Violences domestiques. La Pologne, un pays modèle dans l’Union Européenne en matière de protection des femmes

La Pologne est souvent dépeinte par les médias et les partis libéraux comme un pays ultra-conservateur où les femmes et les minorités sont limitées dans leurs droits par un gouvernement de fanatiques religieux. Un régime patriarcal et oppressif dans lequel les femmes subissent toutes sortes d’abus.

Une dystopie comme celle dépeinte dans la série populaire « The Handmaid’s Tale« , une image d’ailleurs largement utilisée dans les actions de protestation des groupes féministes d’extrême gauche polonais. Cependant, toute cette propagande n’est qu’un mensonge monumental. La Pologne est l’un des pays les plus sûrs d’Europe pour les hommes, les femmes et les enfants, et la différence avec des pays féministes comme la Suède, l’Allemagne ou l’Espagne est tout simplement écrasante.

Maintenant, avec l’arrivée de Noël, les marchés de Noël typiques apparaissent dans les villes polonaises. Il n’y a pas de soldats armés patrouillant dans les rues avoisinantes – ils sont à la frontière précisément pour éviter d’avoir à en arriver là – et pas de blocs de béton contre les attaques des « malades mentaux » qui deviennent de plus en plus fréquentes dans l’Europe progressiste et multiculturelle. Il n’y a pas non plus vingt sortes de feux de signalisation, de bancs violets ou de municipalités contre la « violence de genre », donc, pas plus que des centaines d’associations féministes et d’ONG recevant d’importantes subventions.

Les femmes sont protégées par la loi. La semaine dernière a été marquée par le premier anniversaire de l’entrée en vigueur en Pologne de la « loi anti-violence« , une loi sur la violence domestique qui, contrairement aux lois féministes, ne discrimine pas la moitié de la population et protège efficacement les victimes, qu’elles soient des femmes ou des hommes. Cette loi, conçue au sein du ministère de la Justice, permet à la police de séparer immédiatement l’agresseur présumé de la victime, en lui interdisant l’accès au domicile pendant 14 jours. Pendant ces deux semaines, les tribunaux enquêtent sur la véracité de l’affaire et peuvent prolonger l’ordonnance de restriction ou prendre d’autres mesures. Bien entendu, la personne contre laquelle l’ordonnance de restriction a été émise a le droit de déposer une plainte contre cette décision.

Au cours de l’année où la loi était en vigueur, 3 200 cas de violences domestiques ont été recensés dans des familles polonaises. Dans 96 % des cas, les mesures de restriction ont été appliquées contre des hommes, mais là encore, aucune distinction n’est faite lorsque l’agresseur est une femme. Aucune mesure différente n’est appliquée en fonction du sexe de l’agresseur, la loi est la même pour tous. Le ministère de la justice a également mis en place un système d’assistance à long terme pour les personnes souffrant de violences domestiques. En Pologne, il existe 336 centres de soutien aux victimes de la criminalité, des lieux qui offrent, entre autres, une assistance psychologique et juridique gratuite. Depuis l’entrée en vigueur de la loi jusqu’au 31 octobre de cette année, environ 9000 personnes touchées par la violence domestique se sont présentées dans ces centres. 7 015 étaient des femmes.

Cette loi constitue une amélioration substantielle par rapport à la précédente, surtout en raison de la rapidité avec laquelle les mesures sont prises. Toutefois, comme le souligne le vice-ministre de la Justice Marcin Romanowski, des améliorations sont encore possibles : « Le succès des solutions existantes est une incitation à poursuivre l’action. Le fait que la réglementation actuelle fonctionne bien ne signifie pas que nous pouvons arrêter de travailler. Nous nous efforçons donc d’améliorer les solutions actuelles et de surveiller constamment le fonctionnement de la loi. Sur cette base, nous avons préparé un projet de loi anti-violence 2.0, qui donne aux services de nouveaux pouvoirs pour protéger les personnes victimes de violence domestique ». Le nouveau projet de loi propose la possibilité d’appliquer l’ordonnance restrictive non seulement dans la sphère domestique, une plus grande protection des mineurs et une défense contre le harcèlement sur internet ou les médias sociaux.

Mais le fait que la Pologne ait adopté une loi qui fonctionne et protège efficacement les femmes est sans importance pour la machine progressiste, qui continue de condamner la Pologne pour sa dénonciation de la Convention d’Istanbul.

Pire, comme le souligne le vice-ministre Romanowski, le fait que la loi soit efficace ne fait que démontrer que toute l’histoire de la Convention n’est rien d’autre qu’un ramassis d’affirmations non scientifiques et que la dénoncer n’a aucune incidence sur la mise en œuvre de véritables mesures de lutte contre la violence, car elle est sans valeur. « Après tout, grâce à la loi anti-violence votée il y a un an, nous montrons à l’Europe qu’une lutte efficace contre la violence domestique passe par des mécanismes réels et efficaces tels que l’isolement immédiat de l’agresseur par rapport aux victimes, et non par l’idéologie du genre promue par la Convention d’Istanbul ». Cela a même été mentionné par l’eurodéputée d’extrême gauche polonaise Sylwia Spurek, qui a déclaré que nous avons fait plus pour les femmes que la Commission européenne. Malheureusement, les eurocrates ne veulent pas voir cela et n’essaient même pas d’avoir une conversation de fond avec nous. Cette semaine a eu lieu une réunion conjointe des commissions LIBE et FEMM sur la lutte contre la violence envers les femmes. Nous avons proposé la participation d’experts du Ministère de la Justice qui ont été impliqués dans la création de la loi contre la violence. Malheureusement, le Parlement européen a bloqué leur participation. Au moins, il est clair que le véritable objectif pour eux n’est pas le bien-être des femmes et la lutte contre la violence domestique, mais la promotion de l’idéologie du genre »

Source espagnole (traduction breizh-info.com)

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS