Espagne. Carla Toscano (Vox) : «Le combat contre l’idéologie du genre est la bataille culturelle de notre époque »

A LA UNE

Entretien avec Carla Toscano, députée nationale de VOX et porte-parole du parti au sein de la Commission sur la violence de genre. Entretien mené par nos confrères de www.decisionradio.com et traduit par Breizh-info.com

Decision Radio : En plus de votre combat politique contre l’idéologie du genre, vous êtes connue pour votre présence sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où vous prétendez défendre le Bien, la Vérité et la Beauté. Des valeurs menacées ?

Carla Toscano (Vox) : C’est la clé de tout. Le combat contre l’idéologie du genre est la bataille culturelle de notre époque. Il y a des pouvoirs et des organisations supranationales qui cherchent à détruire la nature humaine, à détruire la famille.

Cela ne peut se faire qu’avec beaucoup de propagande et de lois injustes, comme les lois sur le genre et l' »égalité », les lois LGBT, les lois sur l’avortement et l’euthanasie. Il s’agit de faire triompher le mal. C’est pourquoi je parle du Bien, de la Vérité et de la Beauté, car ce n’est que lorsque nous ferons prévaloir ces valeurs que nous pourrons combattre efficacement tout ce que cette idéologie du genre représente.

Decision Radio : Des valeurs qui étaient considérées comme acquises parce qu’elles constituent des principes de base de notre civilisation…

Carla Toscano (Vox) : Oui, des valeurs aussi fondamentales que le droit à la vie. Nous devons garder à l’esprit ce qu’il en a coûté pour obtenir ce droit à la vie, car il suffit de revoir l’histoire de l’humanité pour comprendre à quel point la vie avait peu de valeur dans certaines civilisations. Il a coûté très cher, au même titre que l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, ou la liberté de dire, de penser et de faire. Ce sont des droits fondamentaux, contrairement aux droits absurdes que la gauche invente chaque fois qu’elle poursuit un objectif politique.

Mais la vérité est qu’ils ont réussi à tout mettre sens dessus dessous. J’ai récemment participé à une conférence du groupe ECR (Conservateurs et Réformistes) où nous avons parlé de la façon dont ils ont réussi à changer le sens des valeurs en Europe. Maintenant, défendre les valeurs fondamentales est fasciste, vous êtes diabolisé si vous défendez le bien.

C’est pourquoi nous devons maintenir notre discours, nous opposer à eux et continuer à lutter contre les lois, les idées et la propagande qui font beaucoup de mal aux êtres humains. Non seulement parce qu’elles détruisent de nombreuses vies, comme la loi sur l’avortement, mais aussi parce qu’elles brisent les familles et favorisent les inégalités et les privilèges. Nous ne parviendrons pas à atteindre le Bien, la Vérité et la Beauté si nous ne défendons pas la vie, la liberté et l’égalité réelle.

Decision Radio : Vous avez mentionné le droit à la vie et l’Europe. Que s’est-il passé en Europe pour que l’idéologie gauchiste devienne l’idéologie officielle de l’UE ou pour que la présidente von der Leyen prétende que l’enseignement de l’idéologie LGBT dans les écoles est une valeur européenne ?

Carla Toscano (Vox) : C’est l’agenda mondialiste. Ce sont les « valeurs » proposées non seulement par la gauche, mais aussi par des partis prétendument conservateurs, comme le Partido Popular en Espagne. Nous ne réalisons tout simplement pas que toute cette idéologie du genre est une dictature mondiale. En politique et dans les médias, nous savons tous ce qui se passe, mais la plupart des gens ne sont pas conscients et doivent commencer à réagir.

Par exemple, avec l’enseignement de l’idéologie LGTBI dans les écoles, il ne s’agit pas seulement d’être d’accord ou non, mais tous les citoyens et tous les parents doivent défendre notre liberté d’éduquer nos enfants comme nous le voulons, car cette liberté est sacrée.

Decision Radio : : Malheureusement, l’Espagne apparait comme étant le terrain d’expérimentation du mondialisme et l’une des pires expériences, la loi sur la violence à l’égard des femmes, est maintenant exportée dans le reste de l’Europe.

Carla Toscano (Vox) : C’est une conséquence de plus de cette dictature mondiale. Aucun pays n’a une loi comme la loi sur la violence de genre parce que c’est une loi injuste, une loi qui viole les droits fondamentaux. C’est une loi idéologique qui n’a pas contribué à réduire le nombre de femmes victimes, mais qui cause des dommages immenses aux familles et à de nombreux hommes. Cette loi va être exportée parce que c’est une loi idéologique qui contribue à l’idée que l’homme est mauvais par nature, que l’homme est violent, et qui sert à opposer les hommes et les femmes. Je ne sais vraiment pas dans quelle mesure ils vont pouvoir l’exporter parce qu’elle viole des droits fondamentaux comme l’égalité devant la loi. Il y aura des pays qui l’accepteront, comme l’Espagne, mais beaucoup d’autres ne le feront pas.

Decision Radio : Le problème est que tout cela s’inscrit dans le cadre de l’Agenda 2030, dans lequel le féminisme occupe une place fondamentale..

Carla Toscano (Vox) : Oui, toutes ces lois ne sont rien d’autre que de petits fronts menés pour une bataille aux fins beaucoup plus larges.

Le malheur, c’est que les citoyens ne se rendent pas compte de ce qu’implique l’Agenda 2030, de la perte de liberté qu’il entraîne, et, au final, nous sommes les pions d’institutions dont l’objectif est la destruction de la personne et de la famille, et elles utilisent ces lois comme des outils. Si nous ne les arrêtons pas et que les citoyens ne réagissent pas, par leur vote ou en protestant de multiples façons, nous finirons par perdre notre liberté.

Decision Radio : Un badge, celui de l’Agenda 2030, est porté par tous les dirigeants politiques sauf VOX. En fait, il existe déjà des « services municipaux 2030 » dans les municipalités gouvernées par les socialistes ou le Parti populaire.

Carla Toscano (Vox): Le Parti Populaire est totalement engagé dans l’Agenda 2030. Ses dirigeants portent leur badge et dans toutes les commissions et initiatives du Congrès dans lesquelles la perspective de genre ou l’environnementalisme est inclus, le Parti Populaire vote toujours pour.

Il fait même des propositions plus radicales pour approfondir l’Agenda 2030 que celles de la gauche « officielle ». Et je dis « officielle » car pour moi le Parti Populaire est un parti de gauche et fait la même politique mondialiste.

Decision Radio : Avec la chute de Kaboul, les féministes du gouvernement espagnol ont exprimé leur préoccupation uniquement pour « les femmes et les filles ». Et si quelqu’un ne se préoccupait que des hommes ?

Carla Toscano (Vox) : Je donne toujours cet exemple. Imaginez une loi « uniquement pour les Blancs », ou la loi « augmentera la peine si l’agresseur est noir« . Avec un homme, vous pouvez dire cela, mais dans d’autres cas, c’est scandaleux.

C’est pourquoi, quand je lis ce que nos féministes disent des talibans, c’est honteux mais en même temps je suis désolée pour elles. La gauche n’a jamais défendu les droits des femmes musulmanes, mais voilà que cela se produit en Afghanistan et qu’elles s’inquiètent pour elles.

Tout d’abord, nous devons nous inquiéter pour tout le monde, hommes et femmes. Comme VOX le dit toujours, toutes les vies sont importantes. Et deuxièmement, je suis désolé pour leurs énormes contradictions, toujours à défendre l’Islam et maintenant ils doivent le critiquer.

Decision Radio : Peut-être parce qu’ils voient l’Islam comme un allié contre un ennemi commun ?

Carla Toscano (Vox) : Oui, l’ennemi commun, ce sont les valeurs occidentales de la civilisation judéo-chrétienne. C’est pourquoi la gauche soutient l’islam, même s’ils ne sont pas compatibles en termes de valeurs. Il y a des pays musulmans où les homosexuels sont pendus, où les femmes n’ont pas les mêmes droits que les hommes, où ces faux groupes que la gauche prétend défendre sont opprimés. C’est totalement incohérent.

Decision Radio : Twitter semble piloté par des forces de gauche, et a conservé le compte du porte-parole des talibans, tout en annulant celui de Donald Trump. Avez-vous été victime de censure sur Twitter ?

Carla Toscano (Vox) : Oui, mon compte a été fermé deux fois. Le plus drôle, c’est que j’ai été menacé de mort à plusieurs reprises, et que j’ai reçu toutes sortes d’insultes, et qu’aucun de ces comptes n’a été annulé. En revanche, moi, qui n’insulte ni ne menace, j’ai été censuré. Twitter est un autre bras de l’agenda mondialiste, et puisque l’intention est que seules certaines idées soient entendues, ceux d’entre nous qui ne sont pas d’accord avec l’agenda et proposent d’autres idées sont ceux qui subissent la censure.

Decision Radio : C’est une autre contradiction, les réseaux sociaux prétendent promouvoir la liberté d’expression, mais ils exercent la censure…

Carla Toscano (Vox) : Tout ce que la gauche prétend défendre est son principal ennemi. Ils prétendent défendre l’égalité et ils proposent des lois qui provoquent l’inégalité et donnent des privilèges à une partie de la société sur l’autre.

Ils prétendent défendre la liberté et ils créent des lois comme la mémoire démocratique ou les lois LGTBI pour que vous ne puissiez pas vous opposer à ce qu’ils pensent. Ils vous limitent dans la façon d’éduquer vos enfants, ils veulent les endoctriner dans leurs idées et ensuite ils sont les champions de la liberté d’expression.

Decision Radio: Compte tenu de ce scénario, êtes-vous optimiste quant à l’avenir ?

Carla Toscano (Vox) : Oui, parce qu’il y a de l’espoir, parce qu’il y a des gens et des partis, comme VOX, et aussi certains médias, qui continueront à dire la vérité. Je réitère mon engagement personnel contre les lois du genre, et comme moi tant d’autres personnes qui veulent que le Bien prévale. Et le Bien prévaudra.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

« Wallah, je vais cracher dans la bouche de ta fille » : Révélations sur Moussa, individu qui dénonçait des « violences policières »

Le 17 septembre 2021, dans la cité du Pavé Neuf, à Noisy-le-Grand, un individu prénommé Moussa est interpellé par...

2 Commentaires

  1. L’oligarchie post-nationale nowhere, en créant des conditions matérielles contraires au développement de la culture (de toute culture nationale), lutte, objectivement, contre l’existence même de la nation, de sa solidarité, de sa décence, armes du peuple. « Au pauvres ne reste que la nation » Jaurès, l’armée nouvelle.

    Ainsi en luttant contre la famille, sa dignité, la cellule de solidarité de base animale et un marqueur civilisationnel de la sociabilité sophistiquée, le Capital prostitue mère, père et enfant.

    « En dissolvant les nationalités [les peuples], l’économie libérale fit de son mieux pour généraliser l’hostilité, pour convertir l’humanité en une horde de bêtes féroces – les concurrents sont-ils autre chose ? – qui se dévorent mutuellement parce que les intérêts de chacun sont égaux à ceux de tous les autres [individualisme]. Après ce travail préliminaire, il ne restait plus à l’économie libérale qu’un pas à faire pour atteindre son but : il lui fallait encore dissoudre la famille [gender, gpa] »
    ‘Esquisse d’une critique de l’économie politique’ Engels

    Dans le même ordre d’idée, la crasse (politicienne) s’évertue à restreindre l’ampleur des cérémonies commémoratives, car l’œuvre des vrais hommes politiques d’antan, au service de la nation, met en évidence la nullité servile des putasses à Soros.
    D’une manière générale l’oligarchie mondialisée s’extrait de toute culture par principe politique.

    Et aux US, au multiculturalisme s’ajoute le multi-linguisme, stade ultime de la division (même si la Suisse est un contre exemple grâce à sa démocratie très poussée, comme le disait… Staline )

    « La nation est une communauté stable, historiquement constituée, de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique, qui se traduit dans la communauté de culture. » Staline, Le marxisme et la question nationale et coloniale

    Ainsi il faut aussi remplacer dans les universités « anglaises » la statue de Churchill par celle de Bamby, plus en conformité à l’esprit de soumission des glands remplacés castrés sans histoire ni nation mais avec plug anal qui vivront sous le joug de Fesses-Boucs et consorts en ânonnant 200 mots de globish.

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés