Redadeg 2022. « La Bretagne en tout genre », un thème éloigné de la promotion du breton…

Redadeg 2022

La Redadeg, course au profit de la langue bretonne, s’élancera pour sa huitième édition au mois de mai 2022. Elle sillonnera les cinq départements bretons, traversant plus de 300 communes. Son thème, « la Bretagne en tout genre », laisse toutefois songeur…

Quel parcours pour la Redadeg en 2022 ?

L’assemblée générale de l’association Ar Redadeg avait lieu le 23 octobre dernier à Plœmeur, dans le Morbihan. L’occasion de faire le point sur la prochaine édition de la célèbre course pour le breton. Celle-ci s’élancera le 20 mai prochain depuis Vitré et cheminera à travers les cinq départements de la Bretagne pour finir par rejoindre Vannes le 28 mai 2022.
Au total, les participants arpentant les routes au profit de la langue bretonne parcourront 2 022 kilomètres en traversant plus de 300 communes, de jour comme de nuit. 2022 sera aussi l’occasion d’un retour à la normale après une annulation de l’édition 2020 en raison de la crise sanitaire. L’édition 2021 ayant alors suivi le parcours tracé pour l’année précédente et avait vu les coureurs s’élancer de Carhaix le 21 mai pour rejoindre Guingamp le 29 mai 2021.
Redadeg 2022
Pour sa huitième édition, la Redadeg devrait, comme les années précédentes, rassembler des milliers de personnes. Le principe de cette course de relais reste le même : les kilomètres du parcours sont vendus aux particuliers, aux collectivités, aux entreprises aux associations puis les bénéfices sont ensuite redistribués à des projets mettant en valeur l’usage de la langue bretonne.
À savoir que lors de la dernière édition, 60 000 € ont pu être attribués au réseau Diwan tandis que la même somme était par ailleurs répartie entre d’autres structures portant elles aussi des projets en faveur du breton. Pour l’édition 2022, l’appel à projet devrait bientôt être lancé et les candidats auront jusqu’au 1er décembre pour faire parvenir leur dossier aux organisateurs qui sélectionneront par la suite les plus pertinents.
Autre spécificité de la Redadeg, les coureurs se passent sous forme de témoin un message en breton qui effectue donc l’ensemble du parcours avant de faire l’objet d’une lecture au public à l’arrivée à Vannes le 28 mai 2022.

« La Bretagne en tout genre » : quand la course s’éloigne de la langue bretonne

Toutefois, cette belle initiative présente un bémol pour sa prochaine édition. En effet, le thème choisi pour cette dernière fait furieusement référence aux lubies progressistes du moment : « Breizh a bep reizh », « la Bretagne en tout genre ».

Mais que veulent mettre en lumière les organisateurs de la Redadeg avec un tel slogan ? Pour trouver un début de réponse, il suffit de se rendre sur le site de la course, où un texte explicatif nous conduit alors bien loin de la simple défense de la langue bretonne. On peut ainsi y lire qu’ « en Bretagne comme ailleurs persistent des inégalités de toutes sortes, entre peuples minorisés, entre classes d’âge ou genres, liées aux déterminations sociales ».

Pour l’association Ar Redadeg, « le sens du mot « genre » est très large en breton, aussi divers et riche que chacun d’entre nous sur cette terre. »

Avec quelques touches d’écriture inclusive au passage, on apprend également qu’en 2022, « la Redadeg souhaite sensibiliser à la notion d’égalité et du savoir vivre ensemble, montrer la richesse linguistique, sociale et de genre amenée par la mise en valeur de nos différences. »

Outre la sauvegarde breton, la course entend donc promouvoir « l’égalité entre femmes et hommes, une attitude tolérante en toutes circonstances, être en phase avec son identité, son genre, respecter la diversité des identités de genre, faire les choses de façon juste, savoir vivre ensemble, etc… ».

Cependant, si le « vivre ensemble » et la diversité semblent être des valeurs chères aux organisateurs, on notera que ces derniers ne se sont pas aventurés à faire passer la course dans les quartiers de Pontanezen, Maurepas, Bellevue ou encore Kercado. Voilà pourtant d’excellents laboratoires du « vivre ensemble » à la bretonne. Des quartiers où, par ailleurs, lorsque les habitants courent, c’est davantage pour échapper à la police que pour sauver le breton…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !