Israël. Covid-19 : le ministre de la Santé envisage la quatrième dose de vaccin…

Troisième dose

Tandis que la France vient d’annoncer le conditionnement du pass sanitaire à une troisième injection de vaccin contre le Covid-19, en Israël, le ministre de la Santé indique que la population doit se préparer à une quatrième dose.

Après la « dose de rappel », la quatrième dose…

La fuite en avant vaccinale n’est pas l’apanage de la France. En Israël, pays présenté comme « pilote » car ayant fait partie des premiers à lancer sa campagne de vaccination contre le Covid-19, la troisième dose ne semble plus suffire.

Déjà, au début du mois de septembre dernier, Salman Zarka, le responsable national israélien de la lutte contre le Covid-19 évoquait la possibilité d’administrer une quatrième dose à la population. Il avait alors annoncé qu’ « étant donné que le virus est là et qu’il continuera à l’être, nous devons également nous préparer à une quatrième injection ». Mais aucune date ne fut avancée à l’époque.

Le 24 novembre, c’est cette fois le ministre israélien de la Santé Nitzan Horowitz qui a parlé de cette nouvelle injection, déclarant que les Israéliens pourraient avoir besoin d’une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 à un moment donné si les cas augmentent à nouveau. « Il n’est pas déraisonnable de penser que nous aurons besoin d’un quatrième vaccin », a affirmé le ministre lors d’une interview accordée à Channel 12. Doit-on s’attendre à voir son homologue français Olivier Véran tenir des propos similaires dans quelques mois ?

Israël : 9% des nouveaux cas diagnostiqués avaient reçu trois doses

Par ailleurs, des données provenant du ministère israélien de la Santé ont révélé que 9 % des nouveaux cas de Covid-19 diagnostiqués dans le pays le 23 novembre avaient pourtant déjà reçu la troisième dose de rappel. Un constat qui n’est pas le premier du genre puisque le magazine en ligne The Times of Israël rapportait déjà le 8 août 2021 que 14 ressortissants ayant reçu la troisième injection de vaccin contre le Covid-19 avaient malgré tout été testés positifs au virus.

Toujours le 4 novembre, des responsables du ministère israélien de la Santé ont averti qu’il pourrait être nécessaire de mettre en place de nouvelles restrictions si le taux de transmission du virus poursuit sa hausse. Cela pourrait se matérialiser, dans un premier temps, par le retour des jauges dans certains lieux publics, y compris ceux où s’applique le Green Pass, le pass sanitaire israélien.

Enfin, Israël a également lancé sa campagne de vaccination pour les enfants âgés de cinq à 11 ans ces derniers jours, emboîtant ainsi le pas aux États-Unis. Concernant cette vaccination des enfants, les laboratoires Pfizer et BioNTech avaient, dès le 20 septembre dernier via un communiqué, déclaré que leur vaccin était « sûr » et « bien toléré » par les enfants de cinq à 11 ans… À signaler aussi que des études ont également été lancées concernant une potentielle vaccination pour les tranches d’âges 2-5 ans et 6 mois-2 ans. Des tranches d’âge où la létalité du virus est extrêmement faible !

De son côté, la FDA, l’Agence américaine du médicament, avait désapprouvé la campagne de rappel pour une troisième injection de vaccin chez les plus jeunes, redoutant notamment des effets secondaires. Ce qui venait donc contredire les préconisations de Pfizer :

États-Unis. Des experts de la FDA redoutent les effets secondaires d’une 3e dose de vaccin chez les jeunes

Crédit photo : Flickr (CC BY-NC 2.0/Asian Development Bank) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS