Géopolitique. Washington ne coopère pas à la recherche de la paix en Afghanistan

A LA UNE

Les États-Unis ne veulent pas s’impliquer davantage dans le conflit afghan. Telle semble être la réalité de plus en plus évidente depuis le moment où le gouvernement américain a décidé de retirer ses troupes de ce pays d’Asie centrale. Toutefois, la fin de la participation américaine ne signifie pas la fin du conflit, ni la fin de la responsabilité américaine dans l’état actuel de la crise. Après des décennies de guerre, le retrait des troupes américaines devrait être associé à une série d’efforts de la part de Washington afin d’instaurer la paix et la stabilité dans le pays – et, apparemment, le gouvernement américain n’est pas disposé à apporter son aide à cet égard.

Initialement formé par la Russie, les États-Unis et la Chine, en 2019, le groupe Troïka vise à unir ses forces pour construire un processus de pacification en Afghanistan. Permettant un dialogue direct entre les politiciens et les diplomates des principales puissances militaires mondiales avec les représentants de Kaboul, le groupe a obtenu plusieurs avancées dans la recherche de la paix dans le pays d’Asie centrale, même s’il est encore loin de mettre en œuvre toutes les mesures proposées lors des réunions. Le Pakistan a ensuite été ajouté à la troïka, le groupe étant appelé « troïka élargie » ou « troïka plus ». Actuellement, certains responsables des pays membres du groupe souhaitent augmenter encore le nombre de participants, l’Iran et l’Inde devant se joindre aux réunions de la troïka dans les mois à venir. Toutefois, de manière tout à fait inattendue, le plus gros problème sera désormais de conserver la composition actuelle de l’équipe intégrale.

Agissant de manière très peu diplomatique, le gouvernement américain a annoncé lundi qu’il ne participerait pas au prochain sommet de la troïka, qui doit se tenir cette semaine à Moscou. A l’un des moments les plus délicats de l’histoire afghane, alors que la société internationale se mobilise pour que la paix soit atteinte le plus rapidement possible, l’attitude des Etats-Unis est vraiment condamnable et pourrait avoir un impact négatif sur la structure de la Troïka.

Plus répréhensible que l’attitude de ne pas participer à la réunion est l’absence de justification cohérente de la part du gouvernement américain. Commentant l’affaire, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Nous ne participerons pas aux pourparlers de Moscou. La Troïka Plus a été un forum efficace et constructif. Nous sommes impatients de nous engager dans ce forum à l’avenir, mais nous ne sommes pas en mesure d’y participer cette semaine… Il est tout simplement difficile, d’un point de vue logistique, de nous faire participer cette semaine ». Comme nous pouvons le voir, il y a une demande qui est « logiquement difficile », mais il n’y a pas de justification pour la supposée « difficulté », ce qui nous amène à nous interroger sur l’authenticité du désir américain de participer à des réunions futures.

En fait, il n’y a qu’une seule raison pour laquelle Washington ne veut pas participer à la réunion : la tendance des autres membres de la troïka est de reconnaître les talibans comme le gouvernement légitime de l’Afghanistan, ce qui est un scénario presque inadmissible pour les États-Unis. La Russie, la Chine et le Pakistan tentent d’établir un dialogue pacifique et amical avec le nouveau gouvernement de facto de Kaboul, car c’est la seule façon possible d’instaurer la paix dans le pays.

Bien que les Pakistanais aient des relations historiques avec les Talibans, cette position n’est pas partagée par les autres membres du groupe. Certes, le scénario actuel n’est pas idéal pour Moscou et Pékin, mais la priorité est de parvenir à la paix et à la stabilité, quel que soit le groupe au pouvoir. Pour Washington, apparemment, la paix n’est pas exactement une priorité, et il est absolument impossible de négocier avec les fonctionnaires qui ont participé aux scènes qui ont choqué la société américaine pendant les derniers jours de l’occupation. En fait, les États-Unis ont négocié avec les talibans l’année dernière pour obtenir un retrait pacifique, ce qui n’a pas eu lieu. Le monde n’a pas vu un retrait volontaire des troupes, mais une véritable défaite pour Washington et pour cette raison il est impensable pour le gouvernement américain de continuer à participer aux négociations avec la présence des représentants des Talibans.

Cependant, cette situation ne peut en aucun cas justifier l’attitude américaine. Aucune forme de « fierté nationale » ou de tentative de démonstration de force ne peut prendre le pas sur la nécessité de poursuivre la paix. Il est nécessaire que les autres membres de la Troïka et l’ensemble de la société internationale désapprouvent publiquement le refus américain de participer au sommet et se souviennent qu’une grande partie de ce qui se passe aujourd’hui en Afghanistan est de la responsabilité américaine. Les décennies d’occupation sont la seule cause du scénario actuel, et cela ne peut être ignoré.

D’autre part, en évitant de participer aux réunions, les États-Unis se nuisent à eux-mêmes. Washington évitera probablement d’envoyer des représentants aux prochaines réunions également, ce qui éloignera le gouvernement américain des cycles de négociations sur le scénario afghan, donnant ainsi un avantage aux plus grands rivaux géopolitiques des États-Unis (la Russie et la Chine). En participant activement au processus de pacification, Moscou et Pékin non seulement donnent de l’espace aux talibans pour s’affirmer en tant que nouveau gouvernement reconnu, mais gagnent en légitimité pour exiger des talibans certaines actions et changements en retour. En fait, les gouvernements russe et chinois exigent une série de changements dans l’administration talibane, prévoyant en retour l’avancement de la reconnaissance politique et des relations diplomatiques.

La négociation est avant tout un outil de pouvoir et, grâce à elle, les Russes et les Chinois ont tendance à gagner en influence sur l’Afghanistan, tandis que les États-Unis perdent de plus en plus d’espace au niveau mondial.

Lucas Leiroz (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Skol-veur Stellenbosch (Afrika-ar-Su) : ar xhosa lakaet da drede yezh ofisiel

Amzer a oa bet ma oa skol-veur Stellenbosch kreizig-kreiz ar bed afrikaaner ha ma veze roet kentelioù a live...

Les Tuche 4, Au coeur du bois, West Side Story, Les Amants sacrifiés, Un endroit comme un autre, La Beauté du monde : au...

Les Tuche 4, Au coeur du bois, West Side Story, Les Amants sacrifiés, Un endroit comme un autre, La...

1 COMMENTAIRE

  1. et l’union européenne va donner 1 milliard d’euros aux taliban, oui, un milliard d’€ à des gens qui viennent de décapiter une joueuse de l’équipe nationale de volleyball

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés