Faut-il vous métisser comme le suggère la presse mainstream ?

Comme nous le verrons dans l’ensemble des études disponibles, le Q.I comme le volume crânien des métis est toujours intermédiaire entre celui des deux races parentales (condition de validité : N grand et aléatoire).

Ceci est tout à fait prévisible pour un trait hautement génétique et polygénique, l’intelligence générale.

Nous verrons dans un second temps que ceci se retrouve également à l’échelle d’un pays : les zones métissées ont un QI moyen, et conséquemment un niveau de développement, qui peut être prédit par la composition raciale de la zone.

Intelligence des métis Européens-Africains

Dans les 10 études disponibles le QI moyen des métis Européens-Africains est intermédiaire entre celui des Européens et celui des Africains. Ces études évaluent l’intelligence des métis au Brésil, Allemagne, Afrique du Sud, Etats-Unis et Canada.

Le QI moyen des Européens dans l’ensemble des 10 études est de 99.9 contre 89.1 pour les métis et 79.3 pour les Africains.

 Intelligence des métis Européens-Amérindiens

Moins d’études sont disponibles pour les métis Européens-Amérindiens.

Encore une fois ils ont une intelligence intermédiaire entre les deux races parentales. Il est probable qu’un nombre plus important d’études montrerait un QI moyen d’à peu près 94 pour les métis Européens-Amérindiens, intermédiaire entre le QI des Européens (100) et le QI des Amérindiens (87). C’est d’ailleurs le chiffre de l’étude la plus récente (2005).

Table 12.4. IQs of Native American-European Hybrids

Location

Age

Test

Europeans

Hybrids

Amerinds

Reference

N

IQ

N

IQ

N

IQ

1

Kansas

Adult

OTIS

100

536

93

179

67

Hunter & Sommermeir, 1922

2

South Dakota

10-15

OTIS

100

68

89

15

86

Fitzgerald & Ludeman, 1925

3

Mexico

7-10

SPM

155

98

571

94

194

83

Lynn et al., 2005

Global mean

99.3

92

78.6

Intelligence des métis Européens – Pacific Islander
Intelligence des métis Est-Asiatiques – Pacific Islanders

Encore une fois, le QI des métis tombe au milieu des 2 races parentales.

Les Pacific Islander (habitants des iles du pacifique, notamment Hawai…) forment une race mineure, apparentée aux sud-est Asiatiques (Philipine, Indonésie…).

Q.I des hybrides européens-pacific islanders et chinois-pacific islanders

Table 9.3. IQs of Europeans, Chinese, and Pacific Islander Hybrids

Group

N

IQ

European

1000

100

Chinese

2,704

99

European-Hawallan

842

93

Chinese-Hawallan

751

91

Hawalian

621

81

Intelligence des métis Européens- Est Asiatiques

Pour rappel les Est-Asiatiques sont les indigènes de Chine, Corée, Japon. Ils sont également majoritaires à Singapour.

Encore une fois le QI moyen des métis, comme le volume cérébral, est intermédiaire.
Seulement dans le cas présent les métis Européens – Est Asiatiques ont un QI moyen et un volume cérébral supérieur à celui des Européens… !

Ceci est logique puisque les Est Asiatiques ont une intelligence un peu supérieure à celle des Européens et un volume crânien plus important.

Table 10.5. IQs and brain size (cc) of East Asian-European hybrids

East Asian

Hybrid

European

African

1

Number

63

37

17,432

19,419

2

IQ-Raw

114

103

102

90

3

IQ-Adjusted

109

98

97

85

4

Brain size

1,170

1,155

1,150

1,134

Intelligence des métis Européens – Aborigènes d’Australie

Le QI moyen pour les 4 études est de 80, un QI à mi-chemin entre le QI des Européens (100) et celui des Aborigènes d’Australie (62). La plupart des Aborigènes d’Australie intégrés à la civilisation sont en réalité des métis.

Les pays métissés

Une autre approche intéressante pour envisager l’intelligence des métis est de se pencher sur les pays qui, par leur histoire, se sont largement métissés.

Le Portugal

Le Portugal est le seul pays européen à avoir importé des esclaves noirs de ses colonies et à s’y être métissé. Aujourd’hui le pool génétique portugais est à 11% africain, ce qui a réduit leur capacité cranienne et leur QI moyen à 95 contre 100 pour l’Europe centrale et du nord. En corollaire de cette plus faible intelligence, le PIB par habitant du Portugal est un des plus bas d’Europe Occidentale et ils n’ont gagné qu’un prix Nobel scientifique, attribué à E. MONIZ en 1946 pour « la pratique de la lobotomie dans le traitement des psychoses » (sic) une avancée toute relative.

Le Vietnam

Le QI moyen au Vietnam est de 99 (identique à l’Allemagne). Le Vietnam est une zone métissée entre les Est-Asiatiques (QI moyen de 105) et les sud-est Asiatiques (QI moyen de 90). Le caractère métissé entre les deux races a été confirmé par Cavali-Sforza et al. (1994, p .194).

La haute intelligence des Vietnamiens a permis l’excellente intégration des boat people en France et en Occident en général. Ils ont un haut niveau d’éducation et un faible niveau de crimes et délits.

La Turquie

La Turquie est une zone métissée entre les Européens (QI moyen de 100) et les MENA (Middle Easterners and North Africans, QI moyen de 84). Le QI moyen en Turquie est de 90 et il décroit linéairement d’est en ouest, tandis que le ratio gènes européen/gène MENA décroit.

L’Amérique Latine

L’ensemble de l’Amérique Latine est une zone métissée. Le QI moyen peut être prédit à partir de la composition ethnique de la population. L’Argentine, avec sa plus grande part d’Européens, s’en sort mieux socio-économiquement.

Les Balkans

L’ensemble des Balkans est une zone hybride Européens – MENA. Le QI moyen y est de 92.5 avec en corollaire un moindre développement socio-économique que dans le restant de l’Europe.

L’Italie du sud

Le QI moyen en Italie décroit linéairement du nord vers le sud. Le QI moyen est de 103 à Venise et il décroit jusqu’à 90 seulement en Sicile. Ces différences se retrouvent également dans le volume cranien qui, pour les femmes, est de 1401 cm cubes au nord (Trentin), 1294 cc au centre (Naples) et 1256 cc au sud (Sicile). De semblables différences se retrouvent pour les hommes (Martin et Saller, 1959 vol. 2).

L’Espagne

De façon fort similaire à l’Italie, un gradient nord-sud pour l’intelligence se trouve en Espagne avec un QI de plus de 4 points inférieur au sud comparativement au centre et au nord de l’Espagne.

Richard Lynn a montré que la plus faible intelligence dans les Balkans et dans le sud de l’Espagne et de l’Italie est attribuable à un métissage avec les populations Nord-Africaines et moyen-orientales dont le QI moyen est de 84. Ceci aura tiré la capacité crânienne, l’intelligence et le niveau de développement vers le bas.

L’aspect génétique est mis en évidence par les fréquences alléliques de gènes peu fréquents chez les Européens tel que Taq1-p1-2f2-8kb. La fréquence de cet allèle est entre 28 et 44% chez les moyen-orientaux et les nord-africains et ceci permet une estimation du métissage avec les Arabes.

Se métisser à des afro-maghrébins ayant un haut QI ? Le danger de la régression vers la moyenne

Le phénomène de régression vers la moyenne se retrouve dans l’ensemble du monde vivant, végétaux compris.

Voici un exemple pour mieux comprendre.

Imaginez deux haricots de même taille: Le haricot A et le haricot B.

Le haricot A provient d’une race (=variété) de grands haricots. Le haricot B provient d’une race/variété de petits haricots.

On plante les graines du haricot A et du haricot B. Qu’observe-t-on dans la descendance ?

La descendance du haricot A va régresser vers sa moyenne raciale plus élevée en taille: les haricots seront plus grands.

La descendance du haricot B va régresser vers la moyenne raciale/variétale de B, à savoir une plus petite taille.

Ce phénomène se retrouve très exactement en termes de Q.I et d’intelligence: prenez deux couples ayant un Q.I moyen de 110, un couple africain et un couple européen.

Les enfants du couple européen vont régresser vers le moyenne intellectuelle européenne de 100: ils auront en moyenne 105 de Q.I. Les enfants du couple africain vont régresser vers la moyenne intellectuelle africaine de 80: ils auront en moyenne 95 de Q.I !

Ce phénomène de régression vers la moyenne se remarque également chez les bas Q.I: un enfant d’un couple européen ayant un Q.I moyen de 75 aura 87,5 de Q.I (régression vers la moyenne de 100), alors qu’un enfant d’un couple africain ayant en moyenne 75 de Q.I aura en moyenne 77,5 de Q.I (régression vers la moyenne de 80).

Imaginez maintenant un couple (A) d’Européens avec un QI moyen de 110 et (B) un couple mixte avec Européen/Africain avec le même QI moyen.

Les enfants du 1er couple auront, en moyenne, un QI de 105 (régression vers la moyenne de 100)

Les enfants du second couple auront en moyenne un QI moyen de 100 (régression vers la moyenne de (100+80)/2 = 90)

Ce phénomène de régression vers la moyenne explique en large part le fait que les enfants des couples afro-américains socio-économiquement supérieurs, avec un QI moyen élevé, ont beaucoup plus de chance de décrocher à l’école et de régresser socio-économiquement que des enfants Européens, car la moyenne génotypique raciale étant plus basse, la régression est plus forte.

A noter qu’il est possible de surmonter le phénomène de régression vers la moyenne par sélection successive. Il s’établit alors une nouvelle moyenne. L’eugénisme a ainsi été pratiqué chez quasiment tous les animaux d’élevage pour tirer les caractéristiques vers le hauts ainsi que dans l’ensemble des variétés végétales cultivées.

Conclusion générale

Métis, un « mélange de couleur »… c’est la partie visible de l’iceberg. C’est également un mélange de l’ensemble des gènes des 2 races parentales. Il en résulte, en moyenne, une capacité crânienne et une intelligence intermédiaire.

Toutes les études disponibles sont univoques. C’est exactement ce à quoi on peut s’attendre pour un trait hautement génétique et polygénique.

Genome-wide association studies establish that human intelligence is highly heritable and polygenic18

– Nature, 2011.

Intelligence — the ability to learn, reason and solve problems — is at the forefront of
behavioural genetic research. Intelligence is highly heritable and predicts important educational,
occupational and health outcomes better than any other trait

– Nature, 2018.

Le métissage avec les Est Asiatiques produit des individus plus intelligents que les Européens.

Pour le reste, le métissage reste la meilleure façon d’altérer irréversiblement l’avenir de vos enfants. Il y a ainsi une perte de 10 points de QI pour un métis Européen-Africain. Une perte de probablement plus de 5 points de QI pour un métis Européen-Arabe. Ces différences sont très importantes.

Au niveau national, un métissage généralisé avec des afro-maghrébins, projet politique par excellente de l’Occident postmoderne et égalitaire, allant de l’extrême gauche (« créolisation » Mélenchon) à la droite (relevons le défi du métissage ! Sarkozy) est la meilleure façon d’altérer de façon tout à fait certaine et jusqu’à présent irréversible, notre niveau de développement.

Le communisme économique a détruit par idéologie et fanatisme l’économie des pays touchés. Le communisme biologique, ou antiracisme, va détruire le pool génétique occidental avec autant de conviction, de ferveur idéologique et d’ignorance.

Jean HANSEN, biologiste et webmaster de intelligence-humaine.com (fr) et human-intelligence.org (en)

Crédit photo : Flickr (cc) https://www.flickr.com/photos/jean-pierre_follet/5499753615
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

10 réponses

  1. sujet tabou jusque là…prise de conscience urgente.. Mais ou sont les Bretons ? race indo européenne de souche

    1. On dit beaucoup de choses. Vous aurez très rarement un batard avec l’intelligence d’un border collie…

  2. faut il ???? non, bien sur
    peut on ? oui certainement
    trouver la bonne personne c »est la quête de tous, et la baser sur la couleur de peau c’est du racisme à l’état pur ! n’en déplaise à mélanchon et aux woke

  3. L’analyse du génotype des Portugais dément définitivement l’argument selon lequel ces derniers auraient assimilés dans leur pool génétique une proportion significative d’ADN sub-saharien. Dans les faits, la part de cette composante varie de 0 à 1,5 % chez les Portugais modernes, et dans la grande majorité des cas, elle est si proche de 0 qu’elle est indétectable (donc à considérer comme étant nulle).
    En revanche, il est vrai que les natifs Ibériques ont globalement hérités d’une part non-négligeable d’ascendance Maghrébine (exception faite des Basques), et que c’est chez les Portugais qu’elle est à maxima (de 3 à 5 %). Or les nord-Africains ayant, en moyenne, près de 10% d’ascendance sub-saharienne, cela suffit à expliquer les traces résiduelles infimes susmentionnées.
    Par ailleurs, il est inexact de corréler la part d’ascendance Maghrébine des populations Ibériques à un gradient nord/sud. Dans les faits, ce que les études montrent, c’est plutôt un gradient est/ouest.

    Bien que je sois d’accord avec les grandes lignes de la thèse qui est ici défendue, l’article est truffée de petites inexactitudes de ce genre et autres raccourcis douteux qui trahissent une intention de corroborer, sous couvert d’objectivité scientifique, des apriori idéologiques très orientés, ce qui est bien dommage.

    1. Vous dites n’importe quoi ;)

      « It has been estimated that the percentage of sub-Saharan African mtDNA is 11.7 percent in southern Portugal (Gonzalez, et al. 2003). The average IQ in sub-Saharan Africa is approximately 70 (see Chapter 4), so the introduction of a significant number of sub-Saharan African genes into the Portuguese gene pool, in addition to those from North Africa, can account for the lower IQ in Portugal than in the rest of western Europe »

      Le gradient d’intelligence en Italie et en Espagne est très clairement un gradient décroissant du nord vers le sud.

  4. Le tableau 10.15 n’est pas sourcé (données du National Collaborative Perinatal Project, mené aux Etats-Unis de 1959 à 1974 ?). L’échantillon est-asiatique est minuscule, ce qui interdit d’en tirer des conclusions certaines. Il faudrait au minimum savoir comment il est composé. Porte-t-il sur les descendants de coolies chinois en Californie ou sur ceux d’intellectuels ayant fui le maoïsme ? On pourrait s’attendre à des QI différents…

  5. Avec la notion de race, on frise la mauvaise volonté. Soit disant que les races n’existent plus. On joue sur les mots. Car si les races n’existent plus, les ethnies existent toujours. On peut le prouver scientifiquement. Avec l’ADN d’une personne contenu dans un seul de ses cheveux. On peut savoir à quelle ethnie, il appartient, quelle est la couleur de sa peau, de ses yeux, bref, sa race quoi… !!!
    Si ce n’était pas le cas, la médecine légale et la police scientifique n’existeraient pas.
    La génétique obéit à des lois précises. La nature ne fait pas n’importe quoi, et il semblerait que Dieu, non plus… Pour elle, un homme blanc, ce n’est pas un homme noir. Bien que les deux appartiennent à l’espèce humaine.
    Une loi de la génétique qui me vient à l’esprit : lorsque un parent, a des yeux bleus, et l’autre parent, des yeux marron, les enfants auront des yeux indifféremment bleus ou marron. Je veux dire soit les deux yeux bleus, soit les deux yeux marrons. Il est possible, également, qu’un enfant ait les yeux vairons (à vérifier).
    En revanche, si les deux parents ont tous les deux, des yeux bleus, les enfants auront infailliblement tous les yeux bleus. ( voir gènes dominants – gènes récessifs ).

    A propos du métissage : Il est inévitable, que dans l’histoire humaine, il y ait des métissages entre les différentes ethnies : Un homme blanc rencontre une femme noire par exemple, ils s’aiment véritablement, et envisagent d’avoir des enfants.
    C’est respectable, en plus d’être une belle histoire d’amour. L’état doit approuver et doit protéger ces personnes.
    En revanche, l’état ne doit pas faire la promotion du métissage. Il ne doit pas en faire une idéologie, ayant une connotation morale, comme s’il était sûr du fait que l’avenir de l’humanité passait forcément par le métissage (on en sait rien… !!). En plaçant le métissage dans le camp du bien, il place implicitement, ceux qui ne veulent pas se métisser, ou qui ne veulent pas se prononcer sur le sujet, dans le camp du mal et les livrent à l’opprobre du reste de la nation.

    Il paraît que suite à l’édiction de cette loi sur les races, le mot « race » a été supprimé de l’arsenal administratif français. Le mot race n’est tout de même pas une injure, du moins pas dans notre culture.
    Cela ressemble à de la pensée magique, qui en rendant le concept « race » tabou, espère faire disparaître la réalité qui lui est associée. « Abracadabra…. !!! »

    Je connais au moins un endroit où le mot race n’est pas prêt d’être supprimé :
    Il s’agit de la citation à titre posthume du capitaine Georges Guynemer, pilote de chasse abattu lors de la première guerre mondiale, le 11-11-1917, dans le ciel de Belgique. On récite cette citation, tous les 11 septembre sur les bases aériennes de France et de Navarre, en commémoration de sa mort.

    GEORGES GUYNEMER
    (citation posthume à l’ordre de l’armée, en date du 16 octobre 1917)

     « Mort au champ d’honneur le 11 septembre 1917. Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire, après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exaltera l’esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations. »

    Il faut rappeler, tout de même, que Georges Guynemer, a été élevé au rang de héros national et a été panthéonisé.
    Il existe probablement d’autres niches écologiques où le mot RACE fait encore de la résistance. Mais je ne connais que le cas évoqué ci-dessus.
    Il serait amusant de lancer un safari (non violent), afin de débusquer les vocables récalcitrants…..

  6. L’être humain ne se réduit pas à son niveau d’intelligence. Quelqu’un a dit que le QI ne prouvait qu’une seule chose: la capacité à effectuer ce genre de test. La véritable intelligence c’est de savoir résoudre à peu près l’ensemble des problèmes que l’on rencontre dans l’existence, sans être forcément hyper performant dans tel ou tel type de problèmes . Je reste persuadé que certaines personnes possédant un fort QI, reste cons comme des balais, dans certaines circonstances. En fait, la plupart des personnes à fort QI, sont des sortes d’autistes géniaux (un peu comme dans le film Rain Man), ou bien sont des sortes de singes savants…..

    Si le QI était la clé de l’humanité et si la raison était maîtresse de l’homme, pourquoi celui-ci, dans les moments de faire des choix décisifs, fait-il appel et fait-il plus confiance à ses intuitions les plus profondes, plutôt qu’à sa raison…?
    De toute façon, la vie a la fâcheuse habitude de vous présenter des problèmes de types nouveaux, inconnus par la banque de données incluse dans votre cerveau, dont la superbe intelligence, est alors mise en échec.

    Beaucoup de personnes sont très intelligentes, mais n’ont pas forcément accès à l’Esprit. Il y a là un gué à franchir. Celui d’accepter de mettre son intelligence et ses connaissances individuelles de côté, pour se brancher sur l’intelligence et la connaissance inhérentes et intangibles de l’Esprit.

    L’intelligence de l’homme lui sert surtout à se poser beaucoup de questions dont il n’obtiendra peut-être jamais les réponses…..

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !