Immigration. Une nouvelle étude démontre que majoritairement, les Européens veulent que leurs dirigeants prennent des mesures fermes

En collaboration avec les partenaires européens du groupe ID (Identité & Démocratie), le député européen du Vlaams Belang Tom Vandendriessche a commandé un sondage pour savoir comment les citoyens de dix pays européens perçoivent l’immigration. Les résultats parlent d’eux-mêmes. En effet, les idées de frontières mieux sécurisées et de l’accueil des demandeurs d’asile dans leur propre région du monde sont très largement soutenues.

L’institut de recherche allemand INSA Consulere, connu entre autres pour ses collaborations avec l’hebdomadaire Sonntagsfrage in Bild, a mené l’étude. Il a interrogé un millier de participants de dix États membres différents de l’UE et a évalué leurs connaissances et leur attitude à l’égard de la politique d’immigration au moyen de dix questions.

L’enquête a été réalisée du 6 décembre 2021 en Autriche, en Flandre, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne Suède et Hongrie.

L’enquête a été réalisée sous forme de sondage en ligne. 1.000 répondants de chaque pays, âgés de 18 ans et plus, ont participé à l’enquête.

Lire l’enquête en intégralité ici (en Anglais)

En tant que citoyen européen, avez-vous le sentiment que votre point de vue est pris en compte en ce qui concerne l’immigration en Europe ?

Seuls les répondants des Pays-Bas ont le sentiment que leur point de vue est pris en compte en ce qui concerne l’immigration en Europe avec une majorité relative (48% de oui, 38 % de non). Les répondants de tous les autres pays répondent par la négative, avec une majorité relative de 42 à 67%, 67% correspondant aux personnes interrogées en France, le pays où les sondés se sentent le moins écoutés devant la Hongrie (59%) et l’Espagne (55%).

Pensez-vous que l’Europe puisse collectivement accueillir le minimum prévu de 70 millions de migrants dans l’UE au cours des prochaines années ?

La plupart des sondés de Hongrie (77%), d’Autriche (67%), des Pays-Bas (61 %),
France (60%), d’Allemagne (60%), de Suède (58%), de Flandre (57 %) et de
Pologne (55 %) ne pensent pas que l’Europe puisse collectivement accueillir le minimum prévu de 70 millions de migrants dans l’UE au cours des prochaines années.

Les sondés d’Espagne répondent non à 47%, en Italie non à 46%. Parmi les pays sondés, aucun pays ne dépasse les 35% de sondés (Espagne) qui pensent que cela soit possible. Ils sont 22% à le penser en France.

Êtes-vous favorable ou non à la relocalisation dans votre pays de migrants provenant d’un autre État membre de l’UE dans votre pays ?

Seuls les sondés d’Espagne (53 %) et d’Italie (50 %) sont favorables à la relocalisation des migrants d’un autre État membre de l’UE dans leur propre pays.

Les sondés de Hongrie (67%), de la Pologne (55%) et de l’Autriche (53%) ne sont pas favorables à une majorité absolue tandis que les personnes interrogées en France (49 %), en Flandre (49 %), en Allemagne (45%), aux Pays-Bas (45 %) et en Suède (44%) n’y sont pas favorables à la majorité relative.

Pensez-vous que les nations européennes doivent protéger leurs frontières nationales davantage qu’elles ne le font actuellement ?

Alors que les personnes interrogées en Hongrie (67 %), en Pologne (67 %), en Allemagne (60%), en Autriche (58%), de Flandre (55 %) et des Pays-Bas (51 %) pensent majoritairement que les nations européennes doivent protéger collectivement leurs frontières nationales, les répondants d’Espagne (47%), de Suède (44%) et d’Italie (44%).
ne le pensent qu’avec une majorité relative. Les répondants français sont divisés sur cette question sur cette question entre « oui, tous les pays européens individuellement » et « oui, les nations européennes collectivement » (38 et 40 %).

Souhaitez-vous en savoir plus sur les dépenses publiques et/ou les (éventuels) les avantages économiques de l’immigration et de l’intégration dans votre pays ?

La plupart des répondants de tous les pays aimeraient en savoir plus sur les dépenses publiques ainsi que sur les avantages économiques de l’immigration et de l’intégration dans leur propre pays (50 à 68 %).

Pensez-vous que l’immigration pourrait devenir un problème dans l’un des domaines suivants ?

Pour cette question, en France, ils sont 38% à répondre oui pour leur sécurité ou celle de leur famille, 42% pour l’identité de leur pays, 49% pour le système de sécurité sociale du pays, et 18% qui répondent que l’immigration n’est pas un problème dans ces domaines.

Préféreriez-vous que votre gouvernement réduise l’immigration dans votre pays concernant les personnes qui ne sont pas qualifiées dans une quelconque profession ?

Voici les réponses en diagramme ci-dessous :

Êtes-vous d’accord ou non avec l’idée que l’aide aux réfugiés doit se faire à proximité de leur pays d’origine plutôt que dans votre pays ?

Voici les réponses en diagramme ci-dessous :

Pensez-vous que l’Union européenne devrait aider financièrement les pays qui font l’objet de franchissements illégaux de frontières à renforcer leur protection par des clôtures et des murs ?

La majorité absolue des personnes interrogées en Hongrie (69%), en Pologne (67%), en Espagne (60%), d’Allemagne (55%), d’Autriche (54%) et des Pays-Bas (54%) pensent que l’Union européenne devrait aider financièrement les pays qui font l’objet de franchissements illégaux des frontières, à renforcer leur protection frontalière par des clôtures et des murs. Les sondés de Suède (47%), Flandre (47 %), Italie (44%) et France (42%) ne le pensent qu’à une majorité relative.

Ce sondage européen vient confirmer que des propositions pour des frontières plus sûres et un accueil dans la région du monde d’origine des migrants, sont largement soutenues par les peuples en Europe. Reste encore à l’Union européenne à traduire ceci en politique réelle…ce qui avec les dirigeants actuels ne risque par d’arriver demain…

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. rabougris mentaux, égoistes, fachos, nazis,
    ce qui est drole c’est que les migrants ne veulent pas aller dans des pays ultra riches comme l’arabie saoudite ou le qatar où ils partagent la même religion

  2. Les ONG  »humanitaires », payées par nos impôts, vont chercher au large des côtes africaines, des  »clandestins » musulmans qu’elles déposent sur notre sol! Il faut RENVOYER les  »clandestins » dans  »leur » pays! Je ne veux pas qu’on donne les sous de mes impôts aux terroristes musulmans qui nous envahissent et…qui m’ont chassée de mon pays natal!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS