Olivier Faure (premier secrétaire du PS) : « Entre mon chien et un migrant, je choisis le migrant, jamais mon chien » [Vidéo]

Olivier Faure

C’est une séquence vidéo embarrassante pour le PS. Olivier Faure, premier secrétaire du parti, s’est risqué à comparer la vie de son chien à celle d’un migrant. En précisant qu’il choisira « le migrant, jamais [son] chien ».

Entre les chiens et les migrants, Olivier Faure au pied du mur…

Les temps sont durs chez les socialistes. Tandis qu’Anne Hidalgo, candidate du PS pour l’élection présidentielle de 2022, risque fort de ne pas voir ses frais de campagne électorale pris en charge faute d’atteindre le seuil fatidique de 5 % des suffrages (elle navigue entre 3 % et 6 % des intentions de vote au gré des sondages actuellement), d’autres « fleurons » de sa formation politique, volontairement ou non, ne lui facilitent guère la tâche.

En effet, si les cadres du Parti socialiste ont acquis une certaine expérience en matière de propos polémiques ou délirants, le premier secrétaire du PS Olivier Faure a perpétué la tradition ces derniers jours.

Le 16 décembre, il était invité de BackSeat, une émission politique diffusée sur Twitch. Se lançant dans une comparaison aux allures d’impasse, Olivier Faure a mis en parallèle la vie de son chien et celle d’un migrant.

« Ma boussole, dans la vie, ce sont d’abord les êtres humains », se justifie d’abord le premier secrétaire du PS. Avant de s’enfoncer progressivement dans une argumentation malvenue : « Un jour, je promène ma chienne […] et je rencontre une dame qui promène son toutou. À quelques mètres de nous se trouve un homme basané, qu’on peut imaginer être un migrant, en tout cas sans aucun doute un sans domicile fixe ». Un premier à priori pas très progressiste pour la gauche qu’il est censé représenter.

Puis il poursuit : « Il urine contre le mur. Son chien, au même moment, urine contre un autre mur. Elle me regarde et me dit : ‘vous vous rendez compte de ce que font ces gens’ ». Et Olivier Faure d’en conclure que, pour certains Français, « le migrant, c’est moins que le chien ». Des propos qui ne devraient pas contribuer à augmenter le réservoir de voix des socialistes, que ce soit chez les défenseurs des animaux comme chez ceux des migrants…

Une « colonisation à l’envers » : Olivier Faure, épouvantail à gauche ?

Puisqu’il est question d’évoquer le premier secrétaire du PS, c’est aussi l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur quand, en octobre 2018 sur France Inter, le même Olivier Faure interrogé sur l’immigration extra-européenne en France, donnait des sueurs froides à ses collègues « de gauche ».

Répondant sur le sujet du racisme anti-blanc, il avait alors déclaré : « Il existe aujourd’hui des endroits où le fait de pas être issu de l’immigration peut poser problème à des gens qui vivent dans ces quartiers. Ils peuvent se sentir exclus ».

Visiblement déjà amateur de formules polémiques à l’époque, il continuait : « Il y a des endroits où il y a des regroupements qui se sont faits et qui donnent le sentiment que l’on est dans une forme de  »colonisation à l’envers » ». L’expression, qui fera jaser dans les rangs socialistes après avoir été prononcée par le premier secrétaire, aurait été rapportée à ce dernier par une « concitoyenne », ancienne électrice de gauche déçue par les prises de position de son camp politique sur les questions d’immigration. Cette sortie s’avérera finalement être, avec le recul, un coup d’épée dans l’eau de la part d’Olivier Faure puisque le logiciel de la gauche française sur le sujet, malgré la popularisation du thème du « Grand remplacement » entre-temps, n’a toujours pas été mis à jour.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. j’espère que le chien va rigoler si ce connard se fait démonter la tronche par ses potes musulmans ou antifas

  2. Désolé mais je préfère mon chien. Chacun ses priorités. Qui c’est au fait, Olivier Faure? Jamais entendu parler…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !