Une société de l’anathème et du refus de tout débat ne peut mener qu’à la guerre civile [L’Agora]

A LA UNE

Est-il encore possible de « vivre ensemble » dans la France de 2021 ? Poser la question, c’est déjà dresser un large constat d’échec de toutes les politiques menées depuis des décennies qui ont amené le pays dans le gouffre dans lequel nous sommes aujourd’hui.

Il ne se passe plus une journée désormais sans « polémique » sur les réseaux sociaux, mettant aux prises politiques, journalistes, militants, lanceurs d’alertes… ou simples citoyens. Polémiques suivies d’agressions verbales, de menaces, d’anathèmes, de poursuites judiciaires, de lynchages médiatiques et parfois même, de plus en plus souvent, d’agressions ou de menaces physiques…

Comment en sommes-nous arrivés là ? Tout simplement parce que nous avons plongé dans une société où l’anathème est roi, où le débat, le vrai, semble avoir totalement disparu ou à défaut, être devenu impossible.

La cause ? Tout d’abord il faut le dire, des lois qui, depuis la loi Pleven (puis Gayssot, Fabius, Taubira…) empêchent les gens de s’exprimer librement sur tous les sujets, et, pire encore, les empêchent même de penser librement y compris parfois dans une sphère privée (la peur du « regard et du jugement de l’autre » face à une pensée qui aujourd’hui, vaut procès en sorcellerie). On a interdit aux individus de cultiver l’art du débat, mais y compris de l’impertinence. « Qui sème le vent… ».

Mais au-delà de ces lois scélérates, la cause de la disparition progressive du débat dans nos sociétés occidentales est à rechercher à la fois du côté de l’individualisme poussé à l’extrême, qui amène chacun à se penser au-dessus des autres, et à vouloir être son propre roi sans plus aucun sens de la communauté. Mais aussi du côté des projets sociétaux si différents et même contraires dans un pays qui compte des millions d’individus.

Si l’on rajoute à cela la question de l’immigration et du changement progressif de population, qui rend nos sociétés totalement hétérogènes, avec des masses trop différentes culturellement, civilisationnellement, religieusement, il y a tout pour être sérieusement inquiet sur la capacité de millions d’individus à demain vivre ensemble de manière pacifique.

Jusqu’ici, les classes dirigeantes s’étaient parfaitement accommodées du fait qu’une partie importante de la population n’avait pas droit à la parole. Malgré les votes, malgré les sondages, malgré certains mouvements de colère dans les rues de France, des millions d’autochtones de ce pays étaient relégués, depuis des décennies, à se taire, à taire les sentiments qu’ils portaient au plus profond d’eux. Notre société du spectacle n’était alors partagée qu’entre un faux échiquier politique, une petite oligarchie dominante se transmettant les postes clés génération après génération.. Et une opposition en carton ayant fait son fonds de commerce de « l’antifascisme » et du « ventre de la bête immonde toujours fécond », empêchant toute contestation réelle du pouvoir en place.

Ce temps a duré plusieurs décennies. Mais les crises successives qui ont eu lieu depuis le début des années 2000 (émeutes de banlieue, montée de l’islamisme, immigration devenue impossible à cacher, influence de plus en plus marquée de certains lobbys sociétaux, déconstruction en règle de l’Instruction publique…), puis l’apparition et la montée des médias alternatifs, puis les mouvements sociétaux qui ont occupé la rue un certain temps (Manif pour tous, Gilets jaunes, Bonnets rouges en Bretagne…), ont commencé à réveiller une partie de la population endormie.

La candidature Zemmour finalement, ne fait que révéler au grand jour, en 2021, le fait qu’il y a dans ce pays une partie importante de la population, cantonnée au silence, aux brimades, à l’humiliation depuis tant et tant d’années, et qui aujourd’hui, pense avoir retrouvé un porte-parole digne de ce nom. Il a sans doute raison lorsqu’il dit que les idées qu’ils portent sont, pour beaucoup d’entre elles, majoritaires dans ce pays.

Tous les sondages le montrent. Toutes les dernières élections montrent un profond dégoût, un ras-le-bol pour des institutions politiques vérolées, pour des politiciens et élus de tous bords qui n’ont fait que croquer du biscuit durant des décennies, sans améliorer la vie de leurs administrés.

Cette candidature n’est que l’aboutissement d’un réveil d’une population qui sent bien qu’il n y plus beaucoup d’autres alternatives aujourd’hui entre la dormition, puis la mort certaine, ou bien le réveil, brutal et décomplexé.

Non pas que cette candidature, aussi décomplexée qu’elle soit sur certains sujets, soit le seul agrégateur de ce réveil et une fin en soi.

Mais elle en est un symbole fort, marquant. Et le fait qu’elle vampirise actuellement quasiment tout le débat politique et médiatique le montre. Le fait que certaines grandes fortunes aient commencé à investir dans cette « offre politique » et dans ces visions de la société proposées par une chaine comme Cnews depuis quelques années montre également qu’il y a une volonté importante d’écouter, de lire, d’autres sons de cloche que ceux servis depuis 50 ans.

Et au final, qu’est-ce que l’on observe ? Que les tenants de l’oligarchie et leurs chiens de garde nommés « antifascistes », ont perdu une forme de monopole des cerveaux et des esprits qu’ils avaient depuis des décennies. Et que face à ce changement, face à ce réveil, ils n’ont plus le moindre argument à fournir que celui de la violence, de l’anathème, de la persécution judiciaire, politique, médiatique.

Malheureusement, on observe aussi que dans le « camp du réveil », les mêmes armes qu’ont utilisé nos fossoyeurs sont en train d’être utilisées et notamment celles de la victimisation permanente, ou du refus du débat. On bloque, on moque, on agresse celui qui ne pense pas totalement comme nous. On diffame, on prend à partie sur la place publique, on fabrique de nouveaux procès en sorcellerie qui étaient jusqu’ici l’apanage des dominants. On parvient, avant même d’avoir accédé à la moindre parcelle de pouvoir, à semer les germes d’affrontements et de guerre, au sein même de son propre « camp ».

Mais sérieusement, si l’on prend un peu de recul, que l’on se détache des choses, comment peut-on ne pas être inquiet ? Comment peut-on franchement espérer que tout cela se termine bien, dans un pays où les citoyens, trop nombreux, trop différents, n’étant plus que des atomes agrégés de force autour d’un projet qui n’en est pas un (La République française) et étant les fils de l’individualisme, de l’enfant roi, de familles brisées, désagrégées, semblent ne plus accepter de s’écouter, de se parler, de dialoguer ?

Le problème semble insoluble. D’où les risques réels de guerre civile qui pointent à l’horizon. Le climat de violence politique qui existe depuis des décennies (et savamment entretenu notamment par l’extrême gauche qui a toujours pensé détenir le monopole de la violence politique légitime) est un indice. Et réprimer cette violence politique (dissoudre, emprisonner, arrêter…) n’y changera rien. Il semble impossible qu’au sein des sociétés ouest européens, nous retrouvions une homogénéité qui amène à de nouveau « faire peuple », c’est-à-dire agréger des millions d’individus se sentant un destin commun.

Alors que faire pour ne pas sombrer dans le désespoir ? Tout simplement, dans son clan, autour de soi, continuer à agir et à penser comme des Hommes libres, exemplaires, à la fois impertinents et ouverts d’esprit. Éduquer ses enfants dans la même veine. Ne jamais céder à la lâcheté physique, intellectuelle, ou à la facilité. Faire le dos rond. Encaisser les coups si nécessaire, les rendre aussi. Et espérer avec la plus intime conviction que demain, après quelques décennies de sacrifices de nos générations, un grand changement surviendra. Parce que les Européens viennent de loin, et qu’ils n’ont pas l’intention de sortir de l’Histoire subitement.

Le soleil reviendra.

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Ivre et drogué, un « mineur » né au Maroc interpellé après avoir foncé sur les policiers avec une voiture volée

À Rennes, les policiers ont été contraints d'ouvrir le feu pour stopper la course d'un fuyard alcoolisé et drogué...

Valérie Pécresse chez les islamistes : l’Observatoire de l’Islamisation publie une vidéo accablante

Voici une vidéo qui va faire tâche dans la campagne présidentielle de Valérie Pécresse. Intitulée « Pécresse chez les...

2 Commentaires

  1. Individualisme – Collectivisme
    La société harmonieuse et idéale (vers laquelle nous tendons) doit être un équilibre entre les aspirations des individus et de la collectivité. Il est de bon ton de pourfendre l’individualisme occidental en ce moment (qui est certes un défaut), pourtant une collectivité a, à mon avis, plus de chance de se fourvoyer qu’un individu. Admettons qu’un individu ait 50 % de chance de se tromper (si on peut appeler cela de la chance !). Quel pourcentage octroyez-vous aux sociétés humaines de ne pas se tromper ? Les dérives du collectivisme sont peut-être plus dangereuses que celles de l’individualisme, car une collectivité d’égoïstes ou de fous est plus dangereuse qu’un égoïste ou un fou tout seul.
    Les fautes les plus répréhensibles, les péchés se développent principalement en collectivité. A quoi lui sert l’orgueil et le désir de puissance au sympathique Robinson ?
    L’homme qui recherche la sagesse se retire du monde.
    Les hommes qui sont vraiment bons et sages sont un peu seuls, même parmi les autres.
    Qu’on le veuille ou non, ce qu’on appelle la civilisation occidentale est marqué du sceau de l’individu et du héros. De Prométhée et Ulysse, en passant par la quête du Graal, jusqu’aux moins glorieuses quête de la propriété privée et des droits de l’homme. Cette dernière visait quand même plus à protéger l’individu des débordements des collectivités, que l’inverse.
    Ceux qui réfléchissent par eux-mêmes, à l’aide de leur seul bon sens (les dissidents) font écrouler les murailles de Jéricho et les glacis soviétiques. Ils viendront à bout de tous les empires.
    L’individu a moins le pouvoir d’éradiquer une collectivité, alors que les collectivités l’ont à 200 %.
    Un individu qui a raison, ne peut rien sans la force de la collectivité. Mais une collectivité livrée à elle- même, représente une force aveugle et dangereuse.
    Quand on y regarde de près, on s’aperçoit que ce sont les individus ou des groupes restreints de personnes qui sont capables de réflexion, de décision et qui font avancer les choses. Rarement les troupeaux.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés