Dominique Protin. Quand votre enfant meurt pour la France au Mali…

A LA UNE

À l’aube du 26 novembre 2019, trois militaires du 4ème régiment de chasseurs sonnent à la porte de Dominique Protin pour lui annoncer la mort de son fils Alexandre. Celui-ci a été tué la veille au Mali, avec douze de ses camarades, dans la collision entre deux hélicoptères engagés dans une opération contre les djihadistes de l’État islamique.

Commence pour cet homme, enfermé dans le refus d’admettre la disparition de son enfant, une longue période de dépression, suivie par une difficile reconstruction. Dominique Protin et Isabelle Averty co-signent un ouvrage poignant, émouvant et plein d’espoir : « Un soir en Afrique » publié chez Konfident. Depuis 2013, la guerre au Mali et au Sahel a provoqué la mort de 57 militaires français dont le caporal-chef Maxime Blasco, mort au combat le 28 septembre, et plus récemment le maréchal des logis, Adrien Quélin, tué accidentellement le 12 octobre.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

Liger-Atlantel : ar c’huzul departamant a ro arc’hant da Afrika

Ur gwir bod-espern eo ar re wenn, neketa ? Milionoù ha milionoù a zivroidi a zo war hon douar, maget...

1 COMMENTAIRE

  1. meurt pour la france que nenni !
    pour que nos gouvernants puisse se croire le gendarme bienfaisant !
    pour que des dirigeants locaux puissent continuer sans se préoccuper des causes de la rébellion

    surtout ça nous coute des jeunes qui se font trouer la peau
    et un pognon de dingue
    peut être pour (voir le film timbouktou) empêcher quelques paysans locaux de se faire bastonner par des seigneurs de la guerre, leurs femmes d’être obligées de porter le voile et leurs enfants de jouer au foot avec un vrai ballon, ça oui !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés