Lutte contre la pédocriminalité : « 1 sur 5 », le film de Karl Zéro, est disponible ! [Vidéo]

A LA UNE

Face à l’omerta pesant sur le sujet en France, le journaliste Karl Zéro vient de jeter un véritable pavé dans la mare de la pédocriminalité avec la sortie du film « 1 sur 5 ». Un documentaire aussi glaçant que salvateur à visionner en intégralité ci-dessous.

Personne ne pourra dire qu’il « n’était pas au courant »

Le film « 1 sur 5 » du journaliste Karl Zéro visant à dénoncer la pédocriminalité est désormais disponible depuis le 25 octobre. Tandis que la presse a rapporté de multiples affaires de pédophilie et de violences sexuelles commises sur des mineurs au cours des derniers mois, ce film vient succéder à la publication, le 3 décembre 2020, de « 1 sur 5, Manifeste contre la pédocriminalité en France».

L’ambition de ce documentaire d’un peu plus d’1 h 30 ? Que plus personne ne puisse dire qu’il « n’était pas au courant » de ce fléau qui a ruiné et continue de ruiner la vie de milliers d’enfants et d’adolescents.

Quant à la question de trouver des fonds pour produire « 1 sur 5, le film », Karl Zéro ne se faisait guère d’illusions : « Comme nous savons que ce film, aucun producteur, aucun média, aucune chaîne de télévision, aucune plateforme n’osera le produire, et encore moins le diffuser, nous avons décidé de proposer à toutes celles et tous ceux qui pensent que ce combat est primordial de le financer sur la plateforme de crowfunding Ulule. »

Pour ce qui est du choix du titre, il s’explique simplement : un enfant sur cinq est victime de violences sexuelles en Europe…

Le film « 1 sur 5 » en intégralité :

Karl Zéro : une pétition et 25 propositions contre la pédocriminalité

En amont de la sortie du film, Karl Zéro et son équipe ont donc publié un manifeste contenant 25 propositions pour venir à bout du véritable fléau social que représente la pédocriminalité. Pour soutenir ces propositions, une pétition en ligne a été lancée et a déjà recueilli près de 38 000 signatures.

Parmi les propositions, les auteurs du manifeste proposent notamment que soit ajoutée au Code pénal une définition du viol sur mineur. Ils suggèrent également de faire coïncider l’âge du consentement et la majorité sexuelle, à savoir 15 ans. En deçà de cet âge, tout acte sexuel entre un adulte et un ou une mineure sera considéré comme un viol. L’âge du consentement sera porté à 18 ans en cas d’inceste et de handicap.

Autres mesures phares retenant l’attention, le fait de rendre obligatoire la consultation du fichier FIJAIS (Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes) par toutes les institutions publiques ou privées, avant toute embauche. Elles deviendront responsables pénalement en cas de non-consultation de ce fichier.

Ou encore l’inversion de la charge de la preuve, dans le cas des jugements de viol sur mineur : face à la justice, ce doit être au prédateur présumé d’apporter la preuve de son innocence. L’ensemble des 25 propositions est à consulter via ce lien.

Crédit photo : Capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

Naufrage d’un chalutier au large de Saint-Cast (22)

Un chalutier qui pêchait la coquille Saint-Jacques a été retourné par une puissante vague vers midi ce mercredi 1er...

3 Commentaires

  1. Cohn-Bendit, Kouchner, Lang… les hommes à la pédopétition parue dans « Libération » en janvier 1977, ne vont pas être contents…

  2. kouchner savait pour son propre fils, le cercle aussi savait
    mais qu’ont ils fait ? rien !
    karl zéro (tiens ce nom commence par un Z ) ….. sera ignoré par la haute société parisienne qui est aux manettes

  3. Bonjour,

    J’ai découvert le documentaire hier soir. Je n’ai pas trouvé d’articles de presse qui le commentent, sauf… Marianne qui nie en bloc le sérieux des affirmations de Karl Zéro, qui seraient sans preuves tangibles.

    Le journal Marianne prétend qu’il est impossible de vérifier le chiffre d’un enfant sur 5 victime d’abus sexuels. On s’en fout, ce n’est pas le sujet ! Ce qui est dénoncé dans ce documentaire, c’est d’avantage le refus systématique, STRUCTUREL de la part de la Justice Française, de croire les enfants et d’enquêter sur les réseaux pédophiles.

    Concernant les chiffres : Dans ma famille, je compte déjà 4 femmes violées enfants. Sans jamais avoir cherché l’information, creusé le sujet. Les langues se sont déliées une fois adultes. 3 agresseurs différents pour ces 4 femmes, des hommes de la famille qui ne se côtoient même pas entre eux ! (Ne vivent pas dans le même pays, n’ont pas vécu à la même époque car actes commis sur 3 générations, etc…)

    C’est monnaie courante de violer des enfants. PARTOUT. Ma famille n’est pas un cas isolé. Pourquoi les réseaux pédophiles n’existeraient pas ? Les enfants des CD-Rom de Zandvoort sont bien réels ! La cécité (volontaire ?) des médias et de la justice est écœurante.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés