Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« J’ai pris conscience de la réalité raciale en travaillant dans les écoles ». Un canadien témoigne

Ci-dessous un texte témoignage tiré du livre de Jared Taylor Des Blancs face au chaos racialpublié en 2019 chez New Century Foundation.

Je suis un jeune homme né au milieu des années 1990 qui a grandi en Ontario, au Canada. Je suis issu d’une famille de la classe moyenne supérieure et j’ai passé la majeure partie de mon enfance (scolarité, sports, activités parascolaires, travail à temps partiel, etc.) auprès de mes compatriotes euro-canadiens. Mes frères et sœurs et moi nous sommes également liés d’amitié avec des camarades de classe non blancs et d’autres enfants et n’avons jamais eu de haine raciale envers qui que ce soit.

A l’adolescence, on m’a constamment infligé des conférences sur la lutte contre l’intimidation, le racisme, le sexisme, la diversité et sur la façon dont le multiculturalisme est si merveilleux pour nous, les Blancs, en tant que société. Tout cela était artificiel, car je n’ai eu aucune expérience réelle de contact avec des non-Blancs à plus grande échelle. Les écoles que j’ai fréquentées lorsque j’étais enfant et adolescent étaient à 95 % blanches, et les quartiers et les villes dans lesquels je vivais étaient à 98 % blancs avec seulement une poignée de non-blancs par-ci par-là.

Après avoir terminé mes études secondaires, je me suis inscrit à un programme universitaire technique pour obtenir un certificat de métier spécialisé et un diplôme d’ingénieur. Au cours de mes études dans un collège technique, j’ai commencé à remarquer de fortes différences raciales parmi mes pairs, camarades de classe et étudiants internationaux, dans la manière dont ils abordaient l’apprentissage.

Mes camarades de classe noirs étaient incroyablement incompétents et ne pouvaient pas lire de plans ou faire des équations arithmétiques de base et des graphiques de fonctions sans que nous, étudiants blancs, devions constamment les soutenir et leur enseigner les compétences de base. Les riches étudiants internationaux d’Asie du Sud sautaient constamment des cours, manquaient souvent des laboratoires techniques en classe et sollicitaient fréquemment mon aide, ainsi que celle de plusieurs autres hommes blancs, et mendiaient des devoirs et des réponses qu’ils étaient trop paresseux pour trouver par eux-mêmes.

Lors de la dernière année de mon programme, les instructeurs nous ont répartis en groupes de 3 à 5 pour un projet appliqué parrainé par l’industrie. Je me suis retrouvé avec un étudiant international indien et un camarade de classe noir. Pour faire court, j’ai dû réaliser moi-même l’intégralité du projet final, et ces deux non-blancs m’ont même laissé tomber pendant la journée où nous devions présenter nos projets à nos instructeurs et aux sponsors de l’industrie mécène. J’ai été très déçu de la façon dont les choses se sont déroulées. J’ai néanmoins terminé mon cursus technique et obtenu mon diplôme ainsi qu’un certificat professionnel.

Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai trouvé mon premier emploi dans une entreprise de taille moyenne spécialisée dans l’entretien et la rénovation et l’entretien des installations de chauffage et de climatisation. J’étais très enthousiasmé par cette opportunité, car cette entreprise effectuait des travaux de maintenance, de rénovation et installait de nouvelles installations pour 95 % des écoles publiques des grandes villes !

En plus de cela, j’ai reçu une camionnette de l’entreprise, des outils de l’entreprise, un téléphone de l’entreprise et une carte d’essence de l’entreprise. C’était comme si j’avais trouvé une mine d’or !

Mon enthousiasme à l’idée de travailler comme entrepreneur pour les écoles publiques des grandes villes s’est rapidement érodé lorsque j’ai commencé à faire l’expérience de différences surréalistes et extrêmes que j’avais cru impossibles dans les écoles publiques. Le premier site scolaire dans lequel j’ai été envoyé (une école publique entièrement noire) était tellement en désordre que cela m’a complètement époustouflé ! La moitié des équipements (chaudières, tuyauteries, radiateurs, fournaises, ventilateurs, etc.) qui avaient été conçus, construits et installés par mon entreprise plusieurs années plus tôt ont été détruits et ont dû être réparés ou remplacés ! Bien sûr, la commission scolaire et le gouvernement étaient prêts à payer la note pour tous les dommages causés par les étudiants noirs, mais ce n’était pas la fin de ma première journée de travail en tant qu’entrepreneur.

Le même jour, des adolescents noirs se sont déchaînés et ont incendié mon fourgon de travail garé sur le parking de l’école publique. Cela m’a amené à me demander : « Pourquoi quelqu’un ferait-il une chose pareille ? » Il y avait d’autres cas où des groupes d’étudiants noirs essayaient de me provoquer pour se battre (je les ignorais autant que possible), ou essayaient de me traquer dans le bâtiment de l’école pour tenter de voler mes outils, ou bien ils essayaient de me racketter de l’argent. Tous les entrepreneurs entrant dans les écoles publiques doivent signer des documents acceptant de ne pas parler ni engager de conversations avec les étudiants. Donc, je suppose que ces étudiants connaissaient cette règle et me harcelaient simplement autant que possible. C’était le genre de déchets auxquels je devais faire face quotidiennement dans les écoles publiques entièrement noires ou majoritairement noires !

Après avoir passé plusieurs mois à résoudre des problèmes de climatisation et autres dans des écoles à majorité noire, j’en ai eu assez et j’ai demandé un transfert vers d’autres sites scolaires avec moins de problèmes sociaux. Mon entreprise a accepté et j’ai été amené à travailler sur divers chantiers d’écoles publiques à travers la ville. Ces sites scolaires avaient une population étudiante principalement sud-asiatique et moyen-orientale. Ils étaient légèrement meilleurs que les sites des écoles publiques à majorité noire, mais restaient néanmoins très chaotiques. Il y a eu plusieurs cas où une école publique donnée a été fermée pendant des heures ou des jours en raison d’une fusillade, d’une agression au couteau ou de violences collectives survenues entre un étudiant sikh et un étudiant hindou. Les médias rapportent rarement de tels incidents de violence entre élèves non blancs, et quand c’est le cas ils ne font qu’effleurer la surface de ce qui se passe dans certaines de ces écoles publiques.

Les seules écoles publiques dans lesquelles j’ai aimé travailler étaient celles à majorité blanche. Ces écoles étaient les sites les plus sûrs, les plus propres et les plus étonnants sur lesquels j’ai jamais travaillé en tant que technicien contractuel. Il n’y a eu ni fusillade ni agression au couteau, et pas un seul étudiant blanc ne m’a harcelé pendant que je travaillais sur place. Je n’ai pas non plus trouvé de cas de vandalisme ou de destruction d’équipements sur ces sites. C’était comme si j’avais voyagé des profondeurs de l’enfer au paradis en passant d’écoles publiques à majorité non blanche à des écoles publiques à majorité blanche. Les différences d’attitudes, de manières, de discipline et de dignité personnelle entre les étudiants non blancs et blancs m’ont étonné !

Après avoir travaillé pour cette entreprise dans des écoles publiques de grandes villes pendant près de deux ans, je l’ai quittée. C’était il y a de nombreuses années. Je ne voudrais jamais y retourner !

Signé : un Canadien anonyme, 22 janvier 2024.

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “« J’ai pris conscience de la réalité raciale en travaillant dans les écoles ». Un canadien témoigne”

  1. gautier dit :

    Hé oui, mais non !! le grand remplacement n’existe pas selon nos grands dirigeant sur la planète !! nous sommes tous complotistes !! regardons simplement en France, parmi nos élites, 2 sur trois ont achetés leur diplômes!! elle est pas belle la vie ! de nos dirigeants corrompus ! et nous on regardent L.C.I, BFM,TF1 etc.comme des connards, osez internet ! enfin complotiste et fier de l’être.

  2. Tonton Cristobal dit :

    Question : pourquoi ce chaos? QUI? est derrière la disparition programmé des blancs?

  3. Gaï de ROPRAZ dit :

    Je partage mon temps entre l’Europe et le Canada, précisément à Toronto en Ontario. Ce qui est dit dans cet article est, dans son ensemble, superficiel mais exact. Toutefois, à comparer les deux pays, il y a un hiatus question chiffres et pourcentages. Le Canada c’est 40 millions d’habitants pour un pays 14 fois plus grand que la France. En outre, le fils Trudeau né avec une cuillère d’argent en bouche, qui n’a jamais travaillé de sa vie, n’est pas eternel. Sous peu, les forces vives de Droite prendront le relais. De ce fait, le changement sera radical, avec en bandoulière, un durcicement envers la politique migratoire. En revanche, en France c’est tout le contraire. Il n’y a qu’à voir la doublette actuelle constituée entre le President et son Premier Ministre, tous deux loin d’être des hommes au sens ethimologique du terme … Et puis le reste : Les immondes échancrures de l’Etat par lequel s’engouffrent des masses d’hommes et de femmes, d’autres couleurs que les nôtres, d’autres cultures, d’autres envies, ce qui immanquablement fomentent et des jalousies et des drames humains. Franchement, et je le dis haut et fort, je suis tres pessimiste pour Mon Pays, la France, à qui j’ai donné mon père (Je suis Pupille de la nation). Oui, à mon sens (il n’y a qu’à voir les chiffres) Le point de non retour a été largement atteint. Comme d’aucuns le savent pertinement, un couple d’emigrés produit pratiquement trois fois plus en progenitures qu’un couple traditionnel blanc. Et ce d’autant plus dans les couples noirs africains. Faites le calcul vous-memes: Dans moins de deux siècles la France sera peuplée par une majorité à peau noire. Et parmi les Blancs s’ajouteront les Arabes … In Memoriam !

  4. patphil dit :

    “le vivre ensemble” est identique au canada, suicide programmé des blancs par leurs zélites

  5. JLP dit :

    Samuel Jared Taylor, père du suprémacisme blanc. On n’est jamais déçu par Buck Danny… Qu’il regarde une carte de répartition des Q.I. : les eskimos obtiennent les meilleurs résultats du continent américain (après cela, étonnez-vous que la Silicon Valley ne soit peuplée que d’Européens, d’Asiatiques et d’Indiens… venus d’Inde). Les blancs d’Amérique obtiennent des résultats sensiblement inférieurs aux blancs d’Europe, qui eux-mêmes sont sensiblement distancés par les Juifs, les Indiens, et les “mongoloïdes” (Chine, Corée, Japon, Singapour). Je ne donne pas les données concernant les … ou les … : je ne voudrais pas qu’on dise que les chiffres sont racistes…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Insolite

Canada. Avec l’argent public, Justin Trudeau fait installer des distributeurs de tampons hygiéniques…dans les toilettes des hommes

Découvrir l'article

International

Canada. La Commission des droits de l’homme, qui dispose de larges pouvoirs quasi-judiciaires, a estimé qu’un jour de congé à Noël était discriminatoire

Découvrir l'article

International

100 000 Canadiens signent une pétition en faveur de la destitution de Justin Trudeau

Découvrir l'article

International, Société

“1 Million March 4 Children” : deuxième volet de la marche canadienne contre l’endoctrinement sexuel dans les écoles [vidéo]

Découvrir l'article

Immigration

Folie Woke au Canada. Le gouvernement célèbre le « mois canadien de l’histoire islamique »

Découvrir l'article

Education, International, Religion, Sociétal

Terreur woke. Au Canada, musulmans et militants LGBT n’ont pas la même perception des programmes scolaires… [Vidéo]

Découvrir l'article

International, Sociétal

Toronto (Canada). Militant « antiraciste », un proviseur blanc se suicide après avoir été accusé de « suprémacisme blanc »

Découvrir l'article

Immigration, International

Canada. Le gouvernement Trudeau envisagerait une régularisation massive de sans-papiers, sans même connaître leur nombre sur son territoire…

Découvrir l'article

Informatique

Plongez dans un océan de plaisir avec des machines à sous en ligne au Canada

Découvrir l'article

Informatique

Jouer en ligne : est-ce que les gains sont imposables au Canada ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky