Irlande du Nord. Une famille demande une enquête publique sur le massacre de huit hommes par l’IRA à Teebane

Les plaies des Troubles sont loin d’être refermées pour les victimes de la guerre civile en Irlande du Nord et leurs familles, quel que soit le camp.

Une femme dont le frère a été assassiné lors du massacre de Teebane a demandé une enquête publique sur « l’atrocité oubliée » de l’Irlande du Nord.

Ruth Forrest a déclaré que les familles des huit hommes tués étaient profondément troublées par le fait que personne n’ait été traduit en justice pour l’attentat à la bombe commis par l’IRA il y a 30 ans.

« Nous avons de nombreuses questions sans réponse« , a-t-elle déclaré. « Personne n’a jamais été condamné en rapport avec Teebane. Aucune charge n’a jamais été retenue. Nous savons que sur les 18 suspects, de la planification de la bombe à son exécution, six n’ont même pas été interrogés par la police. Il y a de nombreuses questions que nous aimerions voir abordées et je pense qu’elles méritent une enquête publique. Au minimum, je pense que nous méritons une nouvelle enquête, car l’enquête initiale n’a pas résolu certaines questions pour nous. Le rapport 2012 de la HET (Historical Enquiries Team) nous a laissé avec plus de questions que de réponses. »

Le frère de Mme Forrest, David Harkness, un menuisier de 24 ans, a été tué avec sept autres personnes.

Les huit hommes avaient quitté leur travail à la base militaire de Lisanelly, à Omagh, et voyageaient dans une camionnette Ford Transit en direction de Cookstown lorsqu’une bombe en bord de route a explosé au carrefour de Teebane, le 17 janvier 1992.

L’entreprise qui les employait, Karl Construction, était visée parce qu’elle effectuait des travaux pour les forces de sécurité.

Trois semaines plus tard, l’UDA, milice loyaliste, a abattu cinq hommes dans la librairie de Sean Graham, dans le quartier de Lower Ormeau à Belfast, affirmant que c’était en représailles à l’attentat Teebane.

Les cinq meurtres de Belfast ont été examinés dans un rapport de 344 pages du médiateur de la police publié mardi.

Mme Forrest a déclaré : « Je n’oublierai jamais la fusillade de Sean Graham. Cela m’a rendu malade que quelqu’un puisse prétendre que cela avait quelque chose à voir avec nous. Cela n’a pas été fait en notre nom. Nous étions profondément traumatisés à ce moment-là. Nous ne voulions pas que quelqu’un d’autre soit mis dans cette situation. C’est quelque chose que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi. Ni notre famille, ni aucune des familles Teebane, ne voulait de représailles. J’adorerais avoir l’occasion de rencontrer les familles du Lower Ormeau et leur dire cela personnellement.»

Mme Forrest a déclaré qu’elle accueillait favorablement les victimes de toute atrocité faisant des progrès dans leur campagne pour la justice et qu’elle espérait que les familles Teebane pourraient également faire des avancées.

« Parfois, j’ai l’impression que Teebane est l’atrocité oubliée », a-t-elle déclaré. « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi. C’est l’une des plus grandes pertes de vies humaines des Troubles. Étant donné qu’il n’y a eu aucune condamnation, je suis perplexe quant à la raison pour laquelle il n’y a pas plus de bruit à ce sujet. Je pense que nous devons rappeler à tout le monde que huit hommes ont été assassinés – qu’ils ont été éliminés en raison de leur travail légitime (…) Nous avons l’impression que la vie de nos proches avait moins de valeur que celle des autres, qu’il existe une hiérarchie des victimes en Irlande du Nord.»

Mme Forrest a déclaré que les politiciens unionistes n’étaient pas assez actifs dans la poursuite des questions de justice.

« Je regarde sur la scène politique, et je vois le Sinn Fein se faire le champion du Bloody Sunday, de Ballymurphy et de toute une série d’autres affaires » a-t-elle déclaré.

« Je pense que les politiciens unionistes nous ont laissés tomber. Ils ne sont pas là pour appeler à l’action sur Teebane. Personne ne semble se battre pour nous. Je suis très déçue que la pression ne soit pas exercée sur notre campagne pour la justice. Personne ne semble faire ce qu’il faut pour notre famille et les autres familles de Teebane »

Sept hommes, dont David, sont morts sur le coup. Il s’agissait de Gary Bleeks (25 ans), Cecil Caldwell (37 ans), Robert Dunseath (25 ans), Richard McConnell (38 ans) et Nigel McKee (22 ans). Le conducteur de la camionnette, Oswald Gilchrist (44 ans), est mort à l’hôpital quatre jours plus tard.

 

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !