en Hongrie par la frontière méridionale, et la pression migratoire va donc augmenter, a déclaré le Premier ministre hongrois Victor Orban. Il a toutefois ajouté que la clôture est « bonne et solide » et que, si nécessaire, davantage de personnes seront déployées à la frontière.

Le point faible ici, a poursuivi le Premier ministre, est Bruxelles. Elle dit que quiconque veut quitter l’Afghanistan doit être autorisé à y entrer, ce qui est une « trahison ». Des milliers de personnes travaillent le long de la frontière pour assurer notre sécurité au cœur de l’Europe, alors que Bruxelles trahit la Hongrie et les peuples d’Europe, a-t-il noté.

« Nous protégeons la sécurité de l’ensemble de l’Europe » et nous pouvons espérer arrêter le projet de faire venir des personnes d’Afghanistan, a déclaré le Premier ministre, soulignant que l’aide doit aller là où se trouvent les problèmes, et que les problèmes ne doivent pas être amenés en Hongrie, en République tchèque ou dans l’Union européenne.

Le Premier ministre Orbán a déclaré qu’en 2015, plus de 400 000 migrants sont entrés par le sud en quelques mois seulement, sans papiers ni permis, ce qui a constitué « une véritable invasion », et que la situation insoutenable en matière de sécurité publique a conduit à la décision de construire la clôture. Il a souligné que « si vous avez la volonté, vous pouvez protéger la frontière », et que dans l’UE, ce n’est pas la capacité mais la volonté qui fait défaut ».

Le premier ministre a fait l’éloge du soutien politique et matériel que la Hongrie a reçu de la République tchèque et des quatre pays du groupe de Visegrad pendant « les moments les plus difficiles » et a salué l’offre du premier ministre tchèque de l’aider à nouveau si nécessaire.

Sans la clôture, des millions de migrants auraient pénétré dans l’espace Schengen sans être contrôlés, a averti M. Orbán. Pourtant, le Premier ministre a également fait remarquer qu’il ne devrait en fait pas y avoir de clôture ici, car la Serbie devrait déjà être membre de l’Union européenne et de l’espace Schengen. Le Premier ministre Orbán a ajouté que si la Serbie avait déjà rejoint l’UE, nous serions tous plus en sécurité.

Enfin, il a réaffirmé que la migration n’est pas un droit de l’homme. En revanche, chacun appartient à un pays qui doit être maintenu en ordre, et la Hongrie est prête à aider ces pays à devenir plus vivables.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš a déclaré que l’UE se préoccupait de beaucoup de choses absurdes, telles que les quotas de migration, alors que nous devons plutôt lutter contre les passeurs et apporter de l’aide en dehors de l’Europe pour arrêter le flux migratoire.

M. Babiš s’est rendu à la frontière pour voir de ses propres yeux pourquoi la clôture a été construite et quelle est son importance. Il a souligné que lorsque la clôture a été construite, c’était la seule frontière Schengen qui fonctionnait bien et qu’elle a été construite ici parce que c’est le chemin le plus court pour les migrants vers l’Allemagne.

Selon le Premier ministre tchèque, l’attitude de l’Europe à l’égard de la migration change lentement, mais il faudrait inclure davantage de pays dans l’espace Schengen et mettre davantage l’accent sur la protection de la frontière maritime.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

1 COMMENTAIRE

  1. orban se trompe!
    aucun migrant ne veut aller en hongrie où ils ne seraient ni logés ni nourris ni blanchis (oups mot tabou incorrect excusez moi) ni encore dotés d’un pécule mensuel

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés