La tyrannie sanitaire génère une crise sociale majeure au Canada

Le week-end dernier a été tendu à Ottawa. Les routiers ont paralysé la ville pour protester contre les mesures sanitaires restrictives et demander la fin du passeport de vaccination. Rapidement, plusieurs autres groupes se sont joints aux camionneurs et ont fait en sorte que les manifestations échappent au contrôle des autorités, plusieurs épisodes de violence et de dégradations ayant eu lieu à Ottawa et dans d’autres villes. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a été déplacé de sa résidence vers un lieu non divulgué pour des raisons de sécurité.

L’alliance de groupes contre la vaccination obligatoire et le passeport sanitaire au Canada, sous la direction de chauffeurs routiers, a été appelée le « Convoi de la liberté ». Des milliers de personnes ont participé aux manifestations, qui ont été parfois pacifiques, parfois violentes, mais toujours massives et capables de paralyser les villes. Le pic des tensions a été atteint le week-end dernier, lorsque les camionneurs ont complètement occupé Ottawa, mais il y a également eu de nombreuses manifestations dans tout le pays pendant les jours ouvrables de cette semaine. De nombreux établissements commerciaux sont toujours fermés, ce qui entrave considérablement la routine des villes.

La raison initiale des protestations était la revendication par les camionneurs de leur droit de circuler dans le pays, qu’ils aient été vaccinés ou non. Le 15 janvier, Trudeau a décidé que tous les camionneurs canadiens non vaccinés venant des États-Unis seraient mis en quarantaine à leur retour au Canada. Cette mesure a eu un impact négatif sur les professionnels, qui ont déclaré avoir perdu des voyages et de l’argent avec l’arrêt obligatoire pour la quarantaine. En outre, la nouvelle loi coïncidait avec une décision du gouvernement américain, qui exige que les camionneurs étrangers présentent un passeport de vaccination pour entrer dans le pays.

Les manifestations ont été immédiatement soutenues par le Parti conservateur et le Parti populaire. Comme l’affaire concerne également les lois américaines, l’ancien président républicain Donald Trump a également exprimé son soutien. Même des hommes d’affaires et des personnes extérieures à la sphère politique se sont impliqués dans l’affaire, comme le PDG de Tesla, Elon Musk, qui a publié des messages de soutien aux camionneurs sur son compte personnel sur un réseau social. En outre, des groupes populaires opposés à la vaccination se sont rassemblés et les manifestations ont commencé à lutter pour l’élargissement des droits de liberté de tous les non-vaccinés, allant bien au-delà du simple problème des chauffeurs routiers.

Cependant, malgré la dimension sociale sérieuse des manifestations et le soutien international reçu par les camionneurs, Justin Trudeau semble ignorer la capacité politique des manifestants. Avant de fuir Ottawa avec sa famille (par crainte des manifestations), le premier ministre avait déclaré que les manifestants étaient une « petite minorité marginale » qui diffusait une « rhétorique haineuse » et avait clairement indiqué qu’il ne négocierait en aucun cas avec eux. Lundi, il a qualifié les camionneurs d' »insulte à la vérité » lors d’une prise de position. Trudeau et ses partisans traitent les manifestants comme de simples fanatiques antiscientifiques, ignorant complètement les profonds facteurs sociaux impliqués dans la vague actuelle de manifestations.

Les propos du Premier ministre ont suscité un fort mécontentement parmi les législateurs canadiens. Par exemple, Candice Bergen, le leader adjoint du Parti conservateur canadien, a déclaré lors d’une conférence à la Chambre des communes : « Tous les Canadiens veulent voir un leader qui s’efforcera d’apaiser les tensions, et non de les diviser davantage, un leader qui écoutera même les voix avec lesquelles il pourrait ne pas être d’accord, un leader qui s’efforcera de comprendre, et non de rejeter, d’insulter et d’étouffer (…) Donc, encore une fois, je demande au premier ministre (…) [de] s’excuser auprès des Canadiens patriotes et épris de paix qui sont dehors en ce moment et qui demandent simplement à être entendus – leur parlera-t-il ? ».

En revanche, le Parti libéral et ses partisans – dont font partie tous les grands médias canadiens – continuent d’insister sur une rhétorique agressive à l’encontre des routiers, officialisant le récit selon lequel la confrontation entre le gouvernement et les manifestants est une question de « science contre pseudo-science« . Mais, en fait, ce type de discours est fallacieux et n’explique absolument rien au problème des vaccins.

La méfiance à l’égard de l’efficacité des vaccins n’est pas un « discours antiscientifique ». Ce que veulent les groupes anti-vaccination, c’est empêcher le Canada – et la plupart des pays occidentaux – de devenir une sorte de dictature sanitaire, où tous les citoyens doivent présenter des passeports sanitaires pour exercer leurs droits civils fondamentaux. De nombreuses personnes refusent de se faire vacciner en guise de protestation et de boycott. Il s’agit d’un acte politique, et non d’un acte antiscientifique.

De nombreux groupes ne sont pas satisfaits de l’attitude soumise de leur gouvernement face aux pressions exercées par les grandes multinationales pharmaceutiques. En gros, Big Pharma fait pression sur le Canada et toutes les démocraties occidentales pour qu’ils imposent des mesures semi-dictatoriales, en pressant la population de se faire vacciner. En conséquence, des milliards de dollars sont dépensés pour l’achat de vaccins et ces sociétés deviennent de plus en plus puissantes. Pendant ce temps, tous les vaccins produits par des organismes de santé extérieurs à Big Pharma, comme les vaccins russes, chinois et cubains, sont exclus du passeport sanitaire occidental, même s’ils ont prouvé leur efficacité.

Le gouvernement canadien a donc tout à fait tort d’essayer de cacher sa position de soumission à Big Pharma par un discours agressif contre les manifestants, en les insultant et en utilisant la violence policière pour mettre fin aux protestations. La voix des routiers doit être entendue, car ils sont des citoyens et des contribuables canadiens. Mais tant que Trudeau insistera sur une position semi-dictatoriale, la situation restera compliquée et de plus en plus de personnes rejoindront les protestations, générant une instabilité sociale.

Lucas Leiroz via Infobrics (traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. il ne faut pas qu’ils lâchent, il n’y’ a que le bruit de la route et des rues qu’ils comprennent, bravo à eux, mais en France les gens préfèrent rester chez eux et prendre du Lexomil !! en France , la résistance n’existe plus que dans les fer à repasser !!

  2. Le combat est bien celui du peuple contre la corruption des élites, élus et experts, par Big Pharma..et l’exclusion des vaccins Russes et Chinois, beaucoup moins cher en est une preuve. Nombre de médecins intègres et de chercheurs de renommée internationale ont dénoncé cela et ont été exclus des médias voire interdit d’exercice. C’est un combat de titans dont la dimension des camions canadiens donne la mesure « sociale ». Difficile de gazer ou d’éborgner un tel convoi.

  3. s’ il y a des « débordements » faut pas les chercher bien loin. Ici à Ottawa comme à Paris ou plus généralement en France , les « flics » , lèche bottes des GVT sont RESPONSABLES et encouragés
    c’est tout !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS